Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CENI > Préparation d’une élection sénatoriale partielle

Pour remplacer le sénateur Martin Mbazumutima

 

DSC 8726La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a organisé un point de presse au cours duquel elle informe le public qu’une élection sénatoriale partielle sera organisée en date du 7 novembre, en remplacement de l’Honorable Martin Mbazumutima de la circonscription de la mairie de Bujumbura. Elle appelle les candidats à déposer leurs candidatures jusqu’au 9 octobre 2017.  

 

Comme l’a souligné le président de la Ceni, Pierre Claver Ndayicariye, il s’agissait d’informer le public et les leaders des formations politiques, mais aussi les hommes et les femmes qui évoluent dans les compétitions électorales en qualité de candidats indépendants. En mairie de Bujumbura, il sera organisé une élection sénatoriale partielle le mardi 7 novembre 2017, pour remplacer Martin Mbazumutima qui a été récemment nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la république du Burundi.Selon toujours M.Ndayicariye, le décret n° 100/171 du 22 septembre 2017, appelle les membres des conseils communaux de la mairie de Bujumbura de la législature 2015-2020 à participer à cette élection. Il appelle aussi les partis politiques, les coalitions des partis politiques et les candidats indépendants remplissant les conditions fixées par la loi, à déposer leurs dossiers de candidatures ainsi que leurs insignes à la Ceni  du 25 septembre au 9 octobre 2017.En ce qui la concerne, la Ceni a déjà mis en place une Commission chargée de réceptionner les dossiers de candidatures. Celle-ci est au service des intéressés, tous les jours ouvrables, de 7h30 à midi et de 14h à 17h30. « Chaque élection est un moment important dans la vie démocratique du pays. C’est pourquoi la Ceni du Burundi tient toujours à fournir un maximum d’éclairage à l’opinion », a rappelé le président de la Ceni. Par là, il a indiqué que pour être sénateur, l’article 158 du Code électoral stipule que le candidat doit avoir la qualité d’électeur, avoir la nationalité burundaise de naissance ou l’avoir acquise depuis au moins dix ans, être âgé de 35 ans révolus au moment de l’élection, résider au Burundi lors de la présentation des candidatures et être natif ou ressortissant de la province concernée, jouir de tous les droits civils et politiques et souscrire à la Charte de l’unité nationale. « Quelle que soit la formation politique ou indépendante d’origine, la loi précise que les candidats doivent être de la même ethnie que le sénateur à remplacer », a fait entendre Ndayicariye. 
JEAN BOSCO NKUNZIMANA

Ouvrir