Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COOPERATION> Les raisons de la coopération Chine-Afrique

Malgré les défis, la Chine tient toujours à l’Afrique

 

aaaqqqdfgfbv La Chine et l’Afrique, un pays et un continent qui entretiennent des relations de longue date. Depuis l’époque des révolutions jusqu’à l’époque de la Chine nouvelle, les Africains ont vu dans la Chine un coopérant qui est devenu aujourd’hui un partenaire. Malgré les guerres qui ont sévi, la Chine, malgré les conflits interminables observés dans certains pays africains, la Chine tient toujours à assister l’Afrique et à l’aider à se défaire de ses colonisateurs et à arriver à un développement économique indépendant. Comment ? En honorant ses engagements. C’est ce qui ressort du discours du directeur général adjoint du département des Affaires africaines au ministère des Affaires étrangères, Dai Bing, dans une conférence tenue à l’endroit des journalistes africains, à Beijing.

 

 Il est vrai, certains asiatiques n’ont pas encore eu l’occasion de voyager en Afrique. Pour dire que plein de Chinois s’imaginent encore ce que c’est l’Afrique, du moins pouvant se la représenter par les Africains qui séjournent en Chine. Sans oublier ceux qui regardent les Africains noirs avec des yeux hagards, car étant la première fois de leur vie qu’ils voient un tel peuple. Certains sont curieux de traverser mers et océans pour découvrir ce continent. C’est ce qui pousse beaucoup d’investisseurs chinois à aller investir en Afrique.Un fait qui montre que l’Afrique est un continent peu connu. Ayant des cultures presque semblables, les Chinois trouvent en Afrique un terrain d’espoir comme ils aiment le dire.
Mais, comme l’indique le conférencier, l’histoire nous montre que des Africains ont aidé les Chinois à combattre, pendant la Deuxième guerre mondiale, contre des régimes qui voulaient envahir la Chine. Depuis 1956, les relations entre la Chine et l’Afrique se sont donc améliorées avec un nouveau chapitre sur la Chine nouvelle. De 1956 à 1978, les relations sont le plus basées sur les progrès politiques. Le souhait de la Chine, aider l’Afrique à arriver à l’autonomie politique par l’autonomie économique. De 1978 à 2000, les deux partenaires se reconnaissent comme devant œuvrer pour le développement des deux parties. C’est ainsi que la recherche d’un terrain d’échange se crée de 2000 à 2005 avec le FOCAC. Des réunions Chine Afrique se font ci et là pour relever l’économie de cette dernière. Ainsi vient le concept de Win Win coopération. De 2005 à 2015, la Chine veut relier les deux parties par des relations bénéfiques pour les deux.

La Chine ne s’impose pas

M. Bing indique que les progrès observés jusqu’ aujourd’hui ont été possibles grâce à la politique de non-ingérence de la Chine. En effet, la Chine n’impose quoi que ce soit dans sa coopération. Recherchant les intérêts, comme tout investisseur, elle ne pose pas de conditions dans ses aides. C’est aux pays africains de prendre leurs propres responsabilités. En plus, cela est l’une des raisons de la présence chinoise en Afrique: l’aider à se défaire des pouvoirs colonialistes. La Chine encourage des échanges de marchandises, échanges humains, échanges de culture mais tout en gardant ses caractéristiques. Depuis plus d’un demi-siècle, les relations Chine Afrique n’ont jamais connu de conflits.

Des défis parfois embarrassants

Des défis ne manquent pas mais les Chinois et les Africains savent trouver un terrain d’entente pour remédier à cela. C’est par exemple des entreprises chinoises qui pratiquent des activités illégales au Ghana. M. Bing fait savoir qu’avec la coopération étroite avec les autorités, ces entreprises peuvent être chassées pour de bon. La Chine ne tolère jamais ceux qui ternissent son image. C’est une honte et une entrave à la coopération.
Il faut aussi tenir compte de la stabilité politique des pays africains et de la sécurité. Si les gouvernements changent fréquemment, cela peut briser des engagements faits avec la Chine. Chaque leader vient avec sa politique. Ce qui chamboule des projets planifiés à long terme. Il faut une garantie à ce genre de projets. Quant à la sécurité, certains pays africains sont toujours en guerre. La Chine aide d’abord au maintien de la paix. La pollution étant le plus grand défi auquel doit faire face la Chine, mais laquelle est aujourd’hui réduite par la présence de beaucoup d’arbres, ainsi, elle fait de son mieux pour l’éviter en Afrique là où elle instaure des projets d’industrialisation en protégeant l’environnement. En plus, pour la construction de chemins de fer passant par les forêts, à Nairobi par exemple, on doit tenir compte des trajets par lesquels doivent passer les animaux.

Blandine Niyongere

Ouvrir