Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CVR> Exhumation des restes humains à la Metalusa

Des enquêtes sur les mobiles de leur mort seront menées

 

DSC 0690Le lundi 9 septembre 2019, la Commission vérité et réconciliation en collaboration avec la CICR et la Police judiciaire, a procédé à l’exhumation des restes de deux personnes qui ont été enterrées dans la propriété de l’entreprise Metalusa. Pour l’Abbé Pascal Niyonkuru, commissaire à la CVR, des enquêtes seront menées pour connaître les mobiles de leur mort.  

 

Comme le commissaire à la Commission vérité et réconciliation (CVR), chargé de la déposition, enquêtes et audiences, Abbé Pascal Niyonkuru, l’a indiqué à la presse, au mois de juillet, ils ont été informés que des restes humains sont découverts à cet endroit.          « C’est ainsi, dit-il, qu’il a fallu momentanément arrêter les travaux de construction d’un caniveau, pour d’abord exhumer ces restes afin de pouvoir les enterrer avec dignité quand viendra le moment comme prévu par la loi régissant la CVR.  L’Abbé Niyonkuru a ajouté qu’après avoir rassemblé ces restes, ils seront conservés dans un endroit sûr, en attendant qu’ils soient dignement enterrés dans des endroits que l’administration va montrer à la Commission pour cet effet. Et de dire qu’il est trop tôt pour donner les causes de leur mort et de leur enterrement à cet endroit. « Ce sont les enquêtes, menées pas à pas, selon la méthode de la Commission, en collaboration avec l’administration et les propriétaires de l’entreprise, qui donneront la lumière et qui préciseront qui seraient ces hommes, leur lieu de provenance, pourquoi ils sont morts et pourquoi ils ont été enterrés ici ? Mais ce qui se remarque, c’est que ces gens sont morts il y a longtemps et on sait déjà que l’entreprise a ouvert ses portes en 1953 », a-t-il ajouté.   Ce commissaire à la CVR demande de ne pas pointer du doigt la Matalusa pour la mort de ces deux personnes mais d’attendre les résultats des enquêtes. Car, selon lui, même les responsables de l’entreprise ont été choqués, car ils ne s’attendaient pas à un tel événement.Vous saurez qu’en plus des commissaires de la CRV, les travaux se sont déroulés sous la supervision d’une équipe d’experts du Comité international de la Croix rouge, des envoyés de l’administration et de la police judiciaire.

JEAN BOSCO NKUNZIMANA

Ouvrir