Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

3 MAI> Journée internationale de la liberté de la presse


Elle est célébrée sous le thème : « Liberté de la presse, protection ; sécurité des journalistes et responsabilité des médias »

 

aaaaqxsddff Le 3 mai de chaque année, le monde célèbre la journée internationale de la liberté de la presse. C’est une occasion de faire le bilan sur le pas franchi en matière de liberté d’expression et du droit à l’information de qualité en faveur des citoyens à travers les médias. Cette année, cette journée est célébrée sous le thème : « Liberté de la presse, protection ; sécurité des journalistes et responsabilité des médias ». Au Burundi, plusieurs initiatives ont été prises en matière de la professionnalisation et régulation des médias. Les cérémonies marquant cette journée ont été ouvertes par le ministre ayant les médias dans ses attributions.

 

Selon Ramadhan Karenga, président du Conseil national de la communication (CNC), cette journée est célébrée au moment où le conseil ne cesse de plaider pour que la liberté des médias soit une réalité au Burundi. M. Karenga a ajouté que le seul travail de toutes les parties prenantes est de continuer à cultiver un climat de confiance, de dialogue inclusif et surtout régulier entre le régulateur, le pouvoir public, les médias mais aussi la population.
M. Karenga a également profité de cette occasion pour réitérer la position du CNC de continuer à dialoguer avec les responsables des médias afin de trouver une meilleure voie de sortie. Il a également fait un appel vibrant aux responsables et professionnels des médias de travailler professionnellement pour éviter que les intrus ou les aventuriers puissent venir perturber leurs professions. « Et cela a fait partie des problèmes que nous avons connus au Burundi, et personne n’a pas eu courage de le dire », a affirmé M. Karenga. Ce dernier a signalé qu’il faut suivre les règles et respecter les textes réglementaires en matière de journalisme.


Plusieurs initiatives ont été prises en cette matière

M. Karenga a informé qu’en matière de la professionnalisation et de régulation des médias, certaines initiatives ont été prises par le CNC. Il s’agit entre autres de la mise en place du registre national des médias qui a permis l’inscription de toutes personnes qui œuvrent ou désirent travailler dans ce domaine. Un registre qui va aussi aider dans la délivrance des cartes nationales de presse à tous les journalistes inscrits. Et au cours de l’année écoulée, 886 personnes se sont déjà fait inscrire. Il a ajouté qu’une décision est déjà dernièrement lancée, concernant l’accréditation des journalistes étrangers ; des correspondants de presse ainsi que des envoyés spéciaux afin de bien faire comprendre à tout un chacun le procédures d’accréditation des journalistes étrangers et Burundais qui travaillent pour les organes de presse étrangères. M. Karenga a enfin salué les efforts engagés par le ministère ayant les médias dans ses attributions en matière de la professionnalisation et de la régulation des médias au Burundi et en demandant avec instance aux responsables et professionnels des médias de toujours se conformer au cadre de régulation surtout en enregistrant leurs organes de presse au niveau du CNC.

Promouvoir une presse libre, responsable et professionnelle

Dans son discours d’ouverture, le ministre des Postes, des technologies de l’information, de la communication et des médias, Nestor Bankumukuzi, a indiqué que le gouvernement du Burundi s’est engagé à asseoir la paix et la justice pour tous. Et c’est un engagement qui recquiert l’apport de tous, et le rôle des médias est d’une importance capitale naturellement. M. Bankumukunzi a ajouté que la presse burundaise a prouvé cette capacité à soutenir la paix et aider la société à faire face aux nombreux défis de nature à perturber la sécurité dans notre pays.
« Donc, je profite de cette occasion pour féliciter et encourager les médias à continuer à travailler dans la même logique. Et le gouvernement du Burundi ne ménagera aucun effort pour promouvoir la presse libre, responsable et professionnelle », a promis M. Bankumukunzi. Ce dernier a précisé que c’est pour cette raison que toutes les demandes de réouverture de certains médias ont été toujours analysées favorablement par le CNC.
Suite à la crise qu’a connue le pays, M. Bankumukunzi a affirmé que nul n’ignore que les médias fonctionnent actuellement avec de nombreuses difficultés à cause du manque des moyens suffisants pour accomplir leurs nobles missions.
Dans le but de professionnaliser les médias, M. Bankumukunzi a informé qu’une équipe mixte de formation sera mise en place en vue de faire face à ces problèmes en attendant que les partenaires reviennent. Il a demandé aux responsables des médias de conjuguer les efforts pour soutenir ce projet. « Le gouvernement du Burundi attend impatiemment le retour dans leur pays natal de tous les journalistes réfugiés à travers le monde », a signalé M. Bankumukunzi.

Avit Ndayiragije

Ouvrir