Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial > Pâques : Victoire sur le péché, victoire du bien sur le mal

Sur le plan religieux, l’élément  tant attendu s’est produit ce dimanche 1er avril 2018. Il s’agit, naturellement, de la fête de Pâques nous rappelant la Résurrection du Christ et qui, célébrée chaque année, intervient 40 jours après le carême, cette période de prière,  de pénitence et de privations de toutes sortes qui prépare la fête religieuse en question.  A Bujumbura, la capitale et dans le Burundi profond, les chrétiens en tenue de fête s’étaient levés tôt le matin et  convergeaient vers leurs paroisses respectives pour prier, chanter Gloria le chant des Anges, écouter les saintes Ecritures et suivre avec ferveur toutes les cérémonies religieuses prévues à l’occasion de cette glorieuse fête Pascale. Transportés   par leur foi, la ferme conviction d’appartenir à une même communauté de croyants, la même attitude d’adoration devant le Christ ressuscité,  les chrétiens ont célébré  dans la joie et la ferveur cette importante fête de Pâques qui nous apprend qu’en ressuscitant, Jésus  a  vaincu le péché et que le bien triomphera toujours du mal.Sur le plan religieux, l’élément  tant attendu s’est produit ce dimanche 1er avril 2018. Il s’agit, naturellement, de la fête de Pâques nous rappelant la Résurrection du Christ et qui, célébrée chaque année, intervient 40 jours après le carême, cette période de prière,  de pénitence et de privations de toutes sortes qui prépare la fête religieuse en question.  A Bujumbura, la capitale et dans le Burundi profond, les chrétiens en tenue de fête s’étaient levés tôt le matin et  convergeaient vers leurs paroisses respectives pour prier, chanter Gloria le chant des Anges, écouter les saintes Ecritures et suivre avec ferveur toutes les cérémonies religieuses prévues à l’occasion de cette glorieuse fête Pascale. Transportés   par leur foi, la ferme conviction d’appartenir à une même communauté de croyants, la même attitude d’adoration devant le Christ ressuscité,  les chrétiens ont célébré  dans la joie et la ferveur cette importante fête de Pâques qui nous apprend qu’en ressuscitant, Jésus  a  vaincu le péché et que le bien triomphera toujours du mal.Les questions, naturellement, deviennent : qu’avons-nous fait du carême ? Avons-nous cherché à améliorer nos comportements vis-à-vis du Christ mort sur la croix à cause de nos péchés, et vis-à-vis de notre société qui, pour être solidement et durablement édifiée, a besoin d’hommes et de femmes en divorce avec les valeurs négatives ? Avons- nous cherché à faire émerger en nous les valeurs positives sans lesquelles notre pays ne serait pas une terre de cohésion sociale véritablement  humaine ? Il serait franchement ambitieux de parler d’un énergique et très rapide redressement des mentalités, compte tenu notamment des problèmes  dans lesquels notre société a été plongée par le triste et amer passé colonial, mais il serait plus logique d’esquisser  véritablement le tracé d’une stratégie d’une dynamique orientée vers l’avenir, nous imposant des règles de vie commune, pour que nous puissions apporter tous ensemble, dans nos différences à tous les étages, dans la fraternité, dans la solidarité et dans un élan patriotique, des réponses appropriées aux questions concrètes de l’heure, et d’attester de notre avancée inexorable vers la concrétisation de ce qui n’était hier qu’un simple vœu : un Burundi de progrès , véritablement et durablement réconcilié avec lui-même après les violences inter-ethniques héritées d’un passé colonial de triste mémoire, aux longues nuits cauchemardesques.Sachant bien, grâce à la fête de Pâques rappelant la Résurrection du Christ, que le péché sera toujours vaincu et que le bien triomphera toujours du mal, faisons du message pascal  un antidote efficace contre les forces de la division et de la haine, en agissant unis et solidaires, pour la consolidation de la paix et de la sécurité, pour  un développement intégral national profitable à tous , croyants ou non croyants, toutes ethnies et  toutes sensibilités politiques confondues, le Christ ressuscité s’étant sacrifié jusqu’à verser son sang pour sauver tout le monde sans exclusive.En cette période pascale qui s’ouvre, attachons-nous  à la promotion des valeurs positives, notamment celles se rapportant à la paix, à l’unité, à la réconciliation, à la solidarité, à la tolérance, au pardon et à l’amour de la patrie. Constituons-nous toujours partie prenante dans tous les débats favorisant la promotion et l’émergence des valeurs humaines positives qui doivent être les nôtres.  Nous ne ferons qu’y gagner.

Louis Kamwenubusa

Ouvrir