Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE> Audience accordée au Haut PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE> Audience accordée au Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés

 « Le HCR devrait faciliter le retour des réfugiés burundais voulant rentrer »

 

IMG 831Le président de la République, Pierre Nkurunziza, a reçu en audience le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés Filipo Grandi le mardi 10 avril 2018. Aux termes  des échanges, la facilitation des procédures de retour pour les refugiés burundais voulant rentrer chez eux, les chiffres délivrés par le HCR en ce qui concerne les rentrées des Burundais et l’accueil des 73 000  réfugiés congolais accueillis au Burundi et qui demandent assistance.

 

Sa visite portait sur la question des réfugiés congolais se trouvant au Burundi. En effet 73 000 refugiés congolais doivent être pris en charge par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Il a remercié le gouvernement burundais pour cet accueil. Il promet de demander à la communauté internationale de faire plus pour aider le Burundi et les communautés locales qui hébergent ces refugiés. « On a parle de réfugiés burundais qui se trouvent dans les pays voisins. Il y a eu le retour de 21 000 personnes rentrant de Tanzanie en 2017. C’est le rôle du HCR de soutenir les personnes qui rentrent de leur propre gré », dit Filippo Grandi. Il dit qu’il a parlé avec le président Kagame de la question des réfugiés burundais. Il a signalé qu’il a aussi fait un passage en République démocratique du Congo. Il compte continuer sa mission de travail à Muyinga là où les réfugiés congolais ont été accueillis dans les communautés.  « On ne refuse pas aux gens de rentrer, mais on est contre le retour forcé. Le HCR ne peut pas empêcher les gens de rentrer. Ce serait contre nos principes. On n’est pas concerné par les questions politiques se trouvant entre le Burundi et le Rwanda.  Mais on fera le nécessaire pour faciliter le retour des personnes qui veulent rentrer chez eux », explique M. Grandi. Le gouvernement burundais  accuse  le HCR de donner parfois de faux chiffres des retours. Le diplomate du HCR dit que cela va être  fait d’une manière biométrique. Quant au porte-parole adjoint du président de la République, Alain Diomède Nzeyimana, il a dit que le gouvernement burundais demande que le HCR donne de vrais chiffres des personnes qui rentrent. Concernant la question des réfugiés prévus dans la budgétisation du HCR, le porte-parole dit que le Haut commissaire s’est excusé car il s’agit tout simplement des questions de prévisions budgétaires par le HCR.

Blandine Niyongere.

Ouvrir