Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Cooperation > Séance d’échanges et d’informations

Le corps diplomatique a été invité à dire la vérité sur le Burundi

Le ministre des Affaires étrangères, Ezéchiel Nibigira, a organisé, le vendredi 31 janvier 2020, une réunion d’échanges  et d’informations  avec les chefs de mission diplomatiques et consulaires accrédités au Burundi ainsi que les chefs d’agences onusiennes et représentants des organisations internationales au Burundi. Il leur a donné des informations sur les différents secteurs de la vie nationale.

 
Dans son discours, le ministre Nibigira a indiqué que l’année qui vient de commencer voit pointer à l’horizon les élections générales et que les préparatifs vont bon train pour garantir à la communauté nationale et internationale la tenue des élections libres, démocratiques, transparentes, inclusives et apaisées. Parlant des candidats à l’élection présidentielle, le ministre Nibigira a indiqué que ce n’est plus une utopie, le président  actuel ne va pas se présenter à la prochaine élection présidentielle. « Comme il n’a cessé de le répéter, il vient de prouver au monde entier, plus particulièrement à ceux qui voulaient l’inculper abusivement, que c’est quelqu’un qui tient à sa parole et qui donne de la valeur à ce qu’il dit et ce qu’il fait ». Et de les inviter à aller dire à leurs pays et leurs sièges, aux agences et aux organisations qu’ils représentent, que le Burundi vient de faire preuve d’une maturité politico-diplomatique sans égal et que l’alternance démocratique est aujourd’hui une réalité. Ainsi, compte tenu de l’expérience du passé où la jeunesse a été victime des manipulations politiciennes, le ministre Nibigira a indiqué qu’une Banque des jeunes a été créée en vue de permettre à ces derniers de se procurer des crédits pour financer leurs projets de développement. Signe qui montre que le gouvernement veille à ce  qu’ils ne soient pas encore une fois mal utilisés. 

Le programme Cantines scolaires est à saluer

Le ministre Nibigira a partagé avec les participants que dans le domaine social et humanitaire, l’éducation a connu un progrès considérable suite à l’instauration du programme Cantines scolaires soutenu par le Programme alimentaire mondial (Pam). Selon lui, depuis la mise en œuvre de ce programme, le taux d’abandon scolaire a sensiblement diminué. « Dans les écoles où le Pam appuie ce programme, une réduction de 11 à 7 % des abandons scolaires a été enregistrée entre 2007 et 2019. Aussi le taux de scolarisation est passé de 5 à 14 %». Le ministre des Affaires étrangères n’a pas manqué de mentionner que sur le plan multilatéral, le Burundi maintient sa position conforme à la Charte de l’Onu qui stipule que tous les Etats membres sont souverains. « Le Burundi estime que la souveraineté des Etats constitue le pilier d’un système international raisonnable et s’insurge contre son maintien à l’agenda du Conseil de sécurité des Nations unies sans motif ni raison valable ». 

Le Burundi a choisi la voie de la paix

A propos des problèmes d’ordre sécuritaire liés aux agressions répétitives du Rwanda que le Burundi subit depuis 2015 à 2019, le ministre Nibigira a indiqué  que le Burundi a choisi la voie de la paix à travers les canaux diplomatiques mais que le gouvernement a le devoir de protéger ses citoyens, ses frontières et ses intérêts.  Il a d’ailleurs démenti les rumeurs faisant état d’expression de volonté du gouvernement rwandais de vouloir normaliser les relations avec le Burundi, qui aurait été annoncée par le ministre rwandais des Affaires étrangères. « Nous l’avons appris comme tout le monde sur les réseaux sociaux et nous réservons aucune suite aux rumeurs ». 

Astère Nduwamungu

 

PROVINCE DE CANKUZO> Séance de moralisation de la société

Le chef de l’Etat exhorte les Burundais à cultiver l’amour de la patrie

DSC 0108Le président de la République, Pierre Nkurunziza a animé une séance de moralisation de la société, le vendredi 31 janvier 2020, à l’endroit de la population de la province de Cankuzo. Il a demandé à tout un chacun de fournir un effort supplémentaire pour développer le pays et cultiver l’amour de la patrie.

 Tenue sur la colline Muremera en commune Kigamba de la province de Cankuzo, la séance de moralisation de la société a été organisée à l’endroit des élus, des administratifs et des natifs de la province de Cankuzo. Les activités ont débuté par les présentations de deux conseillers à la présidence, suivies par les enseignements du chef de l’Etat.

Après la séance qui s’est tenue à huis-clos, le chef de l’Etat, selon son porte-parole, Jean Claude Karerwa Ndenzako, a fait savoir que la campagne de moralisation de la société est venue dans le cadre de redynamiser l’éducation traditionnelle où le père de famille rencontrait ses enfants autour du feu pour les apprendre à distinguer le bien du mal.  Le président de la République  a profité de cette occasion pour exhorter les Burundais à cultiver l’amour de la patrie comme cela a été le cas pour nos ancêtres. Il a demandé à tout un chacun de fournir un effort supplémentaire pour développer le pays.Il a demandé aux Burundais de se réveiller du sommeil dans lequel les colons les ont plongés et de comprendre que l’Afrique en général et le Burundi en particulier regorge de ressources humaines, minières et matérielles et qu’ils doivent veiller à ces ressources pour qu’elles ne soient pas spoliées par les occidentaux. Le chef de l’Etat burundais a, enfin, insisté sur la notion de vision. Il a demandé aux Burundais d’avoir une vision à long terme et surtout d’émuler la vision des ancêtres burundais qui mettaient en avant la prospérité du Burundi et l’avenir de leurs progénitures et surtout d’éviter de trahir leur pays qui ne les a jamais trahi.A la fin de la moralisation, le président de la République a reçu, de la part de la population de Cankuzo, cinq vaches, quatre chèvres, cinq lapins, quatre moutons et des paniers remplis de vivres. Cette journée a coïncidé avec la clôture de la troisième tournée du chef de l’Etat dans les provinces du pays. Il a promis de poursuivre la campagne de moralisation de la société après de son mandat présidentiel, a rapporté son porte-parole. Le chef de l’Etat a terminé sa décente dans la province de Cankuzo en visitant l’orphelinat Notre Dame de Lourdes des sœurs Bene Bernadette, situé sur la colline Muremera en commune Kigamba de la province de Cankuzo. Il a offert à cet orphelinat un don composé de pagnes, de couvertures et de sacs de riz.

Eric Mbazumutima

 

EDITORIAL> Un fort soutien populaire au candidat Evariste Ndayishimiye à l’élection présidentielle

S’il y a une éminente personnalité politique membre actif du parti CNDD-FDD qui gardera toujours à l’esprit  la date du 26 janvier 2020, c’est bel et bien Evariste Ndayishimiye Secrétaire général du parti CNDD-FDD aujourd’hui candidat à l’élection présidentielle prévue le 20 mai prochain. C’est à l’occasion d’un congrès organisé le dimanche 26 janvier 2020 à Gitega, nouvelle capitale politique, que les Bagumyabanga ont, de façon exemplairement démocratique, massivement porté leur choix sur lui pour qu’il représente le parti, dans la dignité et la responsabilité, à l’élection présidentielle prochaine. C’est, indubitablement, en raison de ses nombreuses qualités citoyennes qu’il a été choisi pour que, le moment venu, il occupe le Fauteuil suprême qui n’est pas à la portée de n’importe quel citoyen au Burundi comme ailleurs, présider aux destinées d’un pays n’étant pas une mince affaire.Aussitôt après son élection à la candidature à la Magistrature suprême, les Bagumyabanga qui se comptent par millions à travers tout le pays, ont manifesté leur joie de même que d’autres nombreux citoyens burundais qui voient dans le candidat burundais du parti CNDD-FDD une importante personnalité politique éminemment capable de gagner l’élection présidentielle du 20 mai prochain, et de conduire le Burundi à bon port.

La même joie s’est lue sur les visages de nombreux citoyens burundais venus accueillir l’heureux candidat dès son retour à Bujumbura, dans le contexte d’une manifestation de soutien organisée par la mairie de la nouvelle capitale économique. Au moment où nous rédigions le présent éditorial, il nous a plu d’apprendre que des manifestations pacifiques de joie et de soutien ont été organisées, le samedi 1er février 2020, dans les communes du pays, en faveur du candidat Evariste Ndayishimiye jouissant pleinement de tous les mérites pour briguer le poste présidentiel. Il s’agissait d’un fort soutien exprimé à partir du Burundi profond qui a déjà compris, grâce au parti CNDD-FDD, ce que démocratie veut dire, les coups de forces et autres manœuvres anti-démocratiques malsaines n’étant plus possibles dans notre pays.

Nous vous promettons, dans le prochain éditorial, notre point de vue sur toutes ces manifestations pacifiques de joie et de soutien dont le but n’est rien d’autre qu’appuyer le bon choix des congressistes du parti CNDD-FDD et porter un coup dur aux ennemis de la paix et de la démocratie au Burundi.Après l’heureuse et démocratique élection d’Evariste Ndayishimiye à la candidature au poste présidentiel, les déstabilisateurs de l’opinion publique burundaise sont sortis de leurs trous, tels les rats, pour encore une fois falsifier la réalité politique et démocratique de notre pays, en cherchant à perturber les élections démocratiques pluralistes impatiemment attendues par le peuple burundais, aujourd’hui politiquement mûr, capable de faire échec à tous ses détracteurs où qu’ils soient et quels qu’ils soient. Fort d’un soutien populaire immense, le Secrétaire général Evariste Ndayishimiye du parti CNDD-FDD se présentera sereinement à l’élection présidentielle du 20 mai 2020, assuré et convaincu de la gagner au grand dam des déstabilisateurs de l’opinion publique burundaise. Ces derniers ayant fait de la déstabilisation leur métier et leur gagne-pain, seront amèrement déçus le jour J, car le peuple burundais l’aura ainsi décidé.

 Louis Kamwenubusa

 

PARTI UPRONA > Congrès extraordinaire

Gaston Sindimwo a été officiellement présenté comme candidat du parti à la présidentielle de mai 2020

0000aqnvhgLe parti Uprona a tenu son congrès extraordinaire le samedi 1er février 2020.C'est au cours de ce congrès que le parti de Rwagasore a officiellement présenté son candidat à la présidentielle de mai 2020. Il s'agit de Gaston Sindimwo, l'actuel Premier vice-président de la République.
Un congrès extraordinaire du parti Uprona s'est tenu sur le terrain communément appelé Cecinga à Ngagara dans la commune urbaine de Ntahangwa. Le congrès a vu la participation des responsables du parti dans toutes les communes et provinces du pays ainsi que les invités notamment les représentants de l'ambassade de la République populaire de Chine au Burundi, l'envoyé du secrétaire général du parti CNDD-FDD, les représentants des partis FPN Imboneza, MSP et FNL. Différents intervenants ont vivement remercié tous ceux qui étaient venus se joindre aux membres du parti. 

Les congressistes ont approuvé la candidature par acclamations

Le président du parti, Abel Gashatsi, a fait savoir que le parti Uprona participera à toutes les élections prévues, des collinaires à la présidentielle. Il s'est félicité que les préparatifs vont bon train et a rappelé aux concernés de s'y atteler davantage. Concernant l’élection présidentielle, il a mentionné que le bureau exécutif du parti a reçu deux candidatures dont une femme et un homme. Il a précisé que l'une des candidatures, la femme a été exclue par l'âge. «Ainsi, nous sommes restés avec un seul candidat que nous avons minutieusement observé avant de constater qu'il remplit toutes les conditions. C'est Gaston Sindimwo, le Premier vice-président de la République», a-t-il révélé. Les congressistes ont approuvé cette candidature par acclamations. Le président du parti Uprona a énuméré les conditions qui ont  guidé  ce  choix : avoir servi le parti avec loyauté, être membre des organes du parti, avoir la qualité d'électeur, remplir toutes les conditions exigées par le code électoral en son article 94. Il a précisé que le candidat a également souscrit à l'acte d'engagement du parti. Il a invité tous les Badasigana à soutenir celui qui va représenter le parti à la présidentielle de mai 2020.

Gaston Sindimwo a sollicité le soutien de tous les «Badasigana»

Gaston Sindimwo a exprimé sa satisfaction d'avoir été choisi comme candidat à la présidentielle par un parti tel que l'Uprona qui a été caractérisé dans le passé par plusieurs valeurs. Il a souligné qu'il a la volonté de marcher sur les traces des leaders de ce parti qui ont conduit le pays à l'indépendance. Il a salué les «Badasigana» qui se donnent corps et âme pour que le parti garde la dignité. Il a sollicité le soutien de tout un chacun et a souligné qu’une fois élu le projet de société de son parti mènera le pays au développement durable. Quelques points de ce projet de société qu'il a mentionnés portent notamment sur la bonne gouvernance, l'amélioration de l'image politique du pays, le renforcement de la coopération entre le Burundi et les autres pays, l'amélioration des conditions des fonctionnaires, des retraités et des personnes vivant avec le handicap, etc.Le congrès était bien animé. En plus des chansons du parti que les membres entonnaient, les danses traditionnelles, les numéros des comédiens, des tambourinaires, des chanteurs Rallye Joe et Gentil ont égayé les congressistes. 

Grâce-Divine Gahimbare

 

Editorial> Echéance électorale en vue : Le peuple burundais en attend de pleins succès

Après le parti CNDD-FDD qui, le 26 janvier 2020, s’est officiellement et légitimement doté d’un candidat à l’élection présidentielle du 20 mai prochain, en la personne de son Secrétaire général Evariste Ndayishimiye, est venu le tour du parti Uprona qui, depuis le samedi 1er février 2020, a son propre candidat au prochain scrutin en question, en la personne de Gaston Sindimwo Premier vice-président de la République du Burundi. Aussitôt élu, le candidat du parti Uprona a exprimé sa profonde satisfaction devant les congressistes et autres invités d’honneur, tout en affirmant qu’il demeure et demeurera profondément attaché aux idéaux du Prince Louis Rwagasore, fondateur du parti Uprona et héros de l’indépendance du Burundi, dont nous vous parlons toujours dans notre page éditoriale le 13 octobre de chaque année, date de la commémoration de son lâche assassinat par l’administration coloniale belge et ses marionnettes du parti démocrate chrétien.C’est donc le 20 mai prochain que les Burundais remplissant toutes les conditions exigées par la loi se présenteront aux urnes pour élire celui qui, à partir du 20 août 2020, date de la prestation de serment, présidera aux destinées du peuple burundais conformément à la nouvelle Constitution de la République du Burundi. C’est le 25 avril 2020 que tous les candidats élus par leurs partis respectifs entreront en campagne électorale et proclameront haut et fort leurs programmes  électoraux dans l’objectif de convaincre l’électorat burundais qui a renoué avec sa démocratie en 2005, avec l’avènement au pouvoir du parti CNDD-FDD à l’issue des élections démocratiques pluralistes. Aujourd’hui mieux qu’hier, les Burundais savent que les élections constituent un lieu d’expression du choix politique d’un peuple et qu’elles sont un signe de la légitimité pour l’exercice du pouvoir.

Elles sont le moment privilégié pour un débat politique public sain et serein, caractérisé par le respect des différentes opinions et des différents groupes politiques, pourvu que ces derniers mettent l’intérêt général du pays au-dessus de tout, en favorisant un bon déroulement des élections, en suscitant et en encourageant une participation réelle et active des citoyens à la vie politique de la nation, par le truchement de leurs élus.Depuis 2005, le peuple burundais a beaucoup appris à propos de la démocratie dont il avait été sevré  avec la longue et douloureuse crise de 1993 consécutive à l’assassinat de Melchior Ndadaye, premier président démocratiquement élu dans l’histoire du Burundi. Tous les regards sont donc aujourd’hui tournés vers la prochaine échéance électorale à laquelle, indubitablement, le peuple burundais répondra massivement dans le calme et la tranquillité, comme cela a été le cas lors du référendum constitutionnel du 17 mai 2018. Tournons-y nos regards tout en n’oubliant pas de nous atteler aux travaux de développement socio-économique, comme nous l’a conseillé le Secrétaire général et candidat du parti CNDD-FDD à l’élection présidentielle prochaine, Evariste Ndayishimiye qui, samedi dernier, participait, à Kanyosha, aux travaux de développement communautaire. Quel citoyen burundais s’autoriserait de ne pas répondre à cet appel, conscient des maux qui, par le passé, nous ont fait prendre des retards dommageables pour le développement ?Dans cette phase pré-électorale déterminante pour le pays, sachons séparer le bon grain de l’ivraie, en nous mettant uniquement à l’écoute de ceux qui sont prêts à nous montrer la voie à suivre pour resserrer nos rangs autour des idéaux de paix et de démocratie, condition sine qua non d’un développement national pérenne.                                       

 Louis Kamwenubusa

 

Ceni> Publication de la liste électorale définitive des élections générales 2020

Elle comprend un total de 5 126 351 électeurs avec 2 688 803 femmes et 2 437 548 hommes

000adertLe président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) Pierre Claver Kazihise a animé un point de presse le lundi 3 février 2020, au cours  duquel il a annoncé qu’après avoir collecté toutes les données, la Ceni a pu établir la liste électorale définitive qui comprend un total de 5 126 351 électeurs dont 2 688 803 femmes et 2 437 548 hommes.


Cette liste a été établie après l’enrôlement qui a été fait lors du référendum constitutionnel, l’enrôlement partiel qui a eu lieu du 9 au 12 décembre 2019, ainsi que l’affichage des listes électorales provisoires. Selon le président de la Ceni, dans la plupart des provinces, on constate que ce sont les femmes qui sont les plus nombreuses, mais dans la municipalité de Bujumbura, c’est l’inverse, ce qui peut se comprendre aisément. Au niveau national, le total est de 5 113 418, c’est -à-dire 2 686 593 femmes,  2 426 825 hommes et la diaspora qui s’élève à un total de 12 933 personnes dont 2 210 femmes et 10 723 hommes.

Continuer à préparer les élections avec les partis politiques et les indépendants

M.Kazihise a profité de l’occasion pour annoncer la tenue d’une réunion importante qui aura lieu le vendredi 7 février 2020 avec les partis politiques afin de pouvoir continuer la préparation des élections parce que, a-t-il poursuivi, si on a déjà des électeurs connus, il nous faut aussi des personnes qui se font élire. Les candidats viennent bien sûr des partis politiques, ils viennent également à titre indépendant. « C’est pourquoi nous invitons les partis politiques à venir participer à la réunion de ce vendredi où nous allons discuter tout d’abord du dossier de candidature aux différentes élections. Il s’agit d’une discussion qui va faire suite à celle déjà eu la semaine dernière. Egalement, on va parler des insignes qu’ils vont pouvoir présenter au moment de pouvoir confectionner les bulletins de vote ». Aussi, il a invité les candidats indépendants. « Nous aurions aimé que les candidats indépendants se fassent connaître, c’est-à-dire qu’ils puissent nous écrire, ce qui va montrer effectivement leur volonté de se présenter aux élections à titre indépendant. Cela va nous permettre également de pouvoir les inviter régulièrement dans les réunions qui préparent les élections ».Pierre Claver Kazihise a demandé que ces candidats manifestent eux-mêmes leur intention de se porter candidat indépendant, ce n’est pas d’autres personnes qui peuvent écrire et dire que tel ou tel autre voudrait se présenter à titre de candidat indépendant.                                                                                                     

Yvette Irambona

 
Ouvrir