Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Assemblée nationale> Plénière du 6 juin 2019

Dividende démographique et planification familiale

 

DSC02441Les députés se sont réunis en séance plénière le jeudi 6 juin 2019 sous la présidence de Pascal Nyabenda, président de l’Assemblée nationale. Au cours de cette séance, il a été présenté un rapport sur le dividende démographique et la planification familiale au Burundi avant les questions qui ont été posées aux ministres qui avaient été invités pour cette séance. 

 

Dans le rapport qui a été présenté lors de la séance plénière à l’Assemblée nationale, nous lisons que  le Burundi , dans sa vision 2025, veut baisser le taux de croissance de la population de 2,4% à 2% en 2025, augmenter l’espérance de vie de 40 à 60 ans et amener le taux d’urbanisation de 10,1 à 40 entre 2008 et 2025. On souligne que la planification familiale présente des avantages comme sauver les vies, épargner les ressources, sauver le temps, l’autonomisation des femmes, avoir un enfant par choix et non par chance. Il existe aussi des contraintes et les défis de la planification familiale.  Ce rapport dit qu’il y a la persistance des rumeurs et les barrières socioculturelles, 30% de femmes actuelles en union ont des  besoins non satisfaits en planification familiale ; l’insuffisance du personnel soignant en qualité et en quantité, les rumeurs sur les effets secondaires, l’ignorance, le manque de consentement dans le couple, l’inaccessibilité géographique et autres.

Innovation et perspective d’avenir

Ainsi, au chapitre d’innovation et perspective d’avenir,  on va poursuivre le renforcement des compétences des prestataires, poursuivre la mise en place des postes secondaires offrant les services de santé de reproduction et de planification familiale afin de minimiser les barrières géographiques aux populations vivant dans les aires de santé les plus reculées.  On va faire une notification hebdomadaire des produits de planification familiale, prendre  en compte les besoins des jeunes et adolescents dans l’offre des services de santé de reproduction, soutenir la participation communautaire dans la promotion des services de santé de reproduction. On va également améliorer l’accès à l’information de toutes les couches sociales, mettre en place des réseaux socio communautaires et introduire le dialogue parents-enfants-éducateurs-éduqués.Pour arriver au bénéfice du dividende démographique, les députés trouvent qu’il faut accélérer la transition de la fécondité et réaliser la révolution contraceptive, améliorer le capital humain, stimuler la croissance économique, créer de nombreux emplois et avoir un  environnement juridique et politique fiable. On recommande d’augmenter le budget que prévoit le gouvernement en matière de santé de la reproduction et d’initier une loi spécifique pour la planification familiale. Les députés concluent que, une fois que les objectifs de la vision 2025 seront réalisés, le produit intérieur brut sera multiplié par 3 par tête dans 22 ans. Il y aura plus de 240 000 emplois de moins à créer, les dépenses de fonctionnement de l’enseignement primaire seront économisées de 184,7 milliards de francs burundais ; les dépenses publiques de santé seront économisées de 953,2 milliards. Il est donc indispensable d’augmenter les investissements en matière de la santé et de la planification familiale, l’éducation et la création d’emploi afin de pouvoir bénéficier d’un dividende démographique à l’avenir.  

Alfred Nimbona

Ouvrir