Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CHINE> Partage d’expériences avec l'Afrique

Pour sécuriser l'approvisionnement alimentaire

 

DSC0040La sécurité alimentaire a été une priorité absolue pour la Chine, un pays de plus de 1,3 milliard de personnes. Le gouvernement chinois attache une grande importance à la sécurité alimentaire et a adopté une série de politiques et une technologie constamment avancée, qui ont permis d'obtenir plus de 600 millions de tonnes de céréales en 2017. Ce qui est intéressant est qu’elle est prête à partager ses expériences avec les pays africains.  

 

La République populaire de Chine affirme qu’elle est prête à partager ses expériences avec les pays africains pour sécuriser l'approvisionnement alimentaire et réformer le secteur rural. Ce pays continent joue un rôle actif dans la résolution du problème de la sécurité alimentaire dans les pays africains et, continue à renforcer la coopération avec ceux-ci. En effet, le ministre chinois de l'Agriculture, Han Changfu, a indiqué  que cette puissance économique offre aux pays africains surtout moins développés ses expériences pour références tout en se reférant à des conditions nationales.C’était lors d’une conférence de presse qu’il a animée le mercredi 7 mars 2018, dans le cadre des activités de la première session de la 13e Assemblée populaire national chinois quand il répondait à la question des journalistes africains présents, celle de savoir ce que l'Afrique pouvait apprendre de l'auto-suffisance alimentaire de la Chine. Ladite conférence était centrée sur la mise en œuvre de la stratégie de revitalisation rurale et la promotion de la transformation et la modernisation de l'agriculture.

A propos de l’accroissement du fardeau des dettes des pays africains subsahariens

Parlant de la coopération sino-africaine en matière d'approvisionnement alimentaire et d'autosuffisance alimentaire, le ministre Han Changfu a ajouté que la Chine a mis en place des Centres de promotion des technologies agricoles dans quatorze   pays africains et que des experts chinois ont été formés dans les pays africains les moins développés. Pendant ce temps, poursuit-il, les techniciens et les fonctionnaires africains travaillant pour les départements agricoles ont été invités en Chine pour la recherche et l'étude.Quant au porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Geng Shuang, il indique que la Chine espère que les autres pays joueront un rôle plus positif dans le développement de l'Afrique et traiteront la coopération sino-africaine de manière juste et objective. M. Geng s'est exprimé ainsi en répondant à une accusation américaine selon laquelle les prêts à faible taux d'intérêt accordés par la Chine et d'autres pays ont poussé certains pays d'Afrique subsaharienne à accroître le fardeau de leur dette.« Ces remarques sont sans aucun rapport avec la vérité », a-t-il déclaré. Selon lui, durant l'étape initiale de l'industrialisation, tout pays a besoin de soutien financier. Il estime qu’il est difficile pour l'Afrique de mener à bien l'industrialisation et la modernisation sans garantie financière. Le soutien financier de la Chine à l'Afrique concerne principalement les domaines des infrastructures à savoir les hopitaux, les universités, les ports, les autoroutes, etc…et de la production, améliorant considérablement l'environnement du développement économique de l'Afrique et aidant le continent à attirer des investissements étrangers. Avec cette aide chinoise, les pays africains, en particulier les moins développés, peuvent espérer qu’ils trouveront des solutions aux problèmes d'approvisionnement alimentaire le plus tôt possible afin qu’ils puissent vivre mieux.
VINCENT MBONIHANKUYE (à Beijing)

Ouvrir