Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CHARTE DE L’UNITE NATIONALE> Célébration du 29e anniversaire de son adoption

« L’unité est un héritage de nos ancêtres, faisons-la un capital durable et un bouclier du Burundi »

00000azertyrlLe 5 février de chaque année,  le Burundi célèbre l’adoption de la Charte de l’Unité nationale. Elle est célébrée cette année sous le thème : « L’unité est un héritage de nos ancêtres, faisons-la un capital durable et un bouclier du Burundi ». Dans la municipalité de Bujumbura, les cérémonies se sont déroulées au monument de l’Unité nationale sis au mont Vugizo de la commune Mukaza et étaient rehaussées par la présence de l’Ombudsman burundais, Edouard Nduwimana, des parrains de la municipalité de Bujumbura (Isabelle Ndahayo et Jeanne d’Arc Kagayo), du maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, du président de la Ceni, Pierre Claver Kazihise, sans oublier les parlementaires, le corps de la magistrature, les administratifs, les plus hauts gradés de l’armée et de la police, etc.

Au monument de l’Unité nationale sis au mont Vugizo, les cérémonies marquant la célébration  du 29e anniversaire de l’adoption de la Charte de l’Unité nationale  ont été agrémentées  par le rythme du tambour et   des danses ainsi que  les chansons convergeant sur  l’importance de l’unité dans le développement du pays. Les cérémonies ont débuté par une prière interconfessionnelle  dite respectivement par l’abbé Félix Fupi, curé de la cathédrale Régina Mundi et vicaire épiscopal du Vicariat de Saint Michel ; le Révérend pasteur Silas Ntukamazina, vice-président du Conseil national des Eglises du Burundi et Sheikh Ramadhan Ndikumana de la Comibu Jabe. Dans leur prière, ils ont tous convergé sur les remerciements envers l’Eternel Dieu qui a fait accéder les Burundais à l’adoption de la Charte de l’Unité nationale pour montrer qu’ils sont tous enfants de Dieu. Ils ont demandé aux Burundais en général et aux habitants de la capitale économique de continuer à manifester l’amour du prochain afin que l’unité se renforce au Burundi. Et ainsi de ne pas reculer du pas franchi en matière de la consolidation de la paix. La prière a été suivie par l’hymne national et le dépôt d’une gerbe de fleurs par l’Ombudsman burundais, Edouard Nduwimana.
Faire l’introspection du pas déjà franchi en matière de consolidation de la paix et de l’unitéDans son allocution, l’Ombudsman burundais, Edouard Nduwimana, a transmis le message du président de la République, Pierre Nkurunziza, à la nation. M. Nduwimana a remercié Dieu qui a gardé les Burundais durant les 29 ans qui viennent de s’écouler depuis l’adoption de la Charte de l’unité nationale par les Burundais le 5 février 1991 et a souhaité la paix et l’unité émanant de l’amour de Dieu. Selon lui, les Burundais se sont convenus de chercher  la paix durable en revenant sur l’héritage de nos ancêtres qui avaient bâti le Burundi sur l’unité. Il a ainsi  demandé  aux Burundais de faire l’introspection du pas déjà franchi en matière de consolidation de la paix et de l’unité et d’éviter toutes formes de divisions. M. Nduwimana  a rappelé le thème pour cette journée qui est « L’unité est un héritage de nos ancêtres, faisons-en, un capital durable et le bouclier du Burundi ». Cette journée constitue également une occasion de rappeler à tout Burundais que sa part dans la consolidation de l’unité est primordiale afin de prévenir les générations futures contre d’éventuelles crises.  Selon M. Nduwimana, les détracteurs ne sont pas fiers des travaux effectués par les Burundais en vue de consolider la paix. Selon M. Ndikumana, il y a eu les héros, dont le prince Louis Rwagasore, Pierre Ngendandumwe, le Roi Charles Ndizeye, Melchior Ndadaye, etc, qui ont lutté pour l’unité ayant été troublé par les colons. Il leur a rappelé de lutter contre tout ce qui pourrait déstabiliser la paix et l’unité. 

Se regrouper en coopératives en vue de se développer

L’Ombudsman burundais a invité les Burundais à se regrouper en coopératives et en associations de développement en vue de s’auto-développer et développer le pays. Il a fait savoir que l’unité n’est ni une chanson, ni un drapeau, ni un monument mais qu’elle se manifeste par un mode de vie caractérisé par la mise en œuvre des perspectives, la cohabitation pacifique ainsi que la liberté de tout citoyen.  M. Nduwimana a lancé un appel à tous les Burundais de construire le pays en mettant en place les institutions par la voie des élections et de consolider la démocratie afin de faire accéder notre pays au développement durable et inclusif.En son nom propre, M. Nduwimana a salué la paix, la sécurité, l’entente et la solidarité qui règnent dans la capitale économique du Burundi, ce qui  caractérise l’unité des Barundi. Il a invité les citadins à changer de comportement en s’attelant aux travaux de développement afin que la capitale économique soit digne de ce nom. Selon M. Nduwimana, l’unité n’est pas possible sans connaître la vérité et sans réconciliation. Il a salué les travaux de la CVR sur le territoire national et a demandé aux citadins de s’impliquer activement pour que ses travaux réussissent. Il a dit que la ville de Bujumbura vient en avant en ce qui concerne l’inscription aux élections de 2020. Il leur a demandé de répondre  massivement aux élections tout en se rappelant qu’elles constituent l’un des piliers de la démocratie, et d’accepter le résultat des urnes en vue de consolider la démocratie.Auparavant, le maire de la ville de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, a fait savoir que n’eût été l’unité, les fauteurs des troubles en 2015 n’auraient pas été vite maitrisés. « C’est pourquoi nous célébrons le 29e anniversaire de l’adoption de la Charte de l’Unité nationale quand la paix et l’unité sont abondantes dans la ville de Bujumbura», a dit M. Mbonimpa. Selon lui, l’unité s’est manifestée également par l’esprit de solidarité des citadins qui  l’ont manifesté en venant en aide aux sinistrés des inondations. Il a invité les citadins à se préparer aux élections en toute sérénité tout en restant au travail.Les cérémonies ont été clôturées, main dans la main,  par l’hymne de l’unité nationale.

Ezéchiel Misigaro

 

Ouvrir