Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Rutana> Message du chef de l’Etat à la nation .

Une grâce présidentielle a été accordée à 2500 détenus

 

DSC 0162A l’occasion du nouvel an, le chef de l’Etat, Pierre Nkurunziza, a adressé un message à la nation. Ainsi, il a dressé le bilan de l’année qui s’écoule avant de présenter les projets d’avenir. Deux mille cinq cents détenus vont bénéficier de la grâce présidentielle. Le Renouveau vous propose sa traduction non officielle.

 

Burundaises, Burundais, Amis du Burundi
1. L’année 2016 s’achève, nous embrassons l’année 2017 en paix et en toute sécurité. Nous remercions le Dieu Tout puissant d’avoir gardé et veillé sur le Burundi et le peuple burundais au cours de l’année 2016.

2. Nous souhaitons nos meilleurs vœux de l’année 2017 à tous les Burundais, où qu’ils soient, ainsi qu’à tous les résidents au Burundi. Qu’il vous soit une année de paix divine.

3. Nous félicitons diverses institutions à commencer par le gouvernement, les deux chambres du parlement, les corps de défense et de sécurité, ainsi que tous ceux qui se sont donné corps et âme pour que nous achevions cette année 2016 dans la paix et la sécurité.

4. C’est pourquoi le thème de cette nouvelle année est ainsi formulé : « Formons un bloc imperturbable en consolidant la paix durable et l’indépendance nationale »

Burundaise, Burundais, Amis du Burundi
5. L’année 2016 s’achève, nous entamons l’année 2017. Depuis les périodes d’antan, quand le pays était paisible, le nouvel an était chaque fois célébré dans l’allégresse.

6. Au cours de cette année 2016, le gouvernement a enregistré pas mal de réalisations ; bien qu’on ne puisse pas les énumérer toutes, nous voudrions revenir sur quelques unes, tandis que les membres du gouvernement ainsi que les responsables de divers secteurs de la vie du pays auront l’occasion de présenter le bilan annuel des principales réalisations.

7. Au niveau du secteur de la paix et la sécurité : L’année 2016 a été caractérisée par la paix et la sécurité dans tout le pays.
• Le gouvernement s’était donné l’objectif de recouvrer et de consolider la paix et la sécurité sur tout le territoire national. Il n’est plus à démontrer qu’actuellement, la paix et la sécurité sont une réalité dans tout le pays. Cela grâce au courage et à l’habileté du gouvernement, d’ailleurs tous les Burundais y ont contribué.
• Des groupes de malfaiteurs ont été démantelés et leurs armes saisies.
• Les corps de défense et de sécurité ont assuré jour et nuit la sécurité.
• Des réunions et formations ont été organisées dans le cadre de sauvegarder et consolider la sécurité, ce qui a permis aux Burundais de comprendre sans se lasser l’intérêt de consolider la paix et la sécurité, étant donné que c’est la source de tout développement.
• Les comités mixtes de sécurité ont été mis en place dans tout le pays. Cela a eu un impact surtout dans la municipalité de Bujumbura où la sécurité a été recouvrée même dans les quartiers où elle avait été perturbée par les malfaiteurs.
• Nous n’avons pas ramené la paix et la sécurité uniquement dans notre pays, vous êtes sans ignorer que des militaires et policiers burundais ont continué, en collaboration avec la communauté internationale, de recouvrer la paix et la sécurité dans d’autres pays notamment en Somalie, Côte d’Ivoire, Centrafrique et ailleurs.
• Dans ce même secteur, le gouvernement a eu à affronter l’attitude des ennemis de la nation qui n’ont rien ménagé pour s’ingérer dans les affaires de notre pays. Ici, vous vous rappelerez les fausses informations et autres montages grossiers relayés par certains médias écrits et audio-visuels sans autre objectif que celui de diviser et semer la zizanie entre les Burundais. Le langage de certains Burundais et de certaines personnalités étrangères a été caractérisé par une amertume de nature à plonger le Burundi au fond du gouffre. Certaines résolutions ont été prises par nos détracteurs dans le but de saper la souveraineté du Burundi par l’envoi forcé des troupes étrangères.
C’est ici que nous voudrions féliciter vous tous, les patriotes, qui vous êtes levés comme un seul homme dans votre diversité pour dénoncer ces décisions injustes. Nous adressons également nos félicitations aux pays amis qui ont bien compris cette injustice contre le Burundi en continuant à nous soutenir. Que Dieu vous bénisse.
Nous remercions également tous les Burundais, chacun pour sa contribution pour que la paix et la sécurité puissent être une réalité dans tout le pays. Nos remerciements vont également à l’endroit des jeunes qui avaient été recrutés par ces groupes de malfaiteurs et qui se sont désolidarisés avec ces derniers, pour venir se joindre aux autres jeunes afin de construire le pays et en révélant tous les plans de déstabilisation ainsi que ceux qui les ont entraînés dans les insurrections et les tueries.

8. Nous gardons en mémoire que cette année a été une année durant laquelle l’ « ennemi nous a creusé la tombe mais Dieu nous a ouvert une de secours ». On ne peut pas oublier combien le Burundi a été humilié sous prétexte que le pays est en train d’organiser un génocide, au moment où la préoccupation des Burundais est la recherche de la vérité et la réconciliation ainsi que leur auto-développement. Actuellement, nous sommes au courant que ceux qui propagent les rumeurs sur le Burundi sont ceux-là mêmes qui nous ont depuis longtemps entraînés dans des chicaneries. Nous avons découvert que le génocide était leur projet et non pas un projet des Burundais. Qu’ils le gardent chez eux et dans leurs têtes.

9. Dans le domaine économique, même si certains nous ont imposé des sanctions en suspendant leur habituelle aide au développement, le gouvernement n’a ménagé aucun effort pour que la vie du pays continue comme à l’accoutumée.
• Les projets prévus continuent à être réalisés en bonne et due forme, les fonctionnaires continuent d’être payés à temps sans aucune aide. L’Office burundais des recettes (OBR) a collecté plus de 635 milliards de Francs burundais, ce qui veut dire qu’il y a eu 60 milliards de plus, soit 10,5% par rapport à l’année 2015. Nous continuerons de vivre l’héritage de nos ancêtres selon lequel l’eau quémandée laisse le corps toujours sale, ou encore, mieux vaut que celui qui ne peut te secourir te laisse seul.
• Actuellement, il a été instauré une journée dédiée au contribuable qui est célébrée au mois de décembre au cours de laquelle des prix sont décernés aux contribuables qui respectent la loi, qui s’acquittent bien de leurs impôts et taxes ainsi qu’à ceux qui donnent plus d’emplois.
• Les communes bénéficient d’une enveloppe de 500 millions de francs burundais promise pour leur développement. Et bien d’autres projets de développement ont continué d’être réalisés.
• Le gouvernement a également continué son programme de lutte contre la corruption et les malversations économiques.
• Vous êtes sans ignorer que 90% de la population burundaise vit de l’agriculture et de l’élevage. Le ministère de l’Agriculture et de l’élevage a distribué plus de 34 000 tonnes d’engrais chimiques et environ 4 300 tonnes de chaux à un prix abordable. Le ministère a également distribué des vaches, des chèvres, ainsi que d’autres petits animaux domestiques de race moderne dans tout le pays pour que la population obtienne davantage de fumier et produise beaucoup en vue de lutter contre la faim et la pauvreté. Nous adressons nos vives remerciements à tous les Burundais qui sont en train d’investis avec des capitaux consistants dans l’agriculture et l’élevage.
• Les associations ont continué à réaliser leurs projets et leur effectif né cessé de croître. Il y a lieu de citer ici les associations de fabrications de sac à main, de transformation de la farine de mais, de transformation du riz, lait, et d’autres.

10. Dans le domaine de la santé publique, la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans s’est poursuivie et l’effectif des bénéficiaire a augmenté, passant de 61% en 2010 à 79% cette année.

11. Consécutivement aux agissements indignes, aux habitudes déplorables et à des pratiques excessives, le gouvernement prendra des mesures d’accompagnement pour que ce programme soit davantage compatible avec l’impératif de justice. Notre souhait est de voir tous les Burundais s’approprier de ce programme dans le respect du code des personnes et de la famille.

12. Le gouvernement a poursuivi la distribution gratuite des moustiquaires imprégnées d’insecticide, des antirétroviraux aux malades du Sida, des médicaments contre la tuberculose et la lèpre, les enfants ont obtenu tous les vaccins prévus, et le Burundi figure parmi les pays d’Afrique les plus avancés dans ces programmes.

13. Dans le domaine de l’éducation, le programme de gratuité de l’enseignement et de certains matériels scolaires s’est poursuivi pour le cycle primaire, ceux qui n’accèdent pas au cycle post fondamental ont débuté l’enseignement dans les écoles des métiers. En outre, il a été instauré les écoles d’excellence pour les enfants surdoués.

14. Dans le même secteur, nous ne pouvons pas laisser de côté les réalisations au niveau de l’enseignement supérieur, secondaire et fondamental. Les cours actualisés ont été conçus afin que les enseignements soient profitables aux lauréats de l’école post fondamental, des écoles des métiers ainsi que des lauréats des écoles d’excellence.

15. Le domaine des sports et de la culture a également connu des avancées :
• Les tournois ont été bel et bien organisées tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Le gouvernement a toujours apporté son appui au domaine des sports et de la culture.
• Le Burundi a tellement avancé en matière des compétitions internationales, citons notamment les bons classements enregistrés par l’athlète Francine Niyonsaba dans diverses compétitions internationales ainsi que d’autres athlètes qui se sont bien classés. Même dans d’autres disciplines sportives, le Burundi s’est bien classé : c’est le cas en judo, karaté, dans les tournois des parlements de la Communauté est-africaine et bien d’autres.

16. Dans le domaine des relations extérieures, le Burundi a continué à nouer des relations d’amitié compte tenu des intérêts de la nation et de la population, des générations actuelles et futures. Depuis l’année 2015, les relations entre le Burundi et certains pays notamment le Rwanda et la Belgique, se sont détériorées et ces derniers restent en cause. Nous demandons à ces pays de se ressaisir, de respecter les règles internationales les relations et la souveraineté des pays, sinon le Burundi s’apprête à rompre incessamment toutes les relations existant entre Etats.

17. Il y a certaines organisations, des médias et des personnes à titre individuel qui se prennent pour des experts qui n’ont rien ménagé pour ternir l’image du Burundi à travers des rapports de mensonges et de montages, ainsi que diverses informations ; tous dans la logique d’incriminer et de ternir l’image de notre pays. Nous les dénonçons encore une fois tout en demandant que les instances judiciaires auxquelles nous nous sommes confiés nous rendent justice. Par ailleurs, s’ils ne désarment pas, des mesures contraignantes à leur encontre seront prises pour l’intérêt de notre pays.

18. Aucun pays indépendant ne tolérerait l’humiliation faite à l’endroit de notre pays. Nous avons déclaré au grand jour que nous ne soutiendront jamais l’exécution d’une quelconque résolution votée sur le Burundi sans que le gouvernement soit consulté. Nous le répétons encore une fois, les Burundais n’accepteront jamais aucune injustice, contrainte ou humiliation contre notre beau pays que Dieu nous a offert, nous n’accepterons jamais de retourner dans la servitude alors que nous sommes indépendants.

19. Dans le domaine des mines, il a été mis en place une institution qui va s’occuper du secteur des mines, pour que ceux qui les exploitent travaillent dans le respect de la loi, en association, afin que la production soit évaluée et qu’ils payent les impôts, que l’argent issu de cette exploitation rentre dans les caisses de l’Etat plus qu’auparavant.

20. Dans le but d’aider la population à accroître le niveau de vie et de lutter contre la pauvreté et la faim, le gouvernement a mis en place un fonds qui donne des microcrédits permettant d’initier de petits projets de développement. Environ cinq mille personnes se sont confiées à ce fonds, et ce dernier leur a rendu service en leur octroyant un crédit de 430 000 000 FBu.

21. Nous saisissons cette opportunité pour inviter toute la population à se préoccuper de l’environnement, plantons beaucoup d’arbres et sauvegardons-les, traçons les haies antiérosives, luttons contre l’érosion pour protéger nos terres cultivables et nos rivières.

22. Dans l’optique de rendre réalisables les petits et moyens programmes, le gouvernement a poursuivi la construction des centrales hydroélectriques sur les rivières Mpanda, Kaburantwa, Jiji, Murembwe et Rusomo. Et les travaux de distribution d’électricité dans diverses communes sont en cours de réalisation, nous comptons prochainement produire de l’électricité solaire dans les provinces de Gitega, Makamba et Rutana.

23. Concernant les villages de paix, une étude est en cours sur l’eau et l’hygiène dans vingt villages, afin que ces derniers soient bien organisés et reflètent le développement. Nous demandons aux propriétaires des maisons dans les villages de les occuper, sinon elles seront octroyées à d’autres qui en ont le plus besoin, et ils sont nombreux.

24. En cette année 2016, les travaux de développement communautaire se sont poursuivis.

• Les routes macadamisées ont été construites, d’autres réhabilitées.
• A l’occasion des travaux de développement communautaire, le gouvernement et la population ont construit des écoles primaires, secondaires et des universités, des centres de santé, des bureaux des administratifs dans les provinces, les communes et sur les collines, des hôpitaux, des stades, des villages de paix, des adductions d’eau potable, ainsi que d’autres infrastructures qui ont été construites notamment des hôtels pour accueillir les touristes, des églises. En outre, depuis que nous avons initié les travaux de développement communautaire, c’est au cours de cette année que beaucoup de belles infrastructures ont été construites.
• Les travaux de construction du palais présidentiel sont à un état d’avancement satisfaisant.
• Nous profitons de l’occasion pour féliciter tous ceux qui continuent d’appuyer en matière de développement de notre pays.

25. Nous félicitons les provinces de Cibitoke, Ngozi et Gitega qui se sont distinguées dans la conception et la réalisation des projets de développement. Nous félicitons également les communes de Gihanga, Mutumba, Mwumba et Rumonge qui se sont distinguées. Nous faisons un clin d’œil à certaines communes, notamment Bururi, Mpinga-Kayove et surtout Mukike, qui ont régressé en se classant dernières, de se ressaisir.

Burundaises, Burundais, Amis du Burundi
26. En cette année qui commence, il est prévu ce qui suit:
• Les activités proprement dites de la commission vérité et réconciliation vont se poursuivre.
• Il será mis en place une commission chargée de réviser certaines dispositions de la Constitution pour qu’elles soient actualisées, ainsi que les textes internationaux que le Burundi a ratifiés, surtout celui en rapport avec l’entrée du Burundi dans la Communauté est-africaine (CEA); la commission va travailler en se conformant aux souhaits de la population dans sa diversité.
• Nous poursuivrons les principaux programmes en cours notamment la réduction des disparités salariales pour les fonctionnaires; la production de l’électericité; la protection de l’environnement, la gratuité des soins pour les femmes enceintes et les moins de cinq ans ; la gratuite de l’enseignement des enfants de l’école primaire; la distribution des moustiquaires, ainsi que d’autres bons programmes pour le bien de la population.
• Même si la paix et la sécurité ont enregistré des avancées dans le pays, le gouvernement redoublera d’efforts dans ce secteur pour que personne ne trompe sa vigilance. Tous les Burundais sont invités à continuer de veiller sur la paix et la sécurité dans leur environnement en pointant du doigt tout ce qui est suspect, à travers les comités mixtes de sécurité.
• Nous profitons de l’occasion pour lancer un appel à tous ceux qui sont encore animés de l’esprit de perturber la sécurité de rompre avec cette habitude. Nous rappelons encore que celui qui va allumer le feu va en sentir la chaleur et que celui qui déclenchera la guerre, cette dernière se clôturera chez lui. Celui qui va allumer le feu verra ce dernier s’éteindre sur lui. Le gouvernement est prêt à faire face à tout ce qui perturberait la sécurité des Burundais, où que cela provienne, quoi qu’il en soit.
• Les causes de la perturbation de la sécurité sont diverses, il y a notamment le banditisme, la polygamie, la consommation des stupéfiants et autres. Le gouvernement poursuivra le programme de lutte contre tout cela comme d’habitude, et si nécessité il y a, punir.
• Comme c’est stipulé dans la Constitution, nous poursuivrons la protection des limites du Burundi. Que ceux qui se vantent comme quoi ils sont capables de s’imiscer dans les affaires de notre pays désarment. Nous les mettons encore en garde en leur rappelant que celui qui provoquera des problèmes en subira les conséquences. En plus, nous continuerons à préserver l’unité des Burundais.
• En ce qui concerne nos militaires en mission pour ramener la paix et la sécurité, le travail accompli est louable même s’il y a ceux qui nous ont piégés notamment en suspendant les indemnités de nos militaires. Cette année, le gouvernement dont nous sommes à la tête, va se préoccuper de cette question et en cas de nécessité, porter plainte contre ceux-là qui sont injustes envers nous. Nous dénoncerons cette injustice fondée sur la violation des droits de l’Homme en refusant la contrepartie salariale à ceux qui ont exécuté un mandat.
• Nous demandons que les conventions signées entre le Burundi et l’Union africaine soient respectées. Si l’année 2016 s’achève sans que la question ne soit liquidée, le Burundi va prendre la décision de rentrer ses militaires car il s’agit d’une manière d’amener le pays à malverser et de nous imposer la servitude.

27. Conformément aux propositions issues du dialogue interburundais, certaines lois seront révisées notamment celles en rapport avec les sanctions envisagées pour ceux qui ont commis les crimes imprescriptibles, ceux ayant été surpris en train de dilapider les deniers publics ou ceux qui se rendent coupables de corrutpion, sans oublier les lois pour protéger les familles et l’entourage.
28. Le gouvernement poursuivra les travaux de développement du pays :

• Les travaux de macadamisation des routes en cours vont se poursuivre. Dieu aidant, même d’autres routes seront construites.
• Dans le cadre de l’extension du réseau électrique, les travaux de construction de centrales électriques en cours vont se poursuivre, et ont entamera l’exécution de nouveaux projets.
• Le gouvernement poursuivra la construction des infrastructures publiques, notamment des écoles, des centres de santé, des hopitaux, des marchés, des villages de paix, des stades, en collaboration avec la population dans le cadre des travaux de développement communautaire, sans oublier la protection de l’environnement, l’hygiène dans les familles, dans les villes et partout où cela est nécessaire.
• Dans le cadre de la promotion de l’économie nationale, le gouvernement va poursuivre sa politique d’accorder des facilités aux opérateurs économiques, les impôts et taxes seront payés dans l’équité ; tandis que les entreprises publiques et celles à participation publique seront réhabilitées et bien organisées.
• Dans les domaines social, de promotion des sports et de la cultura burundaise, le gouvernement continuera à soutenir les indigents, à appuyer divers sports ainsi que tous ceux qui ont de bons projets de protection et de promotion de notre culture et de nos moeurs.

Burundaises, Burundais, Amis du Burundi,
29. En clôturant ce message,
• Nous rappelons aux Burundais que le Burundi est notre pays, un patrimoine commun que nous partageons avec Dieu. Comprenons et prenons conscience qu’aucun étranger n’aimera le Burundi plus que les Burundais.
• Nous sommes appelés tous à former un bloc imperturbale pour accomplir nos projets de développement en associations. Aimons le travail et utilisons les biens disponibles à bon escient.
• Formons un bloc imperturbable également en vivant nos moeurs, en aimant notre culture, soyons caractérisés par l’humanisme en parole et en actions, toujours et partout.
• Nous appelons tous les Burundais et les amis du Burundi à ne pas prêter l’oreille et de ne pas donner les moyens à ceux qui passent par eux dans l’objectif de nous replonger dans une situation de pleurs et de misère.
• Nous demandons aux instances judiciaires et à la police de garder constamment à l’esprit leur devoir de proteger la dignité et la tranquilité de la population.
• Nous appelons tous les Burundais à se regrouper dans des associations, qu’elles soient de développement ou de protection de l’environnement à travers toutes les communes du pays.
• Faisons preuve d’esprit patriotique, que des héros comme Ntare Rushatsi, Ntare Rugamba, Mwezi Gisabo, Rwagasore, Ndadaye, Ngendandumwe nous servant de modèles.
• Payons nos impôts et taxes afin de relever l’économie nationale, abandonnons pour jamais l’habitude de tendre la main à ceux qui ne se préoccupent pas de nous.
• Faisons davantage de l’éducation de nos jeunes notre préoccupation, banissons tout comportement destructeur.
• Nous demandons à tous les Burundais, surtout aux jeunes de lutter contre l’oisiveté et les mauvaises compagnies. Ayez toujours à l’esprit que: « Heureux l'homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, Qui ne s'arrête pas sur la voie des pécheurs, Et qui ne s'assied pas en compagnie des moqueurs » (PS 1, 1). Que ceux qui le font sachent que Dieu les démasquera.
• Les professionnels des médias sont priés d’organiser des émissions qui contribuent à la consolidation de l’Unité des Burundais, la paix et la sécurité, le développement, la bonne santé et le renforcement de l’éducation de base ainsi qu’à la promotion de la culture burundaise.
• Nous demandons aux étrangers résidant au Burundi d’y séjourner dans le respect des lois nationales, et que ceux qui ont les pièces d’identifications insuffisantes se hâtent à les chercher sans délais.
• Aux représentants des pays et des organisations internationales au Burundi, il est demandé de respecter la loi et de donner les vraies informations sur le Burundi. Il leur est également demandé de se garder de tout ce qui peut salir nos mœurs et notre culture. Dans leurs mission, il leur est demandé de respecter et de suivre les conventions et l’attitude y relative comme cela se fait dans leurs pays.
• Nous demandons aussi aux institutions publiques de rester vigilantes pour ne pas tomber dans le piège, qu’elles soient prudentes en matière des lois et conventions régissant la coopération, au cas échéant elles pourraient se référer au ministère concerné.

Burundaises, Burundais et Amis du Burundi,

30. Nous lançons un appel aux Burundais innocents qui se sont exilés à l’extérieur du pays de se ressaisir. Nous sommes au courant que certains d’entre eux ont été trompés et que d’autres se sont trompés.
Que tous ces gens sachent que tomber dans l’erreur est normal, ce qui est mauvais est le fait de tomber et ne pas se relever. Notre souhait est que tous soient rapatriés au courant de l’année 2017. Les Burundais sont prêts à les accueillir, qu’ils viennent afin que nous construisions ensemble notre pays, et que nous préparions ensemble les élections de 2020 car c’est déjà le moment.

31. L’appel au rapatriement est également lancé aux réfugiés burundais partout où ils sont. Que l’année 2017 soit une année du rapatriement. La paix et la sécurité sont une réalité au Burundi, et le gouvernement est prêt à les accueillir dignement.
32. Nous adressons les remerciements à tous ceux qui se sont rapatriés, répondant à l’appel que nous leur lançons sans cesse. Nous saisissons cette occasion pour demander aux pays d’asile de certains Burundais et au HCR de faciliter le retour des réfugiés qui souhaitent rentrer au pays.
33. En ces jours de fin d’année, nous vous demandons de rester vigilants, veillez sur la sécurité de votre environnement.
34. Enfin, nous remercions encore une fois toute la population de la manière dont, dans votre diversité, vous continuez à défendre votre souveraineté et celle de votre pays dans l’unité. Nous remercions également tous ceux qui ont contribué dans le retour de la paix et la sécurité ainsi que dans la réalisation des projets de développement. Nous vous demandons de garder le cap.
35. En vue de promouvoir la paix, la dignité et la sécurité dans le pays, conformément à l’article 113 de la Constitution, nous accordons la grâce présidentielle aux détenus condamnés à moins de cinq ans de servitude pénale, à ceux qui ont purgé trois quart de leur peine; et nous avons allégé la peine aux divers détenus, en fonction de la gravité des crimes pour lesquels ils ont été condamnés et de leur dossier disciplinaire dans leurs maisons de détention. Grâce à cette mesure, 2500 détenus vont être libérés. Nous leur demandons de se garder de tout ce qui pourrait les amener à récidiver.
36. Nous adressons encore une fois à tous nos meilleurs voeux de l’année 2017, qu’elle soit une année de paix divine et de succès en tout et partout. « Formons un bloc imperturbable en consolidant la paix durable et l’indépendance nationale ».

Que Dieu vous bénisse et vous garde,
Je vous remercie.

Traduction non officielle
La rédaction

 

Ouvrir