Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROVINCE DE KAYANZA> Célébration de la Journée internationale de la femme

Sous le thème : « Acteurs ruraux et urbains ensemble, transformons la vie des femmes »

 

DSC 0706La Journée internationale de la femme a été célébrée au niveau national au chef-lieu de la province de Kayanza le jeudi 8 mars 2018. Les cérémonies ont été rehaussées par la présence du chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, et son épouse. Se basant sur  le thème national de la journée « Acteurs ruraux et urbains ensemble, transformons la vie des femmes », le Président Nkurunziza a demandé à tous les acteurs sociaux à soutenir la femme dont les voies sont actuellement ouvertes pour son développement. 

 

 

Les cérémonies marquant la célébration de la Journée internationale de la femme, édition 2018, au niveau national ont débuté par un long défilé des femmes issues de différentes institutions républicaines. Il s’agit notamment de la présidence de la République, de l’Assemblée nationale, de différents ministères, du Forum national des femmes, des organisations féminines, les associations œuvrant dans la promotion de la femme, etc. Le défilé le plus attendu était celui des femmes issues des corps de défense et de sécurité qui a ému le public.Dans son discours de circonstance, le président de la République, Pierre Nkurunziza, a d’abord rappelé que cette journée est une occasion de tout un chacun de s’autoévaluer sur le développement de la femme. Et aux femmes burundaises, il a rappelé qu’elles doivent garder à l’esprit qu’en tant que Burundaises, elles sont différentes de la femme américaine, française, asiatique, etc. Elles ont des coutumes et des mœurs qu’elles doivent sauvegarder pour leur identité dans le développement. La femme burundaise, selon le chef de l’Etat, est un pilier de la famille, d’où elle se doit d’être appuyée et soutenue dans ses activités de développement sous tous les angles. Etant le pilier pour le développement de la famille, à ce titre, elle est l’aide de son mari. Si une femme se porte bien en famille, son mari devient excellent dans tous ses projets. Elle est chargée de l’entretien de toute la famille, y compris celui de son mari. Pour le chef de l’Etat, eu égard aux phénomènes de grossesses précoces qui se manifestent ici et là chez les adolescentes dans les écoles, la femme actuelle a besoin d’être appuyée pour redoubler d’efforts dans l’éducation des enfants.Le Président Nkurunziza a demandé à toutes les femmes de s’intégrer dans des associations et coopératives afin de s’auto développer car les voies pour elles sont ouvertes, la balle se trouve dans leur camp pour arriver à un développement durable. Les femmes doivent avoir des visions à long terme, donc préparer de grands projets car la volonté de la part du gouvernement est réelle.Quant aux partenaires techniques et financiers qui se disent prêts à aider la femme, le chef de l’Etat a insisté sur la vigilance. Car, pour lui, il y a des gens qui proposent un appui dans le but de détruire l’individu appuyé. Donc, la femme burundaise doit identifier un vrai partenaire qui ne la détruit pas, mais la fait avancer dans ses projets.

La femme est bien présente dans les sphères politiques de prise de décisions au Burundi

Quant à lui, le ministre des Droits de la personne humaine, des affaires sociales et du genre, Martin Nivyabandi, a fait savoir que dans ces derniers jours, le développement de la femme burundaise se fait remarquer. Il a indiqué qu’elle est bien représentée dans les institutions républicaines, dans les instances de prise de décision, chose qui n’a pas toujours été. Il a pour cela appelé toutes les filles burundaises à préparer leur avenir par l’école. Etant donné que la mesure de la gratuité de l’école fondamentale reste en vigueur, elles sont appelées à poursuivre même les écoles supérieures pour qu’elles s’intègrent facilement dans la société et participent dans les affaires de l’Etat. Il a également indiqué que la femme burundaise se fait remarquer dans le monde des affaires, puisqu’il n’y a pas mal de femmes qui exercent le commerce et même dans l’importation.Janvière Ndirahisha, présidente du Forum national des femmes a, quant à elle, remercié le chef de l’Etat qui a rehaussé de sa présence les cérémonies marquant la journée dédiée à la femme. Pour elle, c’est un signe que le Président Nkurunziza soutient la femme dans ses activités de développement.Elle a remercié le gouvernement du Burundi pour les efforts qu’il ne cesse de déployer pour promouvoir le développement durable de la femme. Elle a cité notamment la mise en place de la loi réprimant les violences basées sur le genre, la récente mesure de légalisation des couples mariés illégalement, etc.Elle a demandé toutefois qu’il y ait respect des quotas d’au moins 30% dans les institutions  mais aussi d’étendre cette mesure dans les fonctions ordinaires de l’Etat pour bien intégrer la femme burundaise. Cela, parce que les femmes représentent au moins 51% de la population burundaise et que, même lors de la récente opération d’enrôlement électoral pour le référendum constitutionnel et les élections générales de 2020, l’effectif des femmes inscrites a dépassé celui des hommes puisqu’elles sont à 52,6% des inscrits. La présidente du Forum national des femmes a remis au chef de l’Etat un tableau représentant leur reconnaissance envers le président de la République. Le Forum des femmes en province de Kayanza a remis au chef de l’Etat une génisse dénommée « Muco », signe de reconnaissance de son appui multiforme à la femme de cette circonscription.

Amédée Habimana

Ouvrir