Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Municipalité de Bujumbura> Interview accordée aux journalistes

Vers la relance des travaux de construction de l’Hôtel de ville

 

DSC 5169Après la réunion avec les administratifs à la base, les représentants du corps de sécurité et les comités mixtes de sécurité de la mairie de Bujumbura, le maire de la ville, Freddy Mbonimpa, a accordé une interview aux journalistes au cours de laquelle il a répondu à pas mal de questions.

 

Parlant du commerce des jus en mairie de Bujumbura, le maire de la ville a déploré le fait qu’il y a certains commerçants qui vendent des jus dans des bouteilles qui avaient déjà servi à d’ autres produits. Dans la mesure où ce commerce n’est pas autorisé et que ces jus ne remplissent pas les conditions d’hygiène et les normes demandées par le ministère de la Santé publique et le Bureau burundais de normalisation, il a souligné qu’on est en train de voir comment décourager ce commerce tout en demandant aux administratifs et à la police d’aider à lutter contre ce commerce des marchandises qui ne remplissent pas les conditions.
Quant à l’état d’avancement des travaux de construction de l’Hôtel de ville, le maire de la ville fait savoir qu’il est en contact permanent avec la Banque commerciale du Burundi (Bancobu) qui avait financé ce projet. « Nous attendons la garantie du Fonds de solidarité africain pour qu’on puisse continuer les travaux de construction de cet hôtel et nous espérons que les contacts qui sont en train d’être menés par différentes autorités du pays pourront nous permettre de relancer les activités afin de terminer la construction au premier trimestre de l’année 2018 ».

Une compagnie va s’occuper de la propreté de la ville

A la question en rapport avec la salubrité dans la municipalité de Bujumbura, le maire de la ville a indiqué qu’il y a une compagnie dénommée «Bujumbura cleaning company», qui a gagné le marché pour s’occuper de la propreté de la ville. Les responsables de cette compagnie se sont convenus des prix abordables pour la population. Ainsi, cette société va aussi verser 30% de l’argent qu’elle va collecter. Mais aussi on va suivre de près l’embellissement de la ville et sa propreté. « On va faire un suivi régulier et si ladite compagnie n’arrive pas à accomplir la mission, il y a des dispositions qui sont claires et qui pourront à tout moment arrêter le fonctionnement ou la convention».
M. Mbonimpa indique aussi que, dans le cadre de rendre la ville propre et attrayante, on va trouver des endroits où les gens peuvent se soulager. « Mais en attendant qu’on arrive à ce stade, on demande aux citadins de ne pas uriner sur les voies publiques ». Il leur demande aussi de ne pas jeter les immondices n’importe comment et n’importe où. Sinon aujourd’hui la mairie dispose des lois qui lui permettent de punir tous les contrevenants.

Le «Glocery store» va bientôt être fermé

En ce qui concerne les marchés qui ont été réhabilités, le maire de la ville de Bujumbura fait savoir que les premiers bénéficiaires seront les commerçants qui occupaient ces marchés avant de déménager pour la réhabilitation. Selon lui, il y a des commissions qui ont été mises en place pour le recensement de ces commerçants. « Les prioritaires sont ces commerçants qui étaient connus par la mairie et qui avaient une fiche à la mairie. Il faut alors que les nouveaux demandeurs attendent que ces premiers soient recasés ».
Concernant le marché dit Cotebu, M. Mbonimpa indique qu’avec l’assemblée générale tenue avec les commerçants, il y a des résolutions qui ont été prises, notamment la révision des prix de location à la baisse. Ils se sont également convenus que toutes les marchandises qui avant étaient déchargées au niveau du marché chez Sion vont désormais être déchargées au niveau du marché dit Cotebu. Les agences de voyage de l’intérieur et de l’extérieur du pays vont être également casées aux alentours du marché dit Cotebu. Une autre mesure prise est que le «Glocery store» (le grenier du Burundi) se trouvant au centre ville à côté de l’ancien marché va être fermé et les commerçants vont être rapatriés au marché dit Cotebu.
Le maire de la ville a également souligné qu’on exige que tout commerçant doit faire assurer ses marchandises dans une maison d’assurance afin qu’en cas de catastrophe, ils puissent être indemnisés. Selon lui, il faut que les gens apprennent à faire assurer leurs marchandises. « Nous commençons par les marchés, mais nous allons aussi exiger aux détenteurs des boutiques et des magasins se trouvant dans la mairie de Bujumbura de faire assurer leurs biens afin que, s’il y a une catastrophe, ils puissent aussi bénéficier d’une indemnisation en rapport avec ces marchandises ».

Astère Nduwamungu

Ouvrir