Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

1er octobre 2019> Soixante-dixième anniversaire de la création de la RP de Chine

Une Burundaise témoigne sur les exploits du pays

 

La Chine célèbre, le 1er octobre de chaque année, l’anniversaire de sa création comme République populaire de Chine. Cette année, la Chine marque 70 ans de sa création. De sa coopération avec les pays africains, les bénéficiaires de différents programmes indiquent que l’Afrique a beaucoup à apprendre et à bénéficier de cette Chine qui s’est battue pour en arriver là où elle est. De la guerre de libération à son indépendance, elle est aujourd’hui une deuxième puissance économique mondiale. Marina Imanishimwe, magistrat, ayant fréquenté l’université des femmes à Pékin nous relate les leçons que les pays africains peuvent tirer du leadership chinois. 

 

Pour elle, partir en  Chine est une grande opportunité. En effet, pour certains, dont elle, ils quittent l’Afrique pour la première fois pour atterrir en Chine. « C’était une occasion de connaître ce que c’est le leadership féminin en général. Rencontrer des femmes connues comme influentes, participer dans des conférences, m’ont permise de connaître tous les efforts fournis par ces femmes dans la lutte pour la libération de la Chine en général et de la femme chinoise en particulier». Leur place aujourd’hui est un long trajet et un combat digne d’être mené.Il faut signaler que le développement de la Chine est rapide grâce à sa population locale. Ces expériences montrent que les femmes sont capables d’équilibrer leur vie professionnelle et leur vie privée tout en restant motivées dans leur rôle. « Les femmes détiennent la moitié du ciel », selon la conviction des femmes de Shenzhen. Laquelle ville a été établie zone économique spéciale par son développement et changement rapide. La Chine est fière de son histoire et de tout le parcours qu’elle a fait pour en être là. C’est cela qui la rend spéciale. Les citoyens chinois sont fiers de ce qu’ils vivent et se battent pour pouvoir toujours aller de l’avant. La Chine a connu des guerres, qui ont laissé des conséquences néfastes sur la vie des Chinois. La Chine a été divisée mais s’est toujours relevée et s’est battue pour retrouver sa liberté.

Soixante-dix ans d’accomplissements exemplaires

Cette année, la Chine fête ses 70 ans de sa libération. La façon dont les Chinois sont attachés à leur pays les a mis sur l’échelle de deuxième puissance économique mondiale. Leur liberté ne leur a pas été donnée gratuitement. Ils ont du se battre. D’où l’on constate une union et un patriotisme poussé de telle façon que les enfants chinois grandissent sachant leur rôle dans la société.  La patrie avant tout.  Cela fait qu’ils avancent dans plusieurs domaines. C’est un pays qui veut apprendre de tous et qui ne laisse rien au hasard. La lutte contre la corruption est devenue un programme de l’Etat, que ce soit en société ou au sein du gouvernement. Avec l’Afrique, la coopération est gagnant-gagnant. La Chine donne des opportunités à l’Afrique. Mais il faut que les Africains usent de cette opportunité pour développer les pays africains. Que les bénéficiaires ne se contentent pas des aides seulement, mais qu’ils soient des acteurs pour le développement social et économique de leurs pays.

Se battre oui, mais pour des objectifs fixés et raisonnables

La Chine est un pays qui vise loin. Que cela nous soit une plus grande aide. Elle est riche et nous montre que tout est possible. Il suffit d’y croire et d’être attaché à ses objectifs. Se défaire de nos ethnies et des cultures différentes qui nous séparent pour chercher à se compléter. En comprenant cela, il sera possible pour les africains d’aller loin dans tous les domaines. Arrêter de s’entretuer car on a toujours besoin de l’autre.« Si une nation se fixe ses objectifs pour pouvoir garder sa souveraineté et lutter contre toute domination étrangère ou extérieure, oui, la guerre de libération est justifiée », dit Mme Imanishimwe. Mais si on se divise, la bataille est déjà perdue. Il faut une union, une solidarité et l’acceptation mutuelle. S’entretuer entre filles et fils d’une même nation n’est jamais une bonne solution. Les dirigeants africains devraient donc aimer leurs pays pour contribuer au développement durable. Ne pas toujours dépendre des aides mais d’utiliser leur force et leurs connaissances et des opportunités qui libéreront l’Afrique. Et surtout de bien gérer les richesses dont regorge le sol africain. Investir dans les jeunes par une éducation de qualité est une autre option  car cela donnera de bons résultats dans le futur.

Blandine Niyongere

Ouvrir