Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMUNE BUHIGA> Prière d’action de grâce organisée par la famille présidentielle

Elle s’est déroulée du 31 août au 3 septembre 2017

 

buhS’appuyant sur la parole tirée de la Bible du livre 1er des Rois chapitre 17 : 8-16, la prière d’action de grâce organisée par la famille présidentielle a été ouverte dans l’après-midi du jeudi 31 août 2017 au chef-lieu de la commune Buhiga de la province de Karusi. Les cérémonies étaient présidées par le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, et son épouse. Dans son discours de circonstance, le chef de l’Etat a annoncé que cette prière est organisée dans le cadre de rendre grâce à Dieu deux ans après les élections de 2015, un processus électoral qui pouvait tourner mal pour le Burundi n’eût été la main de Dieu qui intervint pour stabiliser son peuple. 

 

Ces cérémonies d’ouverture ont vu la participation de différentes autorités du pays, à commencer par le président de l’Assemblée nationale Pascal Nyabenda, le président du Sénat, Révérien Ndikuriyo, le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, le Deuxième vice-président de la République, Joseph Butore et l’Ombudsman de la République, Edouard Nduwimana, différents hauts cadres de l’administration publique et privée et les représentants de différentes confessions religieuses, les étrangers vivant au Burundi, etc. Dans sa prière d’ouverture, la Première dame, Denise Nkurunziza, a demandé pardon pour les fautes commises par les Burundais dans le temps et dans ces jours. Elle a souhaité que ladite prière puisse porter des fruits au sein de tous les Burundais qui sont dans le pays et même ceux qui sont à l’extérieur.A son tour, la gouverneure de la province de Karusi, Aline Manirabarusha, a fait savoir que la population dans cette circonscription n’attend que la saison pluvieuse pour semer pour la saison culturale A. Pour le reste, Karusi vit dans la paix et la tranquillité et la population cohabite dans sa diversité.

Une occasion en or de rendre grâce à Dieu pour son attention sur le Burundi

Dans son discours de circonstance, le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, a appelé les invités à cette prière et tous les Burundais à saisir cette occasion qui leur est offerte par la famille présidentielle. Et d’annoncer que parmi les objectifs de cette prière de quatre jours, il importe de souligner qu’il s’agit de rendre grâce à Dieu pour les deux ans qui viennent de s’écouler après les élections de 2015. Prier pour le Burundi, ses leaders et le peuple  burundais. Témoigner des biens que l’Eternel a faits pour la famille présidentielle et, par conséquent, pour tous les Burundais. Prier pour les malades surtout ceux qui souffrent des maladies spirituelles, notamment d’ordre ethnique, régionaliste, divisionniste, etc ...Le chef de l’Etat a également annoncé que ces quatre jours seront une occasion de renforcer les capacités des leaders présents, des jeunes, etc. surtout en matière de foi, dans l’exercice de leur fonctions quotidiennes.

« Accepter docilement que la volonté de Dieu s’accomplisse en nous »

Revenant sur le thème choisi en inspiration de la Bible pour cette prière, le chef de l’Etat a demandé aux participants d’accepter docilement la volonté de Dieu dans leur vie de tous les jours. Il leur a donné l’exemple du prophète Elie qui accepta l’ordre lui donné par Dieu de se rendre à l’endroit qui lui avait été indiqué. Malgré la famine qui sévissait dans la région de destination, Elie a accepté volontairement. Il en est de même pour la veuve qui accepta de donner au prophète la farine et l’huile qui lui restaient pour qu’elle et son fils meurent de faim. Le président Nkurunziza a laissé entendre qu’après avoir accepté la volonté de Dieu, ce qui suit, c’est l’assurance, la garantie, la prospérité, etc. Et le chef de l’Etat d’ajouter que dans cet extrait biblique, il ressort deux symboles de l’obéissance à l’ordre divin, la farine symbolisant la force et l’huile la puissance. En tout, celui qui ne bloque pas la volonté de Dieu et qui plutôt la met en pratique est, par-là, fort et puissant dans sa vie. Et de demander aux participants et à tous les Burundais d’accepter de marcher avec Dieu dans toutes leurs activités mais aussi d’être ses serviteurs fidèles.
Amédée Habimana

Ouvrir