Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Commune Mwumba> Célébration de la fête communale

« Aimer son pays, ce n’est pas chanter l’hymne national seulement, mais travailler pour son développement »

 

DSC 7244Depuis quelques années, le premier samedi du mois d’août est dédié à la célébration de la fête communale dans tout pays. Cette année, elle a été célébrée le samedi 5 août 2017 dans tout le pays. En commune Mwumba de la province de Ngozi, les festivités ont été rehaussées par la présence du couple présidentiel, natif de cette commune. Elles ont été marquées par un message du gouvernement envers les Burundais ainsi que le discours du chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, où il a invité le peuple burundais à garder la sérénité et à contribuer dans le développement communal. Depuis quelques années, le premier samedi du mois d’août est dédié à la célébration de la fête communale dans tout pays. Cette année, elle a été célébrée le samedi 5 août 2017 dans tout le pays. En commune Mwumba de la province de Ngozi, les festivités ont été rehaussées par la présence du couple présidentiel, natif de cette commune. Elles ont été marquées par un message du gouvernement envers les Burundais ainsi que le discours du chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, où il a invité le peuple burundais à garder la sérénité et à contribuer dans le développement communal. 

 

Lu par l’administrateur de la commune Mwumba, Emmanuel Ndayizeye, le message du gouvernement commence par rendre grâce à Dieu Tout Puissant pour avoir gardé les Burundais jusqu’ à ce jour où ils célèbrent cette fête sur tout le territoire national. Ledit message souhaite que le Tout Puissant accorde à chacun des Burundais la force et la volonté nécessaires pour assurer le développement de leurs communes tel qu’ils en ont pris l’engagement.Cependant, selon le gouvernement du Burundi, l’indépendance doit être renforcée et consolidée  par  la concrétisation des œuvres de développement. La célébration de cette fête, indique le message, c’est pour immortaliser dans la mémoire du peuple burundais cette indépendance si chèrement acquise. D’où, à l’occasion de cette fête, les natifs de la commune ont été conviés à se retrouver ensemble pour échanger les vœux de paix et de bonheur, se détendre, partager un verre examinant ensemble le degré d’avancement des travaux de développement de leur commune.

Cette fête a été instituée pour atteindre certains objectifs

D’après le message du gouvernement, cette année, la fête communale a été célébrée sous le thème : Cohésion sociale et amour mutuel entre ressortissants d’une même commune, voie sûre vers le développement durable et le patriotisme parfait. Il s’est ainsi réjoui que cette fête ait été célébrée au moment où des camps de travail et de formation patriotique sont organisés en faveur de la jeunesse aussi bien estudiantine que villageoise au cours de leurs vacances d’été. Selon le gouvernement du Burundi, cette journée communale a été instituée pour atteindre cinq objectifs principaux, à savoir : renforcer et consolider les acquis de l’indépendance du Burundi ; donner l’occasion à toute la population native et résidente de se retrouver pour échanger sur toutes les questions en rapport avec le développement de la commune et les réponses arrêtées ; renforcer la procédure de la bonne gouvernance ; asseoir la tradition ancestrale qui a toujours caractérisé les Burundais et qui demande aux gens d’aimer et de travailler au développement de leur contrée ; ainsi que fêter ensemble dans l’allégresse et renforcer les bonnes relations d’amour et de fraternité entre les ressortissants de la commune en luttant ensemble en faveur de la paix, du développement, de la justice, de l’indépendance et de la souveraineté nationale. A travers ce message, le gouvernement du Burundi invite les Burundais à changer leur façon de faire pour continuer à sauvegarder la tradition et les bonnes pratiques culturelles qui ont toujours caractérisé nos grand- pères ; à rectifier tout ce qui ne rime plus avec les temps qu’ils vivent. C’est entre autres les sentences et proverbes qui ont freiné le développement du pays et qui propagent que l’homme véritablement cultivé s’éloigne de la pioche ou que l’homme vraiment développé ne retourne plus sur sa colline d’origine. Il a invité aussi les Burundais à méditer et à comprendre que celui qui a atteint un bon degré de développement s’implique aussi dans le développement de sa région natale mais aussi à se souvenir aussi  que l’union ufait la force.Comme le recommande la Constitution du Burundi, en son article 74, le gouvernement du Burundi indique que tout citoyen a le devoir de contribuer, par son travail, dans la construction et à la prospérité du pays. « Nous nous félicitons du fait que beaucoup de Burundais sont actuellement au travail, et surtout de la façon dont ils s’adonnent aux travaux communautaires. Cela a fait que le développement communautaire s’accélère en un temps record comparativement à la situation qui prévalait avant. Comme c’est bien souvent dit, depuis le lancement du programme des travaux communautaires, on a réalisé beaucoup de choses par nos propres mains et le progrès est très remarquable dans toutes les communes », indique le message.

Se lever et conjuguer les efforts pour le développement

Toujours dans ce message, le gouvernement du Burundi indique qu’à travers leurs diversités, les Burundais sont  appelés à se compléter mutuellement et les ressortissants d’une même commune à se lever et mettre en commun les moyens matériels et financiers et conjuguer les efforts pour construire les écoles sur leurs collines de recensement, les écoles secondaires et techniques ou de métiers, les centres de santé, les universités, les différents bureaux administratifs, les salles de conférences, les terrains de jeu, les marchés, les villages, les fontaines publiques, les maisons pour les vulnérables, les indigents, etc. Le gouvernement termine son message en invitant les Burundais d’être fiers de leur pays, de se préoccuper de son développement et de soutenir les initiatives qui visent le bien-être de la population. Il invite aussi le peuple burundais à renforcer les comités mixtes de sécurité afin d’agir avant qu’il ne soit trop tard ; à redoubler d’ardeur pour renforcer l’amour mutuel entre eux. Il appelle en outre à condamner et à rejeter tous ceux qui nourrissent la mauvaise intention de replonger le Burundi dans la colonisation en ravissant leur indépendance et leur souveraineté chèrement acquises.

Les fonds alloués aux communes vont être revus à la hausse

Prenant la parole à son tour, le numéro un burundais a indiqué que le fête communale prend source dans le programme de la formation patriotique. Il s’est réjoui du fait que cette fête intervient au moment où le gouvernement  a octroyé à chaque commune cinq cent millions de francs burundais pour son développement. Il a ainsi souligné que par le fait que cet argent contribue énormément dans la réalisation de beaucoup de projets de développement des communes, le gouvernement va revoir à la hausse cette somme afin de leur permettre de se développer davantage.Selon le chef de l’Etat, aimer son pays ce n’est pas chanter l’hymne national seulement, mais plutôt retrousser les manches et travailler pour son développement. Il a ainsi salué la contribution des Burundais vivant à l’étranger dans le développement de leur pays, tout en demandant aux Burundais de s’aimer les uns les autres afin de renforcer l’unité et la cohésion sociale. Il a instamment invité les Burundais à aimer leurs régions natales en contribuant dans leur développement et surtout en y réalisant des projets de développement.Ainsi, le chef de l’Etat a aussi demandé à tous ceux qui étaient présents d’observer une minute de silence pour toux ceux qui ont lutté pour la souveraineté de notre pays. C’est notamment le roi Ntare Rushatsi Cambarantama, Ntare Rugamba, Mwezi Gisabo, le prince Louis Rwagasore et ses compagnons, etc. 
Astère NDUWAMUNGU

Ouvrir