Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROVINCE DE MAKAMBA> Rencontre d’une délégation tanzanienne avec les autorités burundaises

Travailler en synergie pour la consolidation de la paix et la sécurité entre le Burundi et la Tanzanie

 

Les gouverneurs des provinces frontalières de la province de Kigoma en Tanzanie ont rencontré, le samedi le 29 juillet, une délégation tanzanienne, à Nyanza-Lac, en province de Makamba. Mettre en application le mémorandum d’entente d’Ujirani mwema est l’une des clauses de cette rencontre.

 

Le samedi 29 juillet 2017, au chef-lieu de la commune Nyanza-Lac, en province de Makamba, Thérence Ntahiraja, assistant du ministre de l’Intérieur et de la formation patriotique, a ouvert une réunion qui rassemblait une délégation tanzanienne venue de la province de Kigoma, les administratifs ainsi que les responsables des services dans les provinces burundaises qui lui sont frontalières. Le thème central était la consolidation de la paix et de la sécurité transfrontalière et la bonne relation entre les deux pays.
Dans le mot d’ouverture de la réunion, l’assistant Ntahiraja, a d’abord rappelé que la majorité des autorités présentes dans la réunion ne dépassent pas deux ans de fonction, que ce soit au Burundi ou en Tanzanie. Ceci parce qu’elles sont issues des élections organisées dans ces pays les deux dernières années.
Il a ensuite rappelé que, depuis son indépendance, le 1er juillet 1962, le Burundi a traversé des moments difficiles et que la Tanzanie en a toujours souffert car elle a, à maintes reprises, accueilli des réfugiés burundais. Et de dire ensuite que, puisque le colonisateur n’a pas profondément divisé le peuple en Tanzanie comme il l’a fait au Burundi, la démocratie a été vite assise. Ce qui n’a pas été le cas au Burundi car le colonisateur a assassiné le leader Rwagasore, une année avant l’indépendance. « Cela n’a pas freiné le processus car d’autres Rwagasore sont venus. Malheureusement, le colonisateur n’a pas cédé à son vilain projet car en 1965, après les élections démocratiques, bon nombre d’élus ont été assassinés et ceux qui ne sont pas morts se sont enfuis »
Il a aussi rappelé que depuis les années 1965, le colonisateur a massacré la démocratie au Burundi, car il a toujours soutenu les putschistes jusque très récemment en 1993 où le président Ndadaye, le premier élu démocratiquement a été assassiné après trois mois en fonction. « Encore une fois, du sang des innocents versé et des centaines de milliers de réfugiés. Le Burundi en sera toujours reconnaissant envers la Tanzanie », a-t-il déclaré.
C’est après cette historique douloureuse qu’il a invité les participants à une réunion pour évaluer les clauses du mémorandum d’entente afin d’assoir la paix et la sécurité à la frontière et les bonnes relations entre le Burundi et la Tanzanie.
Après la réunion, Gad Niyukuri, gouverneur de la province de Makamba, a présenté les clauses de la rencontre. Ils se sont entendus notamment de continuer à mettre en application le contenu du mémorandum d’entente de « Ujirani mwema » entre la province de Kigoma et les provinces du Burundi qui lui sont frontalières. Considérant les clauses de la rencontre des chefs d’Etat du Burundi et de la Tanzanie du 20 juillet 2017, où ils ont demandé que les réfugiés burundais qui se trouvent en Tanzanie puissent rentrer, les participants à la réunion ont demandé aux HCR de la Tanzanie et du Burundi de faciliter le rapatriement des réfugiés burundais qui le désirent. Pour la sécurité, ils se sont convenus de travailler en synergie pour la consolidation de la paix et la sécurité entre le Burundi et la Tanzanie, d’échanger les malfaiteurs saisis, de faire des opérations conjointes dans le but de lutter contre les malfaiteurs, d’informer rapidement sur l’arrestation d’un Burundais ou d’un Tanzanien et du motif de son arrestation.
Ils ont aussi demandé l’établissement des marchés communs entre la Tanzanie et le Burundi.
Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir