Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ONELOP-BURUNDI> Atelier de présentation du rapport sur l’enrôlement des électeurs

« L’enrôlement s’est bien déroulé sur tout le territoire du Burundi »

 

DSC05843L’Observatoire national des élections et des organisations pour le progrès (Onelop- Burundi), a organisé le mercredi 11 avril 2018, un atelier de présentation du rapport d’observation sur l’enrôlement  des électeurs du référendum constitutionnel du 17 mai 2018 et des élections de 2020. C’était dans le cadre d’évaluer ledit rapport. 

 

Dans son discours, le représentant légal et coordinateur national de l’Onelop-Burundi, Gilbert Bécaud Njangwa, a précisé que pour évaluer  ce rapport, son association a travaillé sur quinze questions (15) dont les unes étaient de vérifier si les centres d’inscription étaient ouverts à l’heure prescrite dans le Code électoral, si le matériel de recensement était complet, si les agents recenseurs respectaient les procédures d’inscription telle que définies par le Code électoral, quel a été le climat général lors de l’inscription, comment les représentants des partis politiques se sont comportés, s’il y a eu des tentatives de fraude sur la liste électorale ou d’autres formes d’intimidation aux électeurs, etc.M. Njangwa a déclaré que partant de ces questions, le rapport est que l’enrôlement des électeurs s’est bien déroulé sur toute l’étendue du territoire du pays. Aucun problème ne s’est produit dans tous les trois mille cinquante-cinq (3 055) centres d’enrôlement. Les électeurs se sont bien enrôlés en paix et en sécurité, de sorte qu’on ne peut pas dire qu’il n’y a pas de démocratie au Burundi. Les représentants des partis politiques se sont bien tenus plus qu’en 2014 car aucun parti ne s’est plaint de l’enrôlement. Et les irrégularités observées ont représenté 1%.De ces petites irrégularités qui se sont manifestées, M. Njangwa demande à la Ceni de les corriger et à l’Etat de soutenir la société civile en financement comme il le fait pour le cas de la Ceni, car elle aussi réalise beaucoup de grandes activités dans le pays. Enfin, il a remercié les membres de l’Onelop-Burundi qui ont beaucoup travaillé en se donnant corps et âme pour surveiller les activités d’enrôlement alors qu’ils n’étaient pas rémunérés.

Evelyne HABONIMANA

Ouvrir