Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

BUJUMBURA> Campagne référendaire du parti CNDD−FDD

Le peuple burundais est invité  à voter pour la loi qu’il a lui-même révisée

 

DSC06825Le parti CNDD-FDD a fait une campagne sur le référendum de 2018 en commune Nyabiraba de la province de Bujumbura le vendredi 4 mai 2018. Le parti avait envoyé une délégation conduite par Révérien Ndikuriyo, président du Sénat. Il a invité le peuple burundais qui a révisé la Constitution à voter pour la nouvelle loi à cent pour cent. 

 

« Votons pour la nouvelle Constitution pour jouir de notre indépendance, votons pour afin que la femme ait la place qui lui revient, votons pour un pouvoir démocratiquement élu et rapproché de la population, etc. », étaient quelques-uns des slogans lors de la campagne du parti CNDD-FDD sur le référendum en commune Nyabiraba de la province de Bujumbura. Le secrétaire provincial du parti dans cette province, Emmanuel Nkeshimana, a déploré que sa circonscription a plusieurs fois occupé la dernière place au niveau du vote conforme à la position du parti CNDD-FDD. « Pour ce référendum, on est  à l’œuvre pour se distinguer et  rendre honneur à la province en votant pour la nouvelle Constitution », a promis le secrétaire provincial du parti en province de Bujumbura. 

Dire adieu aux pouvoirs imposés par les colons

Le président du sénat, Révérien Ndikuriyo, a indiqué que c’est le peuple burundais qui a pris l’initiative de réviser la Constitution. Il nous arrive à nous parlementaires de réviser une loi et quand il nous est demande de voter la loi que nous avons révisée, nous votons pour à cent pour cent. A votre tour de faire de même et voter pour la Constitution que vous, le peuple burundais, avez modifié », a-t-il conseillé. Il a expliqué que la convention de laquelle découle la nouvelle Constitution est différente des convention que le Burundi a connues dans le passé car, contrairement à ces conventions, celle-ci est issue du dialogue interburundais, elle a été réalisée au Burundi et par le peuple burundais. Ainsi, grâce  à la Constitution révisée par nous-mêmes, nous allons faire adieu aux pouvoirs imposés par les colons, a salué le président du Sénat. « Les Burundais ont le droit de réviser leur constitution contrairement à quelques croyances soutenues par quelques Burundais qui travaillent en connivence avec les colons qui ne veulent que nous arracher notre pays. Nous devons avoir foi en nous en tant que peuple burundais », a-t-il dit.

Elle corrige les erreurs du passé  

M. Ndikuriyo a expliqué que la Constitution de 2005 avait des limites graves et que voter pour la Constitution révisée est une occasion de s’engager à travailler ensemble toutes les ethnies confondues pour le développement durable du pays. Il a ajouté que, dans la Constitution révisée, l’erreur des mandats de différentes institutions qui s’achèvent au même moment a été corrigée. Aussi, la nouvelle Constitution consacre à Dieu la place qu’il avait au Burundi avant l’arrivée du colonisateur, la première place avant le roi et le pays. Ainsi, tous les serments seront prêtés devant Dieu et ceux qui auront prêté serment seront guidés par la crainte dans la réalisation de leurs engagements. Il a mentionné que le mandat du président a été revu de 5 à 7 ans pour plus de stabilité dans le pays.  « Au niveau du parti CNDD-FDD, nous appelons le peuple burundais à voter pour la nouvelle constitution car elle lui donne une occasion de réaffirmer que c’est un peuple indépendant et dirigé par des institutions dont il s’est lui-même dotées, ce qui procure plus de légitimité à ces institutions, et donc, plus  de stabilité, pour le développement durable  du pays », a-t-il conclu.
GRACE-DIVINE GAHIMBARE                                                         

Ouvrir