Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MINISTERE EN CHARGE DE LA FORMATION PATRIOTIQUE> Partis politiques agréés

Réunion pour évaluer la situation politico-sécuritaire

 

DSC05836Le ministre de l’Intérieur et de la formation patriotique, Pascal Barandagiye a tenu le mercredi 11 avril 2018, une réunion ordinaire avec les représentants des partis politiques agréés au Burundi. L’objectif était d’évaluer la situation politico-sécuritaire à la veille de la campagne pour le référendum constitutionnel. 

 

Faisaient partie de cette réunion,  plusieurs  représentants des partis politiques et un expert de la Commission électorale nationale indépendante, Prosper Ntahorwamiye.Dans son allocution, le ministre Barandagiye a dit que les partis politiques doivent se préparer pour la campagne électorale du 17 mai 2018, pour voter le référendum constitutionnel. Car la paix et la sécurité règnent dans tout le pays. Ce qui le montre est qu’aujourd’hui, les Burundais  vaquent à leurs activités pour le développement de leur pays et dans le but de lutter contre la pauvreté. Aussi, les rapatriés sont en train de retourner dans leur pays natal et cent soixante-dix mille (170 000) sont rentrés par leur propre volonté. Il a également dit que le pays accueille des visites de hautes personnalités.  A titre d’exemple,  le haut-commissaire du HCR est maintenant en visite dans notre pays.Mais, il y a de petites infractions qui sont commises  comme le vol de petit bétail, les conflits fonciers, etc. qui disparaissent grâce à la collaboration des comités mixtes de sécurité qui se trouvent dans toutes les provinces du pays, selon le ministre Bara-ndagiye.Il a fait savoir aux participants que le Burundi a des ennemis qui ne veulent pas qu’on reste en paix. Il faut alors veiller à la paix et à la sécurité. Les pays étrangers sont jaloux du fait que le Burundi regorge de beaucoup de minerais. Dans ce cas, ces pays veulent créer des troubles afin d’avoir l’occasion d’extraire ces richesses et de perturber la paix et la sécurité du pays. Il faut également que chaque parti enseigne et sensibilise ses membres pour gérer la paix et s’ils voient une personne douteuse, de la dénoncer rapidement aux forces de l’ordre et de sécurité ; de combattre les ligalas, les boissons prohibées, de lutter contre les fraudes et soutenir le gouvernement dans ses objectifs.Signalons que M. Ntahorwamiye, expert de la Ceni, a précisé que les partis politiques sont appelés à faire la campagne dès le 1er mai 2018. Et d’ajouter que la Ceni est en train de se préparer, que beaucoup de matériels à utiliser sont disponibles, et qu’il n’y a pas d’aides étrangères, spécifiant que toutes les dépenses émanent de l’Etat burundais.
Evelyne HABONIMANA

Ouvrir