Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMENTAIRE>Fête communale : Une occasion pour s’auto-évaluer et fixer les projets d’avenir

Elle est célébrée chaque premier samedi du mois d’août dans toutes les communes du Burundi. Elle, c’est la journée dédiée à la fête communale. Devenue une tradition au Burundi depuis 2013, la fête communale est une bonne occasion à toute la population native et résidente, de se retrouver pour échanger sur toutes les questions en rapport avec le développement de la commune et les réponses arrêtées. C’est aussi pour  fêter ensemble dans l’allégresse et renforcer les bonnes relations d’amour et de fraternité entre les ressortissants de la commune en luttant ensemble en faveur de la paix, du développement, de la justice, de l’indépendance et de la souveraineté nationale. Elle offre aussi une occasion pour s’auto-évaluer et de projeter les perspectives d’avenir de leur localité. Célébrée autour d’un verre, la population est enchantée de se retrouver ensemble avec les résidents et les ressortissants de sa localité exerçant les travaux quotidiens ailleurs. Les festivités de cette journée rappellent au peuple burundais la grande fête joyeuse des semailles d’autrefois, appelée Umuganuro, du fait qu’elle coïncide avec la fin de la moisson des cultures vivrières cultivées au cours de saison culturale B. Le fait qu’à l’occasion de cette fête,  chacun, riche ou pauvre, amène des vivres ou de la bière tirés de ses récoltes pour partager avec les autres, on n’hésiterait pas à confirmer que cette fête contribue dans le renforcement de l’unité nationale, la cohésion sociale, l’indépendance et le patriotisme. Echanger sur le développement de la commune, est l’un des objectifs de cette journée. Il sied ici d’inviter le peule burundais à éviter les proverbes qui ont tendance à freiner le développement du pays, comme celui qui propage que l’homme évolué esquive l’usage de la houe ou ne retourne pas sur sa colline d’origine, et à éviter tout comportement qui ne rime pas ave le temps. Il faut plutôt méditer et comprendre que celui qui a atteint un bon degré de développement s’implique aussi dans le développement de sa région natale. Ainsi, cela permettra aux Burundais de changer leur façon de faire pour continuer à sauvegarder la tradition et les bonnes pratiques culturelles qui ont toujours caractérisé nos ancêtres. 

Astère Nduwamungu

Ouvrir