Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Chine> Marché du mariage

Des parents chinois prêts à tout pour que leurs enfants se marient

 

Pour son enfant, on est prêt à tout. Comme tous les marchés, celui du mariage est  une rencontre entre l'offre et la demande. Que ce soit à Beijing ou à Shanghai, en Chine, un marché de ce genre est très particulier et réunit de nombreux parents. On ne vend pas sa voiture ou sa machine à laver, mais sa progéniture. Sur de petites annonces, les parents affichent l'âge, le revenu, les propriétés, la taille et les caractéristiques de leurs enfants pour leur trouver un partenaire et les marier. 

 

Quand il s’agit de mariage, les parents chinois ne plaisantent pas. C’est une question de principe. Passé la trentaine, le célibat est considéré ici comme une forme d'échec social. Avec de millions de célibataires qui se comptent  dans les grandes villes de la Chine, beaucoup de jeunes chinois vivent le célibat ayant peur d’être dans l'incapacité mathématique de subvenir aux besoins d’une famille fondée. Dans le parc de Zhongshan,  à  Beijing, les samedis  dans l’après-midi, des parents viennent y « vendre » leurs enfants solitaires à d'autres célibataires, en vue de contracter un mariage. Pour trouver le ou la partenaire idéale, ils suspendent de petites annonces sur lesquelles sont indiqués sexe, âge, taille mais également revenu, diplômes, valeurs familiales et traits de personnalité.Ces parents sont toutefois exigeants. La plupart d'entre eux cherchent surtout un homme qui a de l'argent et une bonne situation pour leur fille ou une belle femme pour leur fils. Ils sont également pressés. Passé la trentaine, les célibataires chinois ont très peu de chance de trouver un cœur à prendre et leur condition est souvent vue comme un échec social en Chine. Étant une préoccupation pour les parents, c’est aussi un lieu de rencontre où ces derniers échangent leurs soucis et trouvent le temps de se soutenir mutuellement. La pression du mariage imposée par les parents se heurte souvent au désir de la jeunesse chinoise de faire passer la carrière avant la famille. Comme ces jeunes ne sont pas obligés de prendre les partenaires proposés par leurs parents, cela est devenu un sujet de divertissement. 
BLANDINE NIYONGERE

Ouvrir