Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

ORGANISATION DE LA SOCIETE CIVILE> Marche manifestation

S’inscrire en faux contre les propos biaisés de certaines organisations internationales

 

Le samedi 29 juin 2019, les Organisations de la société civile ont organisé, en mairie de Bujumbura une marche manifestation pour s’inscrire en faux contre les propos mensongers et les manipulations politiciennes des ONGs Human rights watch et International crisis group. Hamza Venant Burikukiye invite ces organisations à se ressaisir et parler des vérités qui s’observent au Burundi.   

 

Les membres de différentes organisations de la société civile de la capitale Bujumbura se sont rassemblés à la Gare du nord. Assis par terre, un signe d’humilité, à travers trois prières présentées par un catholique, un musulman et une protestante, ils ont imploré Dieu de protéger le Burundi contre la prédation de ses ennemis tant internes qu’extérieurs. Ils ont également demandé au Tout-Puissant de tourner le cœur des ennemis du Burundi afin qu’ils puissent comprendre et constater que le Burundi est un pays indépendant, qui respecte les droits de la personne humaine et qui ne se mêle pas des affaires internes des autres pays.« Dieu Tout-Puissant, nous te remercions pour tous les bienfaits que tu as faits aux Burundais. Nous t’avons imploré étant dans les vallées, dans les forêts, dans les ruines de nos maisons. Tu nous as répondu. Maintenant, la paix règne partout au Burundi et tes bénédictions surabondent sur nous. […]. Ceux-là qui nous maltraitaient sont maintenant jaloux de notre traversée, jaloux des bienfaits et de toutes les bénédictions que tu as donnés au Burundi. Nous te demandons Dieu Tout-Puissant de ramener à la raison tous ceux qui n’ont pas compris et ceux qui ne veulent pas donner l’importance à tes œuvres. S’ils persistent, montre-toi comme tu l’as fait à Pharaon au temps de Moïse, à Goliath au temps de David, aux Romains qui se considéraient très puissants au temps de Jésus et aux Quraish au temps de Mahomet […] », telle a été la prière d’un citoyen musulman.

Une longue marche vers la Place de l’Indépendance

Après avoir chanté l’hymne national, le drapeau national devant, cette foule immense s’est engagée sur le boulevard Mwezi Gisabo, (ancien boulevard du 28 novembre), en direction du centre-ville. Certains portaient des banderoles dont certaines inscriptions étaient marquées : «Non aux fausses déclarations de Human rights watch. Nous nous insurgeons contre les rapports de Human rights watch et d’International crisis group. Nous défendons notre pays le Burundi. Nous soutenons le président de la République du Burundi démocratiquement élu. Nous demandons aux pays qui hébergent les putschistes de les extrader pour qu’ils répondent à la justice burundaise, etc. ». Ils chantaient et scandaient des slogans pour soutenir les institutions nationales, les corps de défense et de sécurité et tous ceux qui s’attèlent au travail. Ils s’insurgeaient aussi contre les prédateurs de la paix et de la démocratie au Burundi. C’est à la Place de l’Indépendance se trouvant au centre-ville que le discours de circonstance a été prononcé. Hamza Venant Burikukiye, qui a parlé au nom de toutes les associations organisatrices de l’événement, a dit qu’ils ont accueilli avec indignation les propos des organisations internationales susmentionnées, qui ont pris une orientation autre que celle qu’elles devraient prendre, en voulant se mêler aux affaires internes du Burundi. Pour lui, le Tout-Puissant qui occupe la première place au Burundi, mettra toujours au grand jour tous ceux qui ne pensent qu’au mal pour le Burundi. 

Qu’ils rentrent et se réconcilient avec la loi 

Dans ce discours, M. Burikukiye a rappelé que le Burundi est un pays souverain et indépendant. Qu’aucune organisation, tant nationale qu’internationale, n’a le droit de se mêler de sa politique. Il a demandé à ces ONGs qui ont oublié leur mission, de toujours passer par des voies légales et s’approcher des institutions nationales et, si elles ont quelque chose à réclamer, de le demander par la voie légale.  Selon lui, les dialogues extérieurs ont été clôturés et les Burundais se préparent tranquillement aux élections de 2020. Il a invité tous les Burundais de tenir le coup, et ne pas se laisser distraire par ces ennemis de la paix et de la démocratie du Burundi, qui ont pris l’habitude de déstabiliser  le pays, surtout pendant les périodes électorales. « Il est évident, a-t-il précisé, que ces ONGs collaborent avec les putschistes de 2015 qui sont hébergés par certains pays d’Europe et d’Afrique à travers lesquels ils sont leurs porte-parole en propageant de fausses informations sur le Burundi. Que ces derniers sachent qu’ils n’auront pas une patrie autre que le Burundi. Qu’ils rentrent et se réconcilient avec ses lois ».Hamza Venant Burikukiye a aussi demandé aux pays qui hébergent les putschistes de 2015 de les extrader au Burundi afin qu’ils soient traduits devant la justice burundaise. Et à tous ceux qui ont  soif de connaître la vraie situation politique et socio-sécuritaire du Burundi de bien vouloir venir sur terrain, pour ne pas tomber dans le piège du mensonge. Il n’a pas manqué de saluer l’œuvre de certaines organisations internationales et de la sous-région qui n’ont cessé de soutenir et de défendre le Burundi. 

Jean Bosco Nkunzimana

Ouvrir