Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

LA DEMOCRATIE> Le porte-parole de la Ceni s’exprime

Il y a un lien entre la démocratie, les électionset la paix

0 123548«Les élections transparentes, libres et apaisées permettent de sauvegarder la paix et la sécurité car il n y a pas de démocratie sans la paix ni les élections». Tels sont les propos du commissaire de la Commission électorale indépendante (Ceni), Philippe Nzobonariba, lors de son exposé sur le lien entre la démocratie, les élections et la paix. C’était lors d’une rencontre que cette commission a organisée dernièrement à l’intention des représentants de la société civile qui vont suivre les élections de 2020.


Dans son exposé, Philippe Nzobonariba a insisté sur le respect des droits de l’Homme, les avantages des élections démocratiques et transparentes. Selon ce commissaire, c’est à travers les urnes que l’on fait asseoir la démocratie et que la population comprend bel et bien l’avantage de se choisir ses représentants. Dans la démocratie, la paix règne et, grâce au respect des droits d’autrui et ceux des autres, les conflits diminuent.M. Nzobonariba a rappelé les caractéristiques des élections dans un pays démocratique. « Il faut que chacun puisse élire ou se fasse élire dans la tranquillité. Oui, au moment des scrutins, il faut que chacun accomplisse sa tâche en toute quiétude et dans le strict respect d’autrui ». L’autre caractéristique des élections est qu’elles redorent l’image du pays tant sur l’échiquier national qu’international. « Les élections libres, transparentes, apaisées et réussies constituent un honneurpour le pays organisateur », a-t-il signalé.

Que faut-il encore entendre de la démocratie?

Connue  comme le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple, M. Nzobonariba rappelle que la démocratie est l’un des moyens et le meilleur utilisé pour accéder au pouvoir. Il a affirmé également que partout dans le monde, la population est la seule qui dispose de la clé de la démocratie  car elle joue un rôle incontestable dans la manière dont elle est gouvernée.       

« Si un leader élu accomplit bien ses obligations, la population peut le réélire. Au cas contraire, à travers toujours la voie des urnes, la population opte pour un autre ». Selon ce commissaire de la Ceni, le Burundi a connu la démocratie dépuis 1961 après que le prince Louis Rwagasore a fondé le parti Uprona et que ce dernier a remporté les premières élections au suffrage universel. Même si le Burundi a traversé, par la suite, des moments difficiles, la population burundaise n’a pas cédé. C’est ainsi que, malgré des périodes tragiques qu’a connues le Burundi, la population a prouvé encore une fois de plus qu’elle s’est engagée à la promotion de la démocratie.

C’était avec les élections  générales de 1993 quand le premier président démocratiquement élu, Mélchior Ndadaye a remporté la victoire. « Depuis lors, la démocratie basée essentiellement sur la voie des urnes et le choix volontaire de nos dirigeants est une réalité ».M. Nzobonariba est si fier de la maturité du peuple burundais en ce qui concerne la démocratie. Il a donné l’exemple du coup d’Etat manqué 2015 qui, selon lui, prouve à suffisance que pas mal de Burundais ont déjà compris le bien fondé de la démocratie et qu’il n’est plus possible ni facile à celui qui veut accéder au pouvoir en utilisant la force.En plus, ce Commissaire dit que la démocratie n’est pas seulement caractérisée par les élections mais aussi et particulièrement le respect des droits de l’Homme même au moment où la personne à qui on demande  la voix  refuse de la donner.Il  conseille les leaders politiques de savoir que les droits de la population doivent être respectés et qu’elle est la seule à choisir volontairement à qui attribuer sa voix.         

« Que ces leaders comprennent aussi qu’au moment des élections, ils ne sont pas les seuls à présenter leurs projets. La population choisit parmi ces multiples projets. Il faut alors accepter les résultats issus des élections  », a-t-il conclu.                                                                                              Moise Nkurunziza

Ouvrir