Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Editorial> Œuvrer sans cesse à la préservation de l’indépendance nationale

A la veille de chaque événement d’importance nationale, il est de tradition que le président de la République Pierre Nkurunziza s’adresse au peuple burundais, dans le cadre d’un message à la Nation. Il en a été ainsi à la veille de la célébration, le 1er juillet 2019, du 57e anniversaire de notre indépendance durement obtenue le 1er juillet 1962, après une longue et malsaine période coloniale sur laquelle nous jetterons toujours l’anathème, tant les malheurs causés aux citoyens burundais ont douloureusement affecté ces derniers. De tous ces malheurs, les divisions interethniques ont été les plus cruelles dans un pays où l’unité était pourtant séculaire, profondément ancrée dans les mœurs ancestrales comme l’a longuement rappelé le président de la République dans son message à la Nation, à l’occasion duquel il a annoncé des mesures réjouissantes en direction notamment des fonctionnaires de l’Etat, ainsi que de nouvelles appellations concernant certains lieux et bâtiments publics. Le journal que vous lisez depuis un peu plus de 41 ans aura certainement l’occasion de vous en parler en long et en large, dans ses diverses colonnes.A la veille de chaque événement d’importance nationale, il est de tradition que le président de la République Pierre Nkurunziza s’adresse au peuple burundais, dans le cadre d’un message à la Nation. Il en a été ainsi à la veille de la célébration, le 1er juillet 2019, du 57e anniversaire de notre indépendance durement obtenue le 1er juillet 1962, après une longue et malsaine période coloniale sur laquelle nous jetterons toujours l’anathème, tant les malheurs causés aux citoyens burundais ont douloureusement affecté ces derniers. De tous ces malheurs, les divisions interethniques ont été les plus cruelles dans un pays où l’unité était pourtant séculaire, profondément ancrée dans les mœurs ancestrales comme l’a longuement rappelé le président de la République dans son message à la Nation, à l’occasion duquel il a annoncé des mesures réjouissantes en direction notamment des fonctionnaires de l’Etat, ainsi que de nouvelles appellations concernant certains lieux et bâtiments publics. Le journal que vous lisez depuis un peu plus de 41 ans aura certainement l’occasion de vous en parler en long et en large, dans ses diverses colonnes.L’indépendance nationale signifierait-elle seulement le départ du colonisateur ? A cette question, le Chef de l’Etat a été on ne peut plus clair. Soulignant le thème choisi pour la célébration du 57ème anniversaire de notre indépendance, à savoir : « Soutenir l’indépendance nationale », le président de la République a clairement indiqué que sans la préservation de cette dernière, toutes les brèches seraient ouvertes à tout ce qui est de nature à lui porter dangereusement atteinte. Les crises récurrentes de la période post-indépendance, c’est-à-dire celles de 1965, 1972, 1988 et 1993 ont mis à rude épreuve notre unité et notre indépendance. Notamment issus des coups de force, les régimes politiques de l’époque ont été d’une grande dangerosité pour la cohésion et l’indépendance du peuple burundais. De toutes ces crises, celle de 1993 consécutive à l’assassinat du premier Président démocratiquement élu Melchior Ndadaye, a été très éprouvante pour notre unité et notre indépendance. Aujourd’hui, il est heureux de constater qu’en 14 ans de pouvoir, le parti CNDD-FDD est dans la bonne voie pour ce qui concerne le renforcement de l’unité du peuple burundais et la préservation de son indépendance. Les choses ont changé dans le bon sens et l’on ne peut que s’en réjouir.Aujourd’hui, 57 ans après notre indépendance, continuons toujours d’avancer dans la bonne direction en nous préparant, dans l’unité et en toute indépendance à un autre événement de taille, à savoir les élections démocratiques pluralistes de 2020 qui, sans nul doute, seront des élections à succès comme cela a été le cas pour le référendum constitutionnel. Avançons toujours dans la bonne direction en œuvrant, dans l’unité et en toute indépendance, à la concrétisation du Plan national de développement dont la conception et l’élaboration ont été le fait des Burundais eux-mêmes et non le fait des experts venus d’une terre étrangère. Avançons toujours dans la bonne direction en ne nous lassant pas d’œuvrer à la consolidation de l’unité et de l’indépendance du Burundi, ce précieux cadeau que Dieu nous a donné pour l’aimer et pour le servir, ce même Dieu qui occupe une place de choix dans la nouvelle Constitution burundaise.

Louis KAMWENUBUSA

Ouvrir