Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

EDITORIAL> Les générations futures attendent de nous un Burundi bien aimé et bien servi

Le ministre de la Communication et des médias, Ir Serge Ndayiragije a organisé et présidé, jeudi dernier, au chef-lieu de la province de Muramvya, une rencontre avec les responsables, les professionnels des médias ainsi que les porte-parole des institutions étatiques. Il était question de parler de l’exercice du métier de journaliste dans toute sa dimension, avec un accent particulier sur la déontologie et l’éthique des médias, surtout en période électorale, la déontologie étant un ensemble de règles internes que chaque profession s’impose à elle-même, l’ethique ne faisant, quant à elle, appel qu’à la conscience responsable du journaliste en face, à titre d’exemple, à ces questions : dois-je le dire ou dois-je le taire ? Dois-je l’écrire ou dois-je ne pas l’écrire ? Les journalistes ont, pendant toute la journée de jeudi, échangé sur ce qui est toujours attendu d’eux, à savoir une bonne utilisation de leurs précieux instruments médiatiques au seul service de l’intérêt public, avant de participer, le lendemain aux côtés des porte-parole des institutions étatiques, à une séance de moralisation animée par le président de la République Pierre Nkurunziza.Le ministre de la Communication et des médias, Ir Serge Ndayiragije a organisé et présidé, jeudi dernier, au chef-lieu de la province de Muramvya, une rencontre avec les responsables, les professionnels des médias ainsi que les porte-parole des institutions étatiques. Il était question de parler de l’exercice du métier de journaliste dans toute sa dimension, avec un accent particulier sur la déontologie et l’éthique des médias, surtout en période électorale, la déontologie étant un ensemble de règles internes que chaque profession s’impose à elle-même, l’ethique ne faisant, quant à elle, appel qu’à la conscience responsable du journaliste en face, à titre d’exemple, à ces questions : dois-je le dire ou dois-je le taire ? Dois-je l’écrire ou dois-je ne pas l’écrire ? Les journalistes ont, pendant toute la journée de jeudi, échangé sur ce qui est toujours attendu d’eux, à savoir une bonne utilisation de leurs précieux instruments médiatiques au seul service de l’intérêt public, avant de participer, le lendemain aux côtés des porte-parole des institutions étatiques, à une séance de moralisation animée par le président de la République Pierre Nkurunziza.A l’intention des participants, le chef de l’Etat a axé sa précieuse intervention sur le thème central de cette année, clairement souligné dans son message adressé à la nation à l’occasion du nouvel an 2018, à savoir : « Méditons profondément sur notre pays, sachons d’où nous venons et où nous allons ». Dans le message présidentiel, nous pouvons lire et relire ce qui suit : « Le Burundi appartient aux Burundais, c’est un champ commun que Dieu nous a donné à gérer en communauté ; c’est un don extraordinaire sur lequel tout Burundais doit tenir fixée son attention : nous devons l’entretenir et le protéger nuit et jour, en tout et partout… Pour bien entretenir ce don, nous devons connaître notre histoire, notre culture et les traditions qui ont toujours caractérisé le Burundi et le peuple burundais…Connaître l’histoire nous aide beaucoup dans la méditation sur notre pays, et cette histoire devient pour nous la fondation pour construire le meilleur avenir ».Il sied de souligner à gros traits que la séance de moralisation dont ont bénéficié, vendredi dernier, les responsables et professionnels des médias, les journalistes et les porte-parole des institutions étatiques, est intervenue à quelques jours du référendum constitutionnel, la campagne électorale devant débuter officiellement ce 1er mai 2018. Il va sans dire qu’armés de sages  et précieux enseignements donnés par le chef de l’Etat, les utilisateurs des médias feront davantage preuve de patriotisme et assureront un succès total à la couverture médiatique de la campagne électorale d’abord, puis du déroulement, le 17 mai prochain, du référendum constitutionnel en attendant les élections démocratiques et pluralistes de 2020.De l’importante et salutaire séance de moralisation du président de la République, les utilisateurs des médias garderont dans toute sa signification majeure, une préoccupation, à savoir la nécessité impérieuse d’éclairer les intelligences, de former les volontés et d’accélérer l’élan patriotique. Avec de plus en plus d’engagement patriotique et d’efficacité sur le terrain, les utilisateurs des médias accompliront dignement et loyalement leur mission, qui est une mission de service public.Au cours de ses séances de moralisation de la société, le président de la République Pierre Nkurunziza ne cesse de nous montrer, à travers ses sages et précieux enseignements, les meilleures voies à suivre pour jouer le rôle éminent et désintéressé qui doit être le nôtre, dans l’édification d’une société burundaise veillant toujours au bien-être des Burundais, en y apportant, chacun, sa contribution particulière.
Louis Kamwenubusa

Ouvrir