Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

COMMENTAIRE > Sauvegardons notre patrimoine culturel

Commençons ce commentaire par une question, c’est-à-dire celle de savoir si la culture burundaise n’est pas en train de céder du terrain, de reculer devant les avancées incontournables de la mondialisation. On peut le craindre au vu de l’impitoyable avancée de cette mondialisation qui a fait de notre vaste monde un véritable village planétaire. On peut le craindre au regard de certaines manières de se comporter, observées ici et là du côté des jeunes, futures mères et futurs pères des familles. Ces certaines manières de se comporter concernent, à titre illustratif, le domaine vestimentaire où la culture burundaise exige de s’habiller décemment (kwikwiza).  Enfin, on peut le craindre si des mesures urgentes ne sont pas prises pour sauvegarder notre culture nationale contre les dangers de la mondialisation qui la guettent. Commençons ce commentaire par une question, c’est-à-dire celle de savoir si la culture burundaise n’est pas en train de céder du terrain, de reculer devant les avancées incontournables de la mondialisation. On peut le craindre au vu de l’impitoyable avancée de cette mondialisation qui a fait de notre vaste monde un véritable village planétaire. On peut le craindre au regard de certaines manières de se comporter, observées ici et là du côté des jeunes, futures mères et futurs pères des familles. Ces certaines manières de se comporter concernent, à titre illustratif, le domaine vestimentaire où la culture burundaise exige de s’habiller décemment (kwikwiza).  Enfin, on peut le craindre si des mesures urgentes ne sont pas prises pour sauvegarder notre culture nationale contre les dangers de la mondialisation qui la guettent. En signant le décret no 100/235 du 2 décembre 2017 portant création, missions, organisation et fonctionnement de la Maison de la culture, le président de la République était conscient du danger. Au regard des missions assignées à cette Maison de la culture, nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que la culture burundaise y gagnera. Il faut rappeler que la Maison de la culture, qui aura son siège à Gitega, nouvelle capitale politique, est chargée d’exécuter, de contrôler et d’assurer le suivi de la mise en œuvre définitive de la politique linguistique nationale ; de protéger et de promouvoir la littérature rundi ; de codifier les normes et valeurs du Kirundi ; d’assurer la souveraineté de la langue et de la culture rundi ; de promouvoir les valeurs humaines et culturelles ; de pérenniser la mémoire du passé ; de protéger et promouvoir les sites mémoriaux ; de créer un Centre national du tambour ; de classifier et valoriser la danse traditionnelle et de récupérer le patrimoine culturel spolié et se trouvant à l’étranger. Voici rappelées les missions de cette Maison de la culture qui nous aidera, sans nul doute, à rejeter et à fustiger les attitudes et les autres comportements qui affectent dangereusement la culture et la moralité du peuple burundais.      Il est également heureux de constater que d’ici et de là  émergent des clubs culturels ayant essentiellement pour mission de promouvoir la culture burundaise, notamment auprès de jeunes générations. On ne peut pas les citer tous, mais il s’agit, à titre d’exemple, du club culturel « Indangaburundi » chargé de promouvoir la culture burundaise à travers les danses et les chants traditionnels auprès des jeunes générations, principal cible de la mondialisation et donc de la libre et ultra-rapide de la circulation des idées aussi bonnes que mauvaises.    La mise en place de cette Maison de la culture et plus qu’une urgence. Et c’est toute la société burundaise qui est énergiquement interpellée pour faire face à tout ce qui est de nature à affecter dangereusement notre culture. L’apport de tous et de chacun est nécessaire pour que la culture nationale soit sauvegardée. Dans le cas contraire, du fond de leurs tombes, nos ancêtres ne nous le pardonneraient pas.                                                                                                          
PASCALINE BIDUDA

Ouvrir