Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Ngozi> Travaux de développement communautaire du chef de l’Etat

Il a procédé au lancement de la saison culturale B

 

DSC02071Au deuxième jour de sa tournée à l’intérieur du pays, le président de la République du Burundi, Pierre Nkurunziza, a procédé au lancement officiel de la saison culturale B, le samedi 4 février 2017. Il s’est joint également à la population de la commune Mwumba pour la construction du marché de Vyegwa. A cette occasion, il a ainsi révélé à la presse les objectifs de différents projets de développement initiés par la présidence de la République, notamment le projet la construction des marchés modernes toutes les zones du pays.

 

Dans la matinée du samedi 4 février 2017, le chef de l’Etat s’est rendu sur la colline Rutanga de la commune Gashikanwa où il a procédé au lancement officiel de la saison culturale B dans ses champs se trouvant sur cette colline. Il a planté différentes semences sélectionnées certifiées par l’Office national de la certification des semences. Il s’agissait du haricot, du maïs, du petit-pois, etc. Il a également planté les boutures de manioc et de patate douce. Avant de planter, le chef de l’Etat a prié pour que ces semences ainsi que toutes les semences qui seront plantées par les cultivateurs de tout le pays pour qu’elles puissent donner de bonnes récoltes.
Après la colline Rutanga, ce fut le tour de vallée de Vyegwa où, en compagnie de certains membres du gouvernement du Burundi, il s’est joint à la population de cette localité dans la construction du marché moderne dans cet endroit. Les journalistes ont profité de cette occasion pour savoir pourquoi il s’observe une construction de beaucoup de marchés modernes dans différent coins du pays. Le chef de l’Etat a ainsi indiqué que c’est un des projets initiés par la présidence. Selon lui, les travaux de développement communautaire ont été instaurés et concernent notamment la construction des stades, des villages modernes, des bureaux administratif au niveau provincial au communal et maintenant on est au niveau collinaire. « Nous avons aussi planifié, au niveau de la présidence, qu’au bout de quatre ou cinq ans, nous aurons terminé la construction des bureaux collinaires. C'est-à-dire que, en tout, trois mille bureaux collinaires seront construits dans tout le pays avec l’aide de la population ».

D’autres projets ont été initiés

Selon le chef de l’Etat, il a été également initié le programme de plantation des arbres fruitiers à travers tout le pays ; il y a eu aussi la campagne de plantation des arbres à travers tout le pays mais aussi la production des pépinières. « Tout cela prouve à suffisance qu’il y a des initiatives que nous avons adoptées qui mettent la population au travail. Nous voyons donc qu’actuellement la population n’hésite même pas à construire des universités. Nous avons évolué avec la construction des écoles fondamentales et des métiers, et maintenant nous sommes à la phase de construction des universités communautaires. Cela prouve à suffisance que nous sommes capables de mobiliser les ressources nationales que nous avons qui contribuent énormément au développement de notre pays ».
Au cours de cet entretien, le président de la République a également indiqué qu’à travers ces activités baptisées initiatives de la présidence, on est à la phase de construction des marchés à travers tout le pays et dans toutes les zones. « Nous avons donc l’objectif que d’ici quatre ans, dans chaque zone il y aura un marché ». Selon lui, l’initiation de ce projet rentre dans le cadre du développement intégral. C'est-à-dire que la population doit comprendre que du développement doit commencer par elle-même et qu’il doit revenir à elle-même. « A travers ce projet de construction des marchés, nous avons pensé à créer des associations des commerçants qui ne vont pas travailler comme les autres dans le passé. Quand il y aura un marché dans chaque zone, on ne va pas permettre à un individu d’avoir une activité particulière ».

La spécialisation au niveau du commerce

Selon toujours le chef de l’Etat, les activités commerciales en association ont été initiées comme type coopérative. « Avec ces marchés modernes que nous sommes en train de construire à travers tout le pays, nous voulons faire ce que nous appelons la spécialisation au niveau du commerce. C’est pourquoi nous avons donc opté à ce qu’il n’y ait pas d’associations qui vendent les mêmes articles. C’est pourquoi on catégorise ceux qui vont vendre, par exemple des produits alimentaires, soient et une seule association. Ceux qui vont vendre les vêtements, ça sera une autre association ; ceux qui vont vendre les matériaux de construction, ça sera une autre association, etc. Il y aura une spécialisation, à tel enseigne qu’une association va profiter de l’autre. Ce sera une complémentarité au niveau de la chaîne monétaire et aussi au niveau de l’économie nationale ».
Selon le chef de l’Etat, cette spécialisation du commerce va permettre à tout le monde de comprendre que, dès aujourd’hui, il y a besoin de changement de mentalité des Burundais à comprendre que si aujourd’hui on a la chance de cultiver, demain ça ne sera pas toujours la même chose. « C’est pourquoi nous voulons montrer à la population qu’il y a d’autres moyens de vivre sans compter sur la houe seulement. Nous voulons donc développer un changement de mentalité au sein de la population du burundaise, à commencer par les activités commerciales ». Le président Nkurunziza a aussi ajouté qu’avec ces projets initiés au niveau de la présidence, notamment celui de la spécialisation dans le commerce, on veut impulser une solidarité locale en mobilisant toute la population à créer les coopératives mais aussi les micro-finances. C’est pourquoi, selon lui, au niveau de chaque marché qui sera construit, on va aussi y ériger une micro-finance qui va permettre aux commerçants d’avoir accès à l’argent, mais aussi à épargner. C’est aussi une nouvelle dynamique de faire comprendre à la population qu’on ne peut pas consommer tout le même jour, mais de songer à constituer une épargne.

Astère Nduwamungu

Ouvrir