Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Burundi> 27e anniversaire de l’adoption de la Charte de l’Unité nationale

Les Burundais doivent se rappeler ce à quoi ils se sont engagés

 

DSC 2554Adopté par référendum le 5 février 1991, la Charte de l’Unité nationale a été le résultat des grandes consultations au sein de la classe politique burundaise en guise de  réponse aux différentes périodes tragiques qu’a connues le Burundi, surtout les événements de Ntega et Marangara. Par son adoption, les Burundais se sont mis d’accord à pas mal d’engagements. Quelques jours avant la commémoration du 27ème anniversaire de l’adoption de cette charte, la rédaction du quotidien « Le Renouveau » a souhaité revenir sur certains de ces engagements.  

 

Le projet de la Charte de l’Unité nationale a été un pacte sellé entre les Burundais (toutes ethnies confondues) dont les portées significatives sont l’enterrement de la hache de guerre, le refus de la division, le respect des libertés individuelles, etc.  Sans nul doute qu’ils ne pouvaient pas faire autrement car ils étaient lassés de vivre toujours une situation de tension, d’incertitude résultant des rumeurs pour semer la panique chez certains et ralentir les élans gouvernementaux tant sur le plan intérieur que sur le plan extérieur.Le 5 février est donc une journée historique, où chaque citoyen  qui a voté pour la Charte de l’Unité nationale a manifesté la volonté de condamner et rejeter à jamais les divisions, et s’est engagé à respecter l’éthique de l’unité, d’organiser la vie nationale dans la voie de l’unité, de se réconcilier et d’envisager l’avenir avec confiance. En votant pour la charte de l’Unité nationale, chaque électeur a juré de marcher dans la voie de l’unité nationale et a manifesté la volonté ferme de veiller sur l’unité, de lutter pour l’unité nationale. Le 5 février 1991 a été donc une journée mémorable qui a annoncé la fin de la période inique, caractérisée par le règlement de comptes, la balkanisation du pays au moyen des clichés et des stéréotypes qui ne cadraient plus avec l’esprit du temps.  

La Charte de l’Unité nationale comporte plusieurs engagements

Par l’adoption de la Charte de l’Unité nationale, les Burundais se sont engagés à pérenniser l’unité nationale  car le Burundi a été une nation édifiée par les Burundais eux-mêmes et le peuple burundais accuse une homogénéité culturelle rarement égalée. Ils se sont aussi engagés à condamner et à rejeter à jamais les divisions de toutes natures en extirpant de la société burundaise toute tendance à la violence, l’extermination physique et la vengeance ; à  ne pas cautionner les actes et comportements divisionnistes de quelque nature que ce soit et à condamner toute tendance à la globalisation, bannir de la société burundaise toute idéologie divisionniste. Comme l’indique la Charte de l’Unité nationale, le peuple burundais s’est aussi engagé à respecter rigoureusement  l’éthique de l’unité nationale en respectant la vie humaine, en se réconciliant avec lui-même,  en combattant toute injustice, en sauvegardant et en consolidant la paix et la sécurité, en privilégiant l’intérêt général, etc. L’organisation de la vie nationale dans la voie de l’unité nationale par la gestion démocratique,  le respect des droits de l’Homme, le développement national et la culture nationale, sont aussi d’autres engagements faits par le peuple burundais à travers cette charte. 

Astère Nduwamungu

Ouvrir