Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MEDIAS> Leur rôle

Contre-attaquer et participer à la sauvegarde de la bonne image du pays

 

Il circule des informations de toute sorte sur Les médias en ligne ou ayant comme support le papier. Cela peut être sur l’économie, la politique, le social et la culture, des informations sensibles pour la vie de toute nation. Certains médias visent la promotion, certes, d’autres par contre critiquent négativement pour faire reculer les efforts fournis par les Etats pour la promotion de leurs secteurs de développement. Les medias nationaux, dans leur rôle de patriotisme doivent, dans ce cas, garder un œil sur cela et contre-attaquer ces mauvaises informations en fustigeant celles qui sont fausses. C’est du moins ce qui se passe dans les médias chinois comme China Investment et Hanqiu.com.

 

Les médias occidentaux portraient l’Afrique comme ils le veulent. Certains ne se donnent même pas la peine d’aller sur terrain pour vérifier ce qui s’écrit en ligne, mais attaquent directement à partir des informations qui les intéressent et qui, sûrement, nuisent à l’image de certains pays africains. Tenez, ceux qui écrivent sur le Burundi par exemple, décrivent les évènements politiques de 2015 comme étant déclencheurs de la guerre civile au Burundi, ignorant ainsi l’histoire du Burundi. Or, le Burundi n’a pas toujours été ce qu’il est aujourd’hui. Des avancées sont visibles aujourd’hui dans les domaines comme l’éducation, la santé, l’agriculture, etc. Les crises sociales qui engendraient des ségrégations au sein des populations ne sont plus. L’enfant du pauvre et du riche se retrouvent tous à l’Université du Burundi, pour plus tard se retrouver dans les universités de Pékin pour un master ou un doctorat. Ce qui n’était pas évident il y a quelques années.

La bonne réputation de son pays donne de la fierté

Aujourd’hui, on découvre un Burundi peu conservateur, ouvert et communicatif. Les moyens de communication s’étendent jusque dans les milieux ruraux. Détenant une seule culture au sein de toutes les classes sociales que les Occidentaux appellent ethnies, les danses, le tambour international burundais, nommé Amahoro Drum, les différents sites datant des périodes monarchiques sont toujours là, mais peu exploités. Des médias ont détérioré l’image du pays en bloquant les touristes par leurs informations comme quoi il y a une guerre civile en cours. Ceux qui connaissent mieux le pays savent que la seule langue nationale parlée au Burundi est le Kirundi, que les crises qui l’ont peuplé ont ouverts les yeux les Burundais. Aujourd’hui, unis et partageant les connaissances et la politique, le seul défi restant est la lutte contre la pauvreté. Ce pays aux climats tempérés avec des saisons de pluies suffisantes chaque année, aux terres cultivables à 85%, avec des rivières et des lacs, bref tout pour accueillir des investisseurs. Ainsi devraient être les écrits des journalistes africains envers leurs pays : La réalité, la vérité. Ceux voulant le prouver sont donc appelés à aller sur terrain. Décrire les facteurs clés qui peuvent susciter des investissements des hommes d’affaires dans nos pays africains

Les médias, toujours prêts à vérifier et démentir

Quant à Huanqiu.com, il est clair que quiconque aime son pays ne laisserait pas de mauvaises informations, et surtout fausses, circuler dans les journaux internationaux. Son travail est de recueillir toutes les informations sur la Chine à travers les différents journaux pour les traduire en chinois, atteignant ainsi un grand nombre de lecteurs locaux. Mais pour les mettre à la disposition des étrangers vivant en Chine, ces informations sont aussi traduites en anglais. Pour ce qui est d’autres langues, des branches dans d’autres journaux emboitent le pas.
Pour donner des informations sûres et fiables, des reportages sont aussi faits à travers les corps diplomatiques. Comme Huanqiu.com se concentre sur les sujets sensibles de la vie du pays comme la politique, les conflits à travers les pays, les relations Chine-USA, etc., il reçoit parfois des critiques à travers le monde. C’est donc la où réside leur rôle. Montrer ce qu’est réellement la Chine. Liu Yang, le directeur général adjoint de Huanqiu.com indique que c’est cela le rôle de tout média public. Cela aiderait chaque pays à continuer ses programmes de développement tout en gardant une bonne image avec ses partenaires. Car, bien sûr, l’image et la réputation comptent encore plus.

Blandine Niyongere

Ouvrir