Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

40e anniversaire du journal «Le Renouveau> Un ancien journaliste qui connaît sa naissance témoigne

Salvator Kadende note la maturité, le professionnalisme, la fidélité et l’ouverture

 

DSC08715Né le 13 avril 1978, le journal «Le Renouveau» a évolué petit à petit comme tout autre nouveau-né. Les journalistes qui ont commencé avec lui disent que les débuts sont toujours difficiles. Ils apprécient la situation actuelle de ce journal sous différents plans.  

 

 

Salvator Kadende connaît le journal Le Renouveau» depuis sa naissance. Il le connaît aussi à l’heure actuelle. « En 40 ans d’existence, le parcours du journal «Le Renouveau » peut se résumer en quatre mots : maturité, professionnalisme, fidélité et ouverture », dit M. Kadende. En effet, précise-t-il, ceux qui, à l’intérieur et à l’extérieur du Burundi, le lisent depuis 40 ans, peuvent attester de la maturité du journal. Cela signifie, le développement à des degrés divers, le développement au niveau du fond et de sa forme.    

40 ans, c’est l’âge adulte du journal 

Rappelons-le, «Le Renouveau» a été lancé le 13 avril 1978 par une équipe de non professionnels, surtout au niveau de la rédaction. Sur le plan de la réalisation, s’exprime M. Kadende, les journalistes provenant du journal Ubumwe, édition française, ont beaucoup aidé quoi que disposant de moyens techniques à l’état embryonnaire. Sur le plan de la rédaction, le journal faisait appel aux pigistes pour épauler une équipe de rédacteurs permanents sans expérience aucune. Les quelques journalistes formés ont commencé à faire leur apparition au début des années 80. Certains, venant de l’Ecole de journalisme du Burundi, d’autres venant de l’Institut des sciences et des techniques de l’information basé à Kinshasa au Zaïre devenu République démocratique du Conco.  Cet institut universitaire communautaire formait les journalistes en provenance des pays membres de la CEPGL (Communauté économique des pays des Grands lacs). Sur le plan du professionnalisme, nous dit Kadende,  la fondation Fredriech Nauman a également été d’un apport précieux. Il s’agissait d’une fondation allemande qui, pendant dix ans, a organisé des stages de formation et autres ateliers à l’intention des journalistes de la CEPGL.  C’est donc de cette façon que le professionnalisme a mis fin à l’amateurisme.En 40 ans d’existence, apprécie M. Kadende, le Journal  «Le Renouveau» a rempli correctement, fidèlement et loyalement sa mission qui est d’abord et surtout d’accompagner et d’appuyer l’action gouvernementale. Chemin faisant, «Le Renouveau» s’est progressivement ouvert au monde extérieur. Cette ouverture ira se renforçant toujours, notamment grâce à l’accord de partenariat  signé récemment en 2018 entre les Publications de presse burundaise et Xinhua, lequel accord, rappelons-le, est d’échange mutuel de nouvelles. 
Alfred Nimbona

Ouvrir