Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

BUKEYE > Réunion du président de la République avec les gouverneurs de province

Evaluer la situation générale du pays

 

DSC 0718Le président de la République, Pierre Nkurunziza a animé une réunion avec les gouverneurs de province le mercredi 7 août 2019 à Bukeye en province de Muramvya. Le but de cette réunion était d’évaluer la situation générale du pays. 

 

Le porte-parole adjoint du président de la République, Alain Diomède Nzeyimana a fait savoir que l’observation de la réunion du président de la République avec les gouverneurs de province est que le Burundi en général est paisible et que les Burundais vaquent à leurs activités. Toutefois, a-t-il ajouté, on peut observer quelques problèmes qui peuvent porter atteinte à la sécurité et à la vie sociale des Burundais. Il a cité, notamment, le manque de leadership au sein de quelques Eglises qui affecte les chrétiens et la population, des problèmes de parcelles qui entraînent des problèmes de justice, etc. En ce qui concerne les récoltes, la réunion a fait un clin d’œil à ceux qui exportent illégalement différents produits dans les pays frontaliers. « Il faut garder la récolte pour qu’à la nouvelle saison agricole en octobre, nous ayons encore à manger et de la semence», a-t-il indiqué. 

Des organisations internationales commettent des erreurs

Selon M. Nzeyimana, l’autre constat de la réunion est qu’il y a encore des gens qui détiennent des armes illégalement. Il a salué l’implication des agents de l’ordre public et de la quadrilogie dans la résolution de ce problème. Il a également parlé du danger des filles qui quittent l’école à cause des grossesses non désirées et des gens qui se comportent d’une manière qui n’est pas respectable surtout durant la période électorale. Il a souligné que même si le gouvernement du Burundi a pris la décision de bien gérer les organisations internationales, on observe des organisations qui commettent des erreurs. Il a donné l’exemple d’une ONG qui a demandé la permission au ministère de l’Intérieur et de la formation patriotique pour aller à Nyanza-lac et qui, une fois arrivée dans cette localité, elle fait une activité contraire à celle qui lui était autorisée. « On peut, par exemple, mentionner le HCR et l’OIM, des organisations qui font le suivi des Burundais qui sont rentrés de la Tanzanie et qui prétendent gérer les situations d’une façon confidentielle. Quelle est cette confidentialité qui ne peut pas être connue par le leadership ?», a interrogé le porte-parole adjoint du président de la République. «Le président de la République a condamné la Radio France internationale qui diffuse des rumeurs que la moitié de la population burundaise souffre de la malaria. Il faut que la France s’occupe des problèmes français. Pour terminer, le président de la République a rappelé que le flambeau de la paix aura lieu au mois de septembre. Il a invité tous les Burundais à y participer», a-t-il conclu.   

Grâce-Divine Gahimbare

Ouvrir