Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ONT ET HTB> Réunion d’échanges sur la promotion du secteur du tourisme

Préparer le 20e sommet du Comesa qui se tiendra au Burundi en juin 2018

 

DSC 0106L’Office national du tourisme et la Chambre sectorielle de l’hôtellerie et du tourisme a organisé, le jeudi 1er mars 2018, une réunion d’échanges sur la promotion du secteur  du tourisme à l’intention des opérateurs du secteur hôtelier. L’objectif est de  préparer le 20e sommet du Comesa qui aura lieu au Burundi au mois de juin 2018. 

 

Le directeur général de l’Office national du tourisme (ONT), Léonidas Habonimana, a informé que l’objectif de cette réunion est de connaître exactement l’état des lieux du secteur mais également de dégager des recommandations susceptibles d’influencer positivement les préparatifs du 20e sommet du Comesa qui aura lieu au Burundi au mois de juin 2018. Il a ajouté que 1 000 personnes vont venir au Burundi participer à ce sommet et doivent se nourrir, se loger, communiquer et visiter le pays. « Nous devons leur réserver un accueil digne du Burundi pour que leur passage puisse avoir un impact financier sur le pays », a-t-il indiqué.  Pour cet effet, M. Habonimana a dit que Bujumbura a autour de 146  hôtels et 2 853 chambres. Le comité technique du Comesa a visité tous les hôtels et a constaté que le Burundi a toutes  les capacités logistiques hôtelières pour accueillir cette délégation. Selon M. Habonimana, le Burundais doit réaliser que l’image qu’il envoie à l’extérieur mais également à l’intérieur du pays influe sur le flux des touristes au Burundi. Les Burundais doivent changer le langage sur notre pays et transcender leurs différences et parler du Burundi tel qu’il est.« Quand on écoute les étrangers qui viennent au Burundi dire ce qu’ils ont enduré avant de venir, ils sont étonnés de la mauvaise opinion créée sur notre pays alors qu’il est beau et plein de potentialités. Vous pouvez aménager des sites et bâtir des infrastructures, mais si nous ne changeons pas de langage, les gens ne viendront pas. Nous allons investir mais le retour sur l’investissement ne sera pas fait dans les délais escomptés à cause de  nous-mêmes qui détruisons nos propres investissements par les opinions ternissant l’image du Burundi. Tant que l’image de la destination n’est pas améliorée, vous pouvez investir tout ce que vous voulez, mais vous n’aurez pas de gens », a-t-il précisé. Il a lancé un appel vibrant aux opérateurs du secteur touristique à se préparer comme il faut pour le 20e sommet du Comesa qui constitue une opportunité de faire des fonds.  

EZECHIEL MISIGARO

Ouvrir