Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Kamenge>Appréciation des chefs de quartier sur les travaux Cash for Work

Ils sont bénéfiques et pour la zone et pour le pays

 

DSC 8648Le Programme des Nations unies pour le renforcement de la paix et de la sécurité (UNPFB) a organisé des travaux à l’intention des jeunes diplômés qui n’ont pas de travail. Ces travaux sont organisés surtout dans les zones touchées par la crise de 2015.

 

Les travaux Cash for Work ont changé beaucoup de choses dans la zone de Kamenge en particulier et dans la mairie de Bujumbura en général. La population de Kamenge salue le sacrifice des jeunes, même s’ils travaillent pour leur intérêt. La zone de Kamenge en a tiré beaucoup de profits, car il y a eu curage des caniveaux qui étaient bouchés. Les routes qui étaient impraticables ne le sont plus, parce que les jeunes les ont bien entretenues. Cela est ressorti de l’entretien de la rédaction du quotidien burundais d’informations, Le Renouveau, le mardi 3 janvier 2017 avec quelques uns de chef des quartiers de la zone Kamenge qui, eux aussi, saluent ce que les jeunes sont en train de faire. Ils disent que ces travaux ont été organisés au moment opportun, car ils aident les jeunes à ne pas rester à la maison et à satisfaire leurs besoins, parce qu’ils reçoivent une certaine somme à la fin de chaque mois. Ces travaux ont aussi contribué à rassembler les jeunes de différentes tendances politiques, de sexes opposés, de différentes opinions religieuses, etc. «Nous ne pouvons pas manquer de remercier ceux qui ont organisé ces travaux. Cela a permis de réduire le taux de chômage pour les jeunes diplômés», ajoutent les chefs de quartier.

Les plaintes ne manquent pas

Comme les moyens financiers ne sont pas toujours disponibles, il est arrivé que cette somme connaisse un retard et cela a entraîné des plaintes de la part de certains jeunes. Selon ces jeunes, ils voulaient célébrer les fêtes de fin d’années en se servant de cet argent qu’ils tirent de ces travaux. Ils se plaignaient comme quoi ils ne comprennent pas les raisons qui font que leur argent connaisse un tel retard alors qu’ils en ont besoin. Par conséquent ils ont suspendu momentanément les travaux en attendant que la situation soit réglée. Les organisateurs de ces travaux à leur tour ont renvoyé dix jeunes, les accusant d’être auteurs de cet arrêt de travail. « Nous sommes en train de convaincre les superviseurs de ces travaux pour qu’ils pardonnent ces jeunes et les fassent revenir, sinon la situation peut empirer d’un moment à l’autre», a dit Bonaventure Nkeshimana, chef du quartier Kavumu.
Olivier NISHIRIMBERE

Ouvrir