Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROVINCE de NGOZI> Réunion du chef de l’Etat avec les représentants de différentes institutions de la région Nord

Les échanges ont été centrés sur la fraude, la corruption et la moralisation de la société

 

aaaaahhy Le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza a tenu, le vendredi 31 mars 2017, une réunion à l’intention des représentants des administratifs, de défense, de sécurité et de la justice des cinq provinces de la région nord à savoir Ngozi, Kayanza, Muyinga , Kirundo et Cankuzo. Les échanges dans cette réunion étaient centrés sur la fraude ; la corruption ainsi que sur la moralisation de la société.

 


Le porte-parole adjoint du chef de l’Etat, Alain Diomède Nzeyimana, a indiqué qu’au cours de cette réunion, qui s’est tenue à huis clos, la question de la corruption et de la fraude a été au centre des débats parce que le chef de l’Etat a donné l’exemple qu’avec la crise de l’année 2015, plusieurs personnalités du pays ont été corrompues. M. Nzeyimana a ajouté que ladite réunion a vu la participation des ministres en charge de la Justice, de la Défense nationale; de la Sécurité publique et de l’Intérieur ainsi que les organes comme l’anti corruption et le service national de renseignement. Tous ont compris que la pratique de la corruption et de la fraude détuit la société.

Tolérance zéro aux cambrioleurs des biens publics

Concernant les éléments focaux qui sont liés à la corruption et la fraude, M. Nzeyimana a précisé que le chef de l’Etat a beaucoup souligné le cas des pierres précieuses, des médicaments, des vivres ainsi que de l’argent qui appartient à la population. « Désormais, il y aura tolérance zéro à l’égard tous les gens qui veulent s’approprier des biens publics. A cela, dans un délai d’un mois au plus, le chef de l’Etat a demandé qu’il faut insérer dans le code pénal une clause précisant que, une fois que quelqu’un sera attrapé en flagrant délit, les mesures y appropriées seront prises au niveau de la justice pour punir très sévèrement les commanditaires», a mentionné M. Nzeyimana. Ce dernier a dit également qu’on a donné l’exemple très récent des commerçants de Kayanza qui ont été attrapés en train d’exporter illégalement le coltan vers le Rwanda, mais que les magistrats de Ngozi les ont libérés immédiatement après un coup de téléphone.

Faire du bien pour préparer un bon terrain à nos enfants

M. Nzeyimana a informé que les participants à cette réunion ont finalement échangé sur ce qu’on a appelé moralisation de la société. « Quand quelqu’un naît, il grandit et vieillit. Durant tout le parcours de sa vie, il a besoin d’une aide d’autres personnes pour son développement. Donc, il faut faire du bien pour préparer un bon terrain à nos enfants », a insisté le chef de l’Etat.
Pour inciter les gens à faire du bien, M. Nzeyimana a informé que le chef de l’Etat a précisé que cette question revient aux leaders du pays parce que, si quelqu’un travaille bien, il faut l’encourager. Mais, en cas erreurs, il faut prodiguer des conseils et, s’il faut des punitions, il faut aussi les donner. Le chef de l’Etat a également signalé qu’il faut chaque fois se conformer beaucoup plus à la culture burundaise. Car, s’agissant des questions de comportement et d’habillement, le chef de l’Etat a affirmé que la façon dont les Burundais se comportent est totalement différente de celle des étrangers.

Avit Ndayiragije

 

Ouvrir