Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

DIALOGUE> Emission publique des porte-parole

Des éclaircissements aux interrogations des journalistes et de la population

 

DSC 21361Les porte-parole  du Président de la République, du gouvernement, des ministères et des institutions publiques ont répondu, le vendredi 30 septembre 2017 dans la province de Ngozi, aux questions des journalistes et de la population sur la vie du pays, au cours de  l’émission publique. Différentes inquiétudes et interrogations ont eu des éclaircissements. 

 

Avant de répondre aux différentes interrogations, le porte-parole du Président de la république du Burundi, Jean Claude Karerwa, a d’abord transmis le message du président de la République, Pierre Nkurunziza. Le chef de l’Etat  salue d’abord la population burundaise. Il remercie   cette dernière pour le soutien à la sécurité, la justice et le développement. Le chef de l’Etat appelle les dirigeants à  mettre en avant les intérêts de la population. Il demande aux élèves de se lever comme un seul homme dans leurs travaux quotidiens. Egalement aux parents et aux instituteurs, de ne jamais croiser les bras dans l’éducation. Le chef de l’Etat demande aussi à la population de maintenir la paix et la sécurité. Il salue les initiatives des réfugiés burundais en retour dans leur pays natal et demande à  la population burundaise de bien les accueillir.Apres le message  du porte-parole du chef de l’Etat, les porte-parole  des différentes institutions étatiques ont répondu aux différentes questions des journalistes.Dans le domaine politique, les journalistes ont voulu savoir si le gouvernement burundais va accepter l’envoi de trois  experts de l’Organisation des nations-unies au Burundi pour venir mener des enquêtes en rapport avec les droits de l’Homme. Le secrétaire général et porte-parole du gouvernement, Philipe Nzobonariba,  a indiqué  que  le gouvernement burundais n’a jamais été contre l’envoi des experts internationaux mais souligne que les experts  ont le droit de faire ce travail s’ils sont en collaboration avec le gouvernement burundais.S’agissant de la garantie du gouvernement burundais sur la protection des biens  des réfugiés. M. Nzobonariba a répondu que le gouvernement burundais s’est engagé à protéger tous les biens des réfugiés, contrairement à certains pays étrangers.Les journalistes ont également voulu savoir s’il y aurait des tentatives de renouer les relations efficaces entre le Burundi et le Rwanda. M. Nzobonariba a souligné que le problème réside au niveau du Rwanda qui ne fait que déstabiliser cette relation.Dans le secteur de la sécurité, les journalistes ont voulu savoir si les affrontements entre les forces de la République démocratique du Congo (FARDC) et les Mai mai dans la République démocratique du Congo (RDC) n’ont pas des effets néfastes sur le Burundi. Le porte-parole du ministère de la Défense et des anciens combattants a indiqué que  les forces de l’ordre continuent  à  protéger les frontières du Burundi. Il a également démenti qu’il n’y a pas eu d’affrontements entre le mouvement rebelle et les forces armées burundaises au niveau de la zone  Gatumba à la frontière de la RDC. Il a indiqué que c’est un groupe de voleurs qui ont été maitrisés par les forces de l’ordre  bien que l’armée burundaise a perdu  deux militaires.S’agissant de la position du gouvernement burundais sur les assassinats contre les demandeurs d’asile en RDC, Philippe Nzobonariba a indiqué que le gouvernement a demandé au gouvernement de la RDC de mener des enquêtes sur cette question

Des questions du secteur économique

Dans le domaine économique, une question  posée concerne l’état d’avancement de l’ajustement salarial qui est en train d’être traitée par la Commission nationale de dialogue sociale (CNDS). Le porte-parole du ministère  de la Fonction publique  a dit que cette question est en cours de traitement. Il a rassuré  que bientôt le rapport sera publié avant la fin de 2017. Ainsi, les fonctionnaires seront régularisés.L’attribution des marchés publics des sociétés chargées de l’enlèvement des immondices en mairie de Bujumbura a aussi fait objet de question. Cette question a été éclaircie par le porte-parole du ministère de l’Intérieur en disant que son ministère est en train de suivre de près l’attribution des marchés et ces derniers seront attribués à  plus d’une société qui seront chargées de cette tâche.Concernant les propos selon lesquels le Burundi sera financé, dans l’année budgétaire 2018, par les recettes intérieures, les journalistes ont demandé d’où proviendront les sources de financement intérieur. Le porte-parole du ministère des Finances et de la privatisation a fait savoir que les financements extérieurs se poursuivront et que des projets seront réalisés suivant les recettes et fonds reçus .Concernant l’éducation, ils ont demandé si les recours dans le redéploiement des enseignants ont été régularisés. Le porte- parole du ministère de l’Education, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a mentionné que les irrégularités n’ont pas manqué mais sont en train d’être régularisées. Ainsi,  les enseignants sont priés de faire des recours dans leurs directions provinciales de l’Enseignement. Concernant le sort des étudiants de l’Ecole normale supérieure (ENS) qui n’ont pas encore présenté leurs travaux de fin d’études universitaires, le porte-parole de l’enseignement supérieur a répondu que cela est arrivé pour les étudiants qui n’ont pas respecté les délais. Il leur a demandé d’approcher les responsables habilités pour trouver les solutions. Dans le secteur de la santé,  les journalistes ont demandé  le sort des malades et porteurs du VIH sida qui sont pris en charge par les structures de santé qui ont été dernièrement suspendues. Le porte-parole du ministère de la Santé  et de la lutte contre le sida a répondu en disant qu’ils seront assistés par les structures de santé  proches en attendant une solution durable. Dans le domaine de la justice, les interrogations ont été menées à l’ endroit du Conseil national de la communication (CNC) sur les décisions  dernièrement prises à l’ endroit de certains médias sur la protection des journalistes. Le porte-parole du Conseil a interpellé les journalistes à se faire inscrire  pour bénéficier  sa protection. Ils ont été également interpellés  d’éviter les dérapages journalistiques. M. Nzobonariba a salué le travail des journalistes.

Des questions de la population

Apres les interventions des journalistes, des questions ont été posées par la population. Certains ont émis des inquiétudes sur la protection de l’environnement,  notamment la construction anarchique des bâtiments. Le porte-parole du ministère ayant l’environnement dans ses attributions a dit que, des mesures de restructuration sont en train d’être menées par le ministère à travers les services de l’Urbanisme. D’autres ont relevé les questions en rapport avec les problèmes fonciers et bien d’autres.Il convient de rappeler que  pareille émission publique des porte-parole des institutions et ministères avait été tenue le 17 mars de l’année 2017.
Eric Mbazumutima

Ouvrir