Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MEDIAS> Micro-trottoir du « Le Renouveau»

Tout pour maximiser les efforts, pour gagner la confiance des intellectuels burundais

 

Le quotidien « Le Renouveau» souffle ses 40 bougies de son existence le 13 avril 2018. A cette occasion, il a décidé de donner la parole à certains de ses lecteurs pour qu’ils puissent émettre leurs avis et considérations. La plupart des personnes interrogées sont satisfaites du chemin déjà parcouru par le quotidien « Le Renouveau». D’autres intervenants ont émis des réserves et des souhaits à ce sujet.  

 

Le quotidien « Le Renouveau» vient de faire des micros-trottoirs auprès du public de la municipalité de Bujumbura. Les gens se sont exprimés à doses différentes sur le pas franchi par le quotidien «Le Renouveau » pour ses 40 ans d’existence. Pour Z. N., le quotidien « Le Renouveau » a fait une évolution remarquable dans la mesure où il existe certaines pages en couleur dans ledit journal. En outre, celui-ci donne des informations diversifiées même si l’on y voit beaucoup de pages publicitaires. Elle a fait remarquer que ce journal donne plus d’espaces aux activités politiques. Et s’il est vrai qu’il ne peut se défaire de telles activités, il est vrai  également qu’il ne faut pas négliger des faits sociaux qui intéressent davantage l’homme ordinaire. Il y a une large diffusion de l’actualité politique aussi bien à la radio qu’à la télévision, ce dernier a besoin de ce qui se passe dans les quartiers.Elle souhaite, à cet effet, qu’il y ait un équilibre entre les activités politiques et les faits sociaux recueillis non seulement dans les quartiers de la capitale, mais également sur les collines de l’intérieur du pays. Encore faut-il plus d’informations diversifiées que de publicités. D. G. a relevé, quant à lui, qu’il existe beaucoup de conflits sociaux particulièrement ceux en rapport avec la terre. Et d’ajouter que le gros des affaires dominant la plupart des juridictions porte sur les conflits fonciers. D’après lui, il est regrettable qu’ils font moins d’échos dans le journal        « Le Renouveau ».Répondant à un micro-trottoir, J.G.P. estime qu’il faut que les Burundais s’intéressent à la lecture. Tout en appréciant le contenu du quotidien « Le Renouveau », cet interlocuteur pense qu’il est temps de sensibiliser le public en vue de prendre goût à la lecture. En lisant, on s’instruit davantage, a-t-il précisé. Il a interpellé tous ceux qui disposent d’une parcelle de pouvoir au journal « Le Renouveau » à élargir son format comme on l’observe dans les pays anglo-saxons. Et pour pousser le Burundais à lire, il propose la politique allant dans le sens de chercher des camelots pouvant vendre    « Le Renouveau » au numéro devant les magasins, les bureaux et dans les rues surtout lorsqu’il y a des titres qui font la « Une » de l’actualité.Selon F.N., il ne devrait pas y avoir un autre journal qui pourrait faire face au journal « Le Renouveau » étant donné qu’il est le seul quotidien au Burundi. D’où, il est important de maximiser les efforts pour gagner toute la confiance des personnes alphabétisées du Burundi.
Masta Shabani

Ouvrir