Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

MSPGC> Célébration de la journée internationale de la lutte contre les drogues

Le Premier vice-président de la République demande que les cultivateurs, les consommateurs et les trafiquants de ces produits soient sévèrement punis

 

Sous le haut patronage du Premier vice-président de la République, le ministère de la Sécurité publique et de la gestion de catastrophes s’est joint au monde entier, le vendredi 5 juillet 2019, en commune Bugarama dans la province de Muramvya, pour célébrer la journée internationale de  lutte contre l’abus et le trafic des drogues. Des milliers de kilogrammes de drogues ont été brûlés à cette occasion.  

 

D’après le procureur général de la République, Sylvestre Nyandwi qui a présenté la quantité des drogues à brûler,  1 660 kg de cannabis,      8 446 boules de cannabis, 7,3 kg de cocaïne et 3 kg d’héroïne ont été brûlés. Dans son discours, le ministre de la Sécurité publique et de la gestion des catastrophes, Commissaire de police chef (CPC) Alain Guillaume Bunyoni a indiqué que les drogues ont non seulement des effets néfastes sur la santé des consommateurs mais également leur trafic est à l’origine de plusieurs car de perturbation de l’ordre public. Il a précisé qu’au cours de l’année passée, la police a pu saisir 2 499 726 kg de cannabis et 31 162 boules de cannabis. De plus, a-t-il continué, la police a détruit 27 273 pieds  de chamvre et a pu saisir 50 kg de graines de cannabis ainsi que d’autres drogues d’origine étrangère à savoir la cocaïne et l’héroïne. Il a informé qu’il y a eu de cas des gens qui consomment les drogues en utilisant des seringues. D’après lui, les drogues proviennent essentiellement des provinces naturelles de Mugamba et Moso.Pour éradiquer ce fléau, le ministre Bunyoni a souhaité que la police judiciaire bénéficie des stages de renforcement des capacités à l’étranger, qu’il y ait un centre de désintoxication et de prise en charge, qu’il y ait la mise en place d’une loi très sévère réprimant la culture, la consommation et le trafic des drogues ainsi qu’un laboratoire moderne facilitant l’enquête sur les drogues. Le CPC Bunyoni a invité les parents à suivre de près l’éducation de leurs enfants. Quant aux jeunes, il leur a recommandé de s’éloigner de ceux qui les induisent dans la consommation des drogues.

Promesse d’une place pour la  construction d’un centre de désintoxication

Se basant sur ces drogues qui venaient d’être brûlés, le Premier vice-président de la République, Gaston Sindimwo, indiqué dans son allocution que le trafic et la consommation des drogues est une réalité au Burundi. Il a invité  tout Burundais à  collaborer pour éradiquer  la culture, la consommation et le trafic des drogues. Il a rappelé aux consommateurs de cas derniers qu’il n y a pas de bénéfice. Par contre, a-t-il expliqué, il n’y a que la mort. M. Sindimwo a promis que le gouvernement en collaboration avec les associations de lutte contre les drogues, va mettre en place  un centre de désintoxication et de prise en charge. Il a demandé à ces associations d’amener leur projet pour évaluation afin de donner une place pour la construction de ce centre. En concluant, le Premier vice-président a invité le ministère ayant la justice dans ses attributions  de punir sévèrement les cultivateurs, les consommateurs et les trafiquants des drogues.

VINCENT MBONIHANKUYE

Ouvrir