Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

1er Mai> Journée internationale du travail et des travailleurs

Message du chef de l’Etat à la Nation

Chers Compatriotes, Chers Compatriotes, Employeurs et Employés

1. Le 1er mai de chaque année, les employés et les employeurs participent aux cérémonies marquant la commémoration de la Journée internationale du Travail et des Travailleurs. C’est un rendez-vous très important qui rassemble aussi bien les Burundais que les étrangers. 
2. Nous commençons par rendre grâce à Dieu Tout Puissant qui ne cesse de nous donner l’intelligence et la force nécessaires pour accomplir des réalisations durables en vue d’assurer notre développement, celui de nos familles respectives, de notre pays, et de l’humanité toute entière. 3. Au nom du Gouvernement et en mon nom propre, je souhaite à tous les travailleurs une très bonne fête. Célébrons-la en méditant sur la portée des deux adages : « Tout ouvrier mérite son salaire » et puis « Que celui qui ne travaille pas ne mange pas non plus». Aujourd’hui, Nous exhortons les employeurs et les employés à se mettre ensemble pour partager leur joie en ce jour hors du commun, tout en remerciant le Dieu Tout Puissant qui a permis que cette fête soit célébrée au moment où règnent la paix, l’ordre et la sécurité sur tout le territoire national. 
4. En célébrant cette fête, Nous avons mis en avant le thème suivant: Retroussons les manches pour développer notre pays. Ce thème spécifique s’inspire du thème général qui nous guidera jusqu’à la fin de l’année 2019, et qui s’énonce comme suit : «Méditons sur notre pays, sachons d’où nous sommes partis et vers où nous allons. » 
Employeurs, Employés ;
 5. Même si cette fête internationale du travail tire ses origines dans les manifestations des ouvriers qui se sont déroulées dans la ville de Chicago au point que certains parmi ceux qui défendaient leurs droits y laissèrent la vie, son orientation principale reste celle de marquer une pause pour savourer le fruit du labeur; nous devons nous féliciter et nous montrer fiers de nos réussites, en même temps que nous devons définir de nouvelles stratégies qui nous aideront à atteindre un résultat plus appréciable. C’est également une occasion propice pour rappeler aux employeurs et aux employés qu’il faut sans cesse privilégier la bonne pratique du dialogue et de la concertation. 
6. Dans le but de rendre la tâche facile aux employés et aux employeurs dans tous les secteurs du travail, le Gouvernement s’est engagé à s’appuyer sur la trilogie composée par lui-même, les Employeurs et les Employés. Nous portons à votre connaissance que cette trilogie arrive à une étape importante en matière de révision du Code du Travail particulièrement au sein du secteur privé. 
7. Dans l’optique d’embaucher en toute transparence, sans aucune forme de favoritisme, le ministère du Travail a redynamisé la Commission nationale de recrutement: désormais des tests s’effectuent au grand jour et le travail est accordé aux plus méritants. 
8. Au cours de cette année 2018, le Gouvernement a prévu des fonds pour donner du travail à plus de 1 600 personnes dans les Ministères de l’Education, de la Fonction publique, du Développement communal, de la Santé publique, sans oublier le remplacement des fonctionnaires retraités, décédés, démissionnaires ou mis en disponibilité. 
9. Le Ministère de la Fonction publique a créé 120 Centres d’enseignement des métiers pour l’agriculture et l’élevage, en vue de réduire le chômage qui menace la jeunesse n’ayant pas pu continuer les études post fondamentales, et même tous ceux qui désirent enrichir leurs connaissances dans ces domaine. D’autres centres seront prochainement mis en place pour d’autres secteurs d’activités. 
10. Le Conseil national de dialogue social (CNDS) a permis un dialogue franc entre le Gouvernement, les employés et les employeurs. Chaque fois que surgit un problème entre les parties prenantes une solution satisfaisante est trouvée. 
11. Nous saisissons cette occasion pour adresser nos vifs remerciements aux membres de ce Conseil, pour ce qu’ils ont déjà accompli, en particulier pour la question relative à l’harmonisation des salaires, une question qui, aujourd’hui, a trouvé la réponse d’une manière très encourageante. 
12. Nous remercions les employés et les employeurs qui ont compris et mettent en pratique les lois qui les régissent. La conséquence louable qui s’en dégage est la culture du dialogue et de concertation au travail, l’augmentation de la production et le développement du pays. 13. Nous félicitons tous ceux qui continuent d’honorer notre pays en donnant le meilleur d’eux-mêmes tant bien à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur du pays. Nous pourrions citer parmi eux Birumushahu Jean-Claude, illustre arbitre choisi pour la Coupe du monde de football prévue en Russie cette année, Madame Nsekera Lydia, deuxième femme à s’investir pour le développement du sport dans le monde, Biribuze Eric, un Burundais qui a gagné le prix du Meilleur entrepreneur Noir aux USA, sans oublier Niyonsaba Francine qui ne cesse de faire honneur au Burundi en remportant des médailles aux compétitions internationales d’athlétisme. 
14. Nous félicitons également les Corps de défense et de sécurité pour le dévouement, l’héroïsme et l’esprit de sacrifice qu’ils ne cessent de manifester, surtout ceux qui sont en mission en Somalie et en Centrafrique. Qu’ils continuent sur la même lancée et que tous les Burundais continuent à les soutenir. 
Employés, Employeurs ; 15. Parmi les réalisations de cette année de travail écoulée, personne ne peut oublier la mise en place du Conseil national pour l’Unité nationale et la Réconciliation, ainsi que les membres de l’Observatoire national pour la prévention et l'éradication du génocide, les crimes de guerre et autres crimes contre l’humanité. De tels corps permettent aux Burundais de travailler en toute quiétude car ils contribuent énormément à la promotion de la paix, de la sécurité et de la justice dans le pays, des valeurs qui constituent le socle du développement durable. 
16. Pour parvenir au développement durable, le Gouvernement garde dans ses préoccupations la question de l’emploi. C’est la raison pour laquelle il élabore et met en œuvre des projets créateurs d’emploi multiples et qui sont susceptibles d’accroître les ressources financières des citoyens. 17. En guise d’exemple, le Ministère de l’Energie et des mines a donné du travail à plus de 2 500 personnes dans le secteur minier tandis que le Ministère des Travaux publics a embauché environ 5 000 personnes dans le secteur des routes. Durant les 7 derniers mois, 1 000 personnes par jour ont bénéficié du travail dans les travaux d’aménagement des berges des rivières Gasenyi, Kinyankonge et Nyabagere en Mairie de Bujumbura. 
18. Nous ne pouvons pas passer sous silence les personnes qui ont trouvé du travail au sein du Ministère de l’Agriculture et de l’élevage et dans les nouvelles entreprises auxquelles l’Agence de promotion des investissement (API) a accordé des permis d’investir dans le pays. 
19. Nous profitons de cette occasion pour lancer un appel à tous les Burundais afin qu’ils apprennent à confectionner leurs propres projets de développement, des projets susceptibles de les aider à assurer leur avenir. Qu’ils ne comptent pas toujours sur les emplois de la Fonction publique ou des entreprises privées. L’autre chose importante c’est de comprendre l’importance de la complémentarité, et que l’on prenne l’habitude de s’organiser en associations, avec la conviction qu’ensemble nous sommes plus forts. 
Chers Compatriotes, Employés et vous les Employeurs ; 
20. Pour multiplier les opportunités d’emploi, développer le travail et faire en sorte que les employés se sentent heureux au travail, Nous demandons aux employés et aux employeurs ce qui suit : 
• Se garder des commérages, des rumeurs, de la haine et de la rancune au travail. Travaillons comme des compatriotes avec une solidarité sans faille. Ayons toujours le réflexe du dialogue et de la concertation ; prenons l’habitude de nous compléter mutuellement avec la conviction que « Tout un chacun a besoin du conseil de l’autre » et que « Ceux qui se concertent multiplient les chances de réussir ». • Il faut que nous tous nous méditions sur notre pays, que nous soyons des éclaireurs pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’apprendre beaucoup de sciences et techniques, peut-être pas parce qu’ils étaient peu intelligents, mais par manque de chance de fréquenter l’école et d’avoir du travail, ce qui leur aurait permis d’acquérir la science et le savoir faire. 
• Mettons-nous ensemble à travers les associations et initions des projets générateurs d’emplois, afin que tous les Burundais puissent en profiter, et que le trésor public en bénéficie. • Nous demandons aux employeurs de se préoccuper du bien-être et des droits de leurs employés, qu’ils les considèrent comme des collaborateurs qui leurs sont complémentaires, qu’ils les protègent contre les accidents de travail, qu’ils aient le souci de l’hygiène dans leur milieu de travail et qu’ils les inscrivent dans les institutions et associations de sécurité sociale pour assurer leurs pensions. 
• Il est demandé à tout employé de prendre soin des outils et des lieux de travail. Ecartez-vous de la mauvaise habitude et le mauvais langage selon lesquels « le Gouvernement ne tombe pas en faillite». 
• Nous vous demandons de rejeter le mauvais comportement qui consiste à gaspiller ou à dilapider la richesse commune, et de combattre avec la dernière énergie le commerce illégal. Nous vous demandons de traduire en justice toute personne qui ne respecte pas la chose publique car, en se comportant ainsi, cette personne est en train d’étrangler l’entreprise pour laquelle elle travaille et de retarder le développement du pays. 
• Faites de la ponctualité et de l’esprit d’initiative votre credo. Rompez avec le langage anachronique qui consacre la promotion de la paresse. 
• Les employeurs devraient aussi se soucier de la formation en cours d’emploi en faveur de leurs employés, et ceux-ci devraient à leur tour revenir partager leurs nouvelles connaissances et techniques acquises avec leurs collègues de travail. 
Chers Compatriotes,Employés et Employeurs ; 
21. Avant de terminer, permettez-nous de saisir cette opportunité pour nous rappeler que le secteur de l’agriculture et de l’élevage est le secteur qui fait vivre plus de 90% de Burundais. C’est le moment favorable d’encourager tous les Burundais qui travaillent sans relâche pour permettre à ce secteur de continuer à faire des progrès. 
22. Dans le but de moderniser ce secteur pour l’adapter aux besoins et aux défis du moment, le Gouvernement du Burundi vient de réorganiser le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage. Nous lançons un appel aux Burundais et aux entreprises qui ont des moyens financiers d’investir dans ce secteur pour qu’on accroisse la production, pendant que ceux qui le peuvent vont investir dans le secteur de l’industrie agroalimentaire. 
23. Nous saisissons cette occasion pour féliciter la Province de Kayanza qui a été la première dans l’implantation de petites usines de transformation agroalimentaire. Nous encourageons la population à poursuivre le travail au sein des Comités mixtes de sécurités et à travers la quadrilogie sécuritaire pour continuer à traquer ceux qui vendent illégalement la production en général, particulièrement le café et les minerais, dans les pays limitrophes, ce qui nous fait perdre des devises qui auraient pu nous permettre de nous approvisionner en divers produits que nous n’avons pas chez nous. 
24. Comme vous le savez, notre pays approche les élections de 2020. Nous remercions tous les Burundais qui ont répondu à notre appel pour contribuer aux élections afin d’organiser nous même les élections sans recourir à l’aide extérieure. Nous félicitons le groupe d’opérateurs économiques qui a contribué à hauteur de plus de trois milliards de frans burundais. C’est un signe qui ne trompe pas, qui montre que nous les Burundais sommes capables et que nous avons compris que l’organisation de notre pays nous incombe au premier chef en tant que Burundais. Gardons toujours à l’esprit qu’il n’y aura jamais un étranger qui aimera le Burundi plus que les Burundais eux mêmes. 
25. Nous félicitons les travailleurs qui se donnent corps et âme pour augmenter la production et développer le pays. Sans toutefois énumérer tous les secteurs, Nous remercions l’Office burundais des recettes parce qu’il a bien travaillé au cours des trois premiers mois de 2018 en faisant entrer au trésor public plus de deux cent douze milliards ( 212) sur Cent nonante (190) milliards qui étaient prévus, un dépassement de vingt deux milliards, c'est-à-dire qu’il y a eu un excédent de 12% sur les prévisions et cela est exceptionnel dans notre pays depuis la mise en place de l’OBR. 
26. Nous remercions aussi la population qui continue à participer dans les travaux communautaires là où nous construisons nous-mêmes les infrastructures publiques qui ont une place de choix dans le développement du pays sans compter sur l’aide extérieur. 
Burundaises, Burundais, Travailleurs, Employeurs ; 
27. Cette fête arrive au moment où nous approchons un grand événement qui consistera à nous prononcer sur l’amendement de la Constitution de notre pays. Comme on vous l’a expliqué, il s’agit d’un amendement de certains articles de la Constitution en vigueur. Vous avez eu le temps de donner vos contributions et elles ont été prises en compte dans le nouveau texte de la Constitution. Rendez-vous massivement aux bureaux de vote le 17 mai 2018, et que chacun vote suivant ses propres convictions. Que personne ne vous dépouille de votre droit garanti par cette même Constitution. 
28. Chaque fois qu’on approche des échéances comme celles-ci, que ce soit au Burundi ou dans d’autres pays, nous constatons qu’il y a chaque fois des médisances et des rumeurs qui ont pour objectif de semer la zizanie au sein de la population surtout à l’endroit des forces de l’ordre et de sécurité. Cela est monnaie courante aujourd’hui que ce soit au Burundi ou à l’étranger, il s’observe des détracteurs qui sèment la panique à l’endroit des Burundais et des amis du Burundi. Nous vous demandons de leur faire la sourde oreille et à les traduire en justice. 
29. Pour terminer, Nous remercions tous ceux qui mettent en avant le travail et qui ont élaboré des projets qui génèrent du travail, Nous réitérons nos remerciements aux jeunes qui ont déjà élaboré leurs projets de développement en augmentant les emplois et surtout ceux qui ont compris qu’il faut mettre en valeur leurs talents. 
30. Nous souhaitons encore une fois à tous les Burundais une agréable fête des travailleurs et du travail, qu’elle soit une opportunité pour méditer sur le travail et l’honneur que celui-ci nous procure, et que nous l’accomplissions en mettant en avant la fraternité entre les employeurs et employés en gardant à l’esprit le respect des règles du travail. Tous ensemble, retroussons les manches et développons notre pays. 
Que Dieu bénisse tous les travailleurs! Que Dieu bénisse le Burundi et les Barundi !

Ouvrir