Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Commission d’enquête sur le Burundi> Position du gouvernement en cas de prolongation de son mandat

«Il rejette toute idée de prolongation»

 

DSC 0209Beaucoup d’éclaircissements ont été donnés à différentes des questions des journalistes par le ministre des Droits de l’Homme, des affaires sociales et du genre, lors d’une conférence de presse  animée le jeudi dernier. Selon le ministre Martin Nivyabandi, le gouvernement du Burundi rejette toute idée de prolonger le mandat de la Commission d’enquête  

 

A la question de savoir si le gouvernement du Burundi est prêt à collaborer avec une nouvelle commission d’enquête sur le Burundi, une fois mise en place, le ministre ayant les droits de l’Homme dans ses attributions a d’abord rappelé que le Burundi fait partie de quarante-sept pays membres du Conseil des  droits de l’Homme, et qu’il a le droit d’accepter ou de rejeter tout rapport produit quand il ne concorde pas avec la réalité de ce qui se trouve sur terrain. « Donc, il faut que les questions des droits de l’Homme soient traitées dans le cadre des droits de l’Homme plutôt que d’être politisées par qui que ce soit. Et que ces dernières ne soient pas non plus une plate-forme des pays de grande puissance afin de piétiner la souveraineté des Etas », a ensuite précisé M. Nivyabandi.

« Qui dit prolongation du mandat, dit reproduire la même chose »

Quant à la  position du gouvernement du Burundi en cas de prolongation du mandat de la Commission d’enquête en place, M. Nivyabandi a indiqué que le Burundi n’est pas contre les personnes, mais, qu’il est contre une Commission qui aura toujours le même mandat. « Et qui dit la prolongation du mandat dit reproduire la même chose.  Alors, on n’est pas sûr qu’en cas de prolongation, cette même Commission reproduira la plus-value  par rapport à ce qui a été produit dans le précédent rapport », a affirmé M. Nivyabandi, tout en signalant que la politisation des droits de l’Homme ne conduit pas à son amélioration. Ce dernier a terminé en informant que l’idée de faire prolonger le mandat de la Commission d’enquête et celle qui fait référence aux enquêtes par les étrangers sont toutes rejetées. 
Avit Ndayiragije

Ouvrir