Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

LE 5 FEVRIER 2018> Célébration du 27e anniversaire de la Charte de l’Unité nationale sous les auspices du chef de l’Etat

« Consolidons l’unité  afin qu’elle soit réellement le pilier de la paix et de la démocratie dans notre pays »

 

DSC02757Le Burundi a commémoré,  le lundi 5 février 2018, le 27 anniversaire de la Charte de l’Unité nationale en province de Gitega sous le thème : « Consolidons l’unité  afin qu’elle soit réellement le pilier de la paix et de la démocratie dans notre pays ». Les cérémonies étaient présidées par le chef de l’Etat du Burundi, Pierre Nkurunziza. Il a appelé les Burundais  à sauvegarder l’unité nationale pour arriver à un développement durable.  

 

Les cérémonies de la célébration du 27e anniversaire de la Charte de  l’Unité nationale se sont déroulé au monument de l’Unité de Gitega où le chef de l’Etat et son épouse ont déposé le gerbe de fleurs.  Les représentants du corps diplomatique et consulaire ont, à leur tour,  déposé le leur. Les cérémonies se sont poursuivies au terrain du camp militaire 22e Bataillon  blindé. Les tambours et les danses traditionnelles ont agrémenté les festivités du  jour. L’archevêque de l’archidiocèse de Gitega, le représentant des Eglises protestantes,  le représentant de la Communauté musulmane au Burundi ont mis dans les mains de l’Eternel cette activité. Ils ont invoqué la présence de Dieu dans les esprits des Burundais afin d’avoir  l’unité effective. Le gouverneur de la province de Gitega, Venant Manirambona, a dans son mot d’accueil souhaité la bienvenue   aux invités et a fait savoir que l’unité dans ladite province est une réalité. En témoigne, la  cohabitation pacifique entre les différentes composantes de la société. L’unité nationale dont jouit la population  leur a permis d’accéder aux travaux de développement. La population s’est regroupée  dans des associations de  développent grâce au leadership des autorités. 

Léguer aux générations futures un Burundi dépourvu de toutes formes de division

Dans son allocution, le président de la République, Pierre Nkurunziza a informé que l’unité, au sein des Burundais, date du règne du roi  Ntare Rushatsi qui nous a légué un pays unifié. Selon lui, il a vaincu toutes les guerres que tous les ennemis du Burundi menaient contre lui grâce à l’unité de son peuple. L’unité était fondée sur la culture et les mœurs de nos ancêtres. L’unité a été perturbée, depuis des années, par les ennemis du Burundi qui nous ont divisés pour nous diriger et spolier  les richesses de notre pays. Il a ajouté que l’unité est le bouclier du Burundi dont les Burundais  doivent se munir pour lutter contre le venin de division que les ennemis du Burundi nous ont injectée. Il a ainsi a exhorté aux Burundais de toujours garder dans leurs cœurs que la famille est le fondement de l’unité et d’inculquer les valeurs de l’unité en commençant par les enfants.  Selon le chef de l’Etat, le rétablissement de l’unité nationale dans les esprits des burundais, passera  successivement par ménages, les clans et atteindra le niveau national.  Le président Nkurunziza a appelé les Burundais à sauvegarder l’unité nationale pour arriver à un développement durable. Il a poursuivi en rappelant  que c’est une occasion de s’auto évaluer, de rappeler a chaque Burundais son rôle dans la sauvegarde de l’unité afin de léguer aux générations future un Burundi dépourvu de toutes formes de division.

Les remèdes aux divisions ethniques

Le chef de l’Etat a indiqué que les remèdes aux divisions ethniques sont la Commission vérité et réconciliation (CVR), la Commission nationale des terres et autre biens (CNTB), l’institution de l’Ombudsman, le Conseil national de l’Unité ainsi que l’Observatoire de lutte contre le génocide, des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre. Ces institutions doivent remonter aux origines et chercher les causes profondes de perturbations de l’unité au Burundi. Ont participé à ces cérémonies les hauts cadres de l’Etat, les représentants du corps diplomatique et consulaire accrédité au Burundi, les haut gradés des corps de défense et de sécurité, les représentants des confessions religieuses, les représentants de la société civile   et  d’autres.
Ezéchiel Misigaro

Ouvrir