Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial> Les détracteurs du peuple burundais, seul obstacle à la compréhension de la réalité burundaise

Présidés par le Nigérian Tijjani Muhammad-Bande, les travaux de la 74e session de l’Assemblée générale de l’Organisation des nations unies (Onu) se poursuivent à New York où se trouve, pour la circonstance, la délégation burundaise conduite par l’ambassadeur Ezéchiel Nibigira, ministre des Affaires étrangères, représentant le président de la République, Pierre Nkurunziza.Présidés par le Nigérian Tijjani Muhammad-Bande, les travaux de la 74e session de l’Assemblée générale de l’Organisation des nations unies (Onu) se poursuivent à New York où se trouve, pour la circonstance, la délégation burundaise conduite par l’ambassadeur Ezéchiel Nibigira, ministre des Affaires étrangères, représentant le président de la République, Pierre Nkurunziza.Membre à part entière de l’Onu, le Burundi a toujours activement participé aux sessions de l’Assemblée générale dont l’actuelle a pour thème central : «galvaniser les efforts multilatéraux pour l’éradication de la pauvreté, l’éducation de qualité, l’action contre le changement climatique et l’inclusion », thème invitant les participants à réfléchir et à trouver des voies de sortie aux défis majeurs auxquels le monde fait actuellement face.Annuellement organisées, les sessions de l’Assemblée générale de l’Onu constituent une précieuse occasion pour les délégations venues de tous les coins de la planète de présenter, dans toute son actualité, la situation sociopolitique prévalant dans leurs pays respectifs. Du haut de la tribune de l’Onu, le chef de la délégation burundaise, se conformant à cette tradition onusienne, a présenté au monde la réalité sociopolitique burundaise comme elle est vécue à l’heure actuelle par le peuple burundais. Le chef de la délégation burundaise a présenté aux dirigeants du monde entier la vraie face du Burundi actuel caractérisé par un bon climat de paix et de sécurité propice au bon déroulement des élections démocratiques pluralistes de 2020 très attendues par le peuple burundais, désireux de consolider sa démocratie dans la paix et la sécurité tout aussi consolidées, favorisant ainsi la mise en œuvre progressive du Plan national de développement et d’autres politiques socio-économiques s’y rapportant, ne visant qu’un avenir meilleur pour tous.S’agissant des réunions en cascade sur le Burundi qui n’ont rien à voir avec la réalité du terrain, le chef de la délégation burundaise a rappelé à la communauté internationale ce dont le peuple burundais est victime, à savoir un complot ourdi par ses détracteurs contre sa paix, sa sécurité, sa démocratie et son développement, et donc son avenir. Le temps précieux consacré au Burundi, s’est-il interrogé, ne peut-il pas être consacré aux zones de tensions qui sont légion dans le monde ? Fort légitime, la question mérite bien d’être posée au moment où le peuple burundais est victime des intérêts égoïstes et malsains de ses détracteurs proliférant notamment sur le sol européen, ne cherchant pour l’instant, qu’à perturber l’échéance électorale de 2020 en vue. Y parviendront-ils ? Le peuple burundais leur a déjà dit non, en créant toutes les conditions nécessaires à son bon déroulement et à son plein succès. Rien ne viendra à bout de sa détermination à préparer et à construire son avenir en déboutant tous ceux qui sont au service d’intérêts soigneusement camouflés, comme eux seuls savent le faire.Ne dit-on pas que la vérité finit toujours par triompher même si le mensonge se répand rapidement ? La communauté internationale devrait agir vite et bien en faveur du peuple burundais victime des complots soigneusement ourdis, inévitablement voués à l’échec. De même que sera vouée à l’échec la prolongation du mandat de la commission d’enquête de l’Onu sur le Burundi, contre laquelle le peuple burundais s’est levé comme un seul homme, samedi dernier, à travers une marche-manifestation pacifique organisée dans tout le pays. Doudou Diène et ses complices devraient y réfléchir.

Louis Kamwenubusa

Ouvrir