Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MUNICIPALITE DE BUJUMBURA> Marche-manifestation pacifique par les organisations de la société civile

S’inscrire en faux contre le renouvellement du mandat de la Commission d’enquête de l’Onu sur le Burundi en rapport avec les droits de l’Homme

 

DSC 1448Dans la municipalité de Bujumbura, la société civile a organisé une marche manifestation pacifique pour s’inscrire en faux contre le renouvellement du mandat de la Commission d’enquête de l’Onu sur le Burundi en rapport avec les droits de l’Homme, le samedi 05 octobre 2019. 

 

La marche manifestation pacifique a débuté au rond point des Nations unies. Les participants à la marche ont emprunté le boulevard du peuple Murundi jusqu’à la place de l’indépendance. Sur les banderoles qu’ils portaient, l’on pouvait lire par exemple que « nous nous inscrivons en faux contre les rapports périmés qui ont été fabriqués par Doudou Diene et ses collaborateurs.Le harcèlement diplomatique de l’Union européenne doit cesser, nous disons non à la tentative de « lybianiser » notre patrie. La liberté de presse, d’expression et d’opinion au Burundi sont garanties, le génocide n’est plus possible. Honte à Doudou Diene qui vend ses frères africains à la solde du colonisateur. Nous disons non à une commission qui cherche à pérenniser l’impunité.  Nous condamnons fermement le comportement malveillant  des autorités du pays voisin le Rwanda pour avoir soutenu l’Union européenne en adoptant la résolution  injuste de la Commission d’enquête  de l’Onu.  Les organisations de la société civile burundaise décrient et rejettent les rapports et les déclarations mensongers  de la Commission d’enquête de l’Onu issue du forcing  de l’Union européenne  sur la situation des droits de l’Homme au Burundi » etc.  Après la marche manifestation pacifique, le discours de circonstance a été lu par le président du Capes+, Hamza Venant Burikukiye. Ce dernier a indiqué  que les pays de l’Union européenne cherchent toujours à piétiner la souveraineté et l’indépendance de notre pays.

Les mesures prises par les pays de l’Union européenne contre le Burundi sont liées à la colère

Selon M.Burikukiye, cette Commission d’enquête sur le Burundi a été mise en place en 2016 par l’Union européenne sans consensus. Ce qui est paradoxal, les producteurs de ces rapports mensongers n’ont jamais mis leurs pieds sur le territoire burundais.Ces pays sont choqués par le fait que notre pays, le Burundi, depuis 2015, a pris la décision de prendre en mains  tout ce qui est de l’administration, des finances et les élections générales de 2020 sans compter sur l’aide extérieure. Il est alors prévisible que toutes les décisions prises par ces pays pour le Burundi sont liées à la colère parce qu’ils pensaient que le Burundi allait tomber dans le gouffre, a dit M. Burikukiye. Au nom des organisations de la société civile burundaise, M. Burikukiye a félicité les institutions du pays sans oublier les forces de défense et de sécurité pour leur bravoure qu’elles ne cessent de démontrer au Burundi et à l’étranger. Il a aussi remercié les pays amis du Burundi qui ne cessent de soutenir le Burundi dans des foras internationaux. Le président du Capes+ a interpellé tous les Burundais à  continuer à cohabiter pacifiquement et à ne pas prêter l’oreille aux détracteurs de la paix et à ceux qui les soutiennent. Leur objectif est de déstabiliser le pays afin qu’il perde l’allure très appréciable du renforcement de la démocratie et de la souveraineté. Il sied de signaler que cette marche manifestation pacifique a eu lieu dans toutes les provinces du pays.

Martin  Karabagega

Ouvrir