Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CHARTE DE L’UNITE NATIONALE > Vingt-septième anniversaire

«Consolidons notre unité à travers les structures prévues par la Constitution»

 

DSC03746Dans le cadre de la célébration du 27ème anniversaire de la Charte de l’Unité nationale, le ministère de l’Intérieur et de la formation patriotique a organisé deux conférences-débat le vendredi 2 février 2018 à Bujumbura. Ces conférences portaient sur le thème  « Consolidons notre unité à travers les structures prévues par la Constitution ».  

 

Les conférences-débat organisées dans le cadre de la célébration du 27ème anniversaire de la Charte de l’Unité nationale ont vu la participation de plusieurs personnalités dont les hauts cadres des institutions gouvernementales, les représentants des confessions religieuses, les membres du corps diplomatique accrédité à Bujumbura, les membres de la société civile, etc. En ouvrant cette activité, le secrétaire permanent du ministère de l’Intérieur et de la formation patriotique, Déo Ruberintwari,  a indiqué que l’objectif de cette réunion était de faire la moralisation sur l’unité nationale et de se remémorer son importance dans la vie du pays. Il a rappelé que le Burundi a surmonté des moments difficiles dans le passé et que c’est pour cette raison qu’on chante dans l’hymne national que le pays a été meurtri et malmené mais qu’il est demeuré serein. Il a souligné que le bouclier des Burundais a toujours été l’unité.

«Les ethnies au sens de la définition classique sont introuvables»

Mgr Jean Louis Nahimana, qui a animé la première conférence «Problématique de l’unité à travers les âges et la culture», a souligné qu’on confond souvent les causes et les conséquences des crises qu’a connus le Burundi après son indépendance. Selon lui, les ethnies au sens de la définition classique sont introuvables au Burundi. Il a indiqué que, s’il faut une solution aux problèmes burundais, il faut s’intéresser aux faits politiques qui se matérialisent par l’instrumentalisation négative des différences pour l’accès au pouvoir ou pour la conservation de celui-ci. Il a suggéré quelques solutions pour la consolidation de l’unité. C’est notamment le respect de la vie et le respect de la personne humaine, l’accès des citoyens aux droits économiques et sociaux, la résolution pacifique des conflits et la réconciliation. Pie Ntiyankundiye, qui a animé la deuxième conférence « Piliers de l’unité dans les institutions du Burundi», a souligné que les piliers pérennes de l’unité nationale sont mentionnés dans la Charte de l’Unité nationale. Cette réunion a donné une opportunité aux participants de poser des questions et de contribuer au débat.     

GRACE-DIVINE GAHIMBARE

Ouvrir