Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

CVR> Atelier de réflexion et d’échange

La gestion des fosses communes, des autres lieux de mémoire et des restes humains, une grande préoccupation des participants

0000000000000A11122La problématique de la gestion des fosses communes, des autres lieux de mémoire et des restes humains, tel est la question qui a réuni la Commission vérité et réconciliation (CVR) avec d’autres intervenants, à la deuxième journée de l’atelier de réflexion organisée le vendredi 10 mai 2019, dans la province de Gitega.
Les participants ont échangé sur le thème «La problématique de la gestion des fosses communes, des autres lieux de mémoire et des  restes  humains » qui a été présenté par Aloys Batungwanayo, commissaire de la CVR. Ces échanges visaient à trouver des solutions consensuelles d’aménagement et de conservation des restes humains des personnes qui sont mortes pendant les différentes crises qu’a connues le Burundi, avant leur inhumation en dignité.Au niveau de la gestion des restes humains, la majorité des intervenants suggère qu’il y est, dans les meilleurs délais, un enterrement en toute dignité des restes humains pour à la fois respecter les morts mais aussi pour essayer de guérir les âmes blessées des parentés et des familles La question de l’identification des fosses communes a été posée sous l’angle de la diversité des fosses communes et de différents endroits où ont été jetés des corps humains pendant les différentes crises qu’a connues le Burundi. Les participants ont formulé une recommandation en différents angles.

Ils ont recommandé de travailler en collaboration avec les institutions de la République, à savoir l’administration territoriale, communale, collinaire et toutes les institutions en amont, les partenaires nationaux, les partis politiques, la société civile, les confessions religieuses et en impliquant surtout les personnes âgées qui, dans leur diversité politique et ethnique, peuvent avoir été témoins des événements qui ont emporté les Burundais de toutes les ethnies.Les participants ont demandé de recruter des antennes provinciales, communales et collinaires de la CVR au niveau décentralisé et des agents de la collecte de l’information.Quant aux sites mémoriels, le débat a été également riche avec un consensus, qu’il faut permettre aux victimes de rester connecté aux sites mémoriels où on avait enterré massivement les leurs dans le désordre.Une autre recommandation formulée est celle d’évoluer comme le veut la loi vers la mise en place des monuments au niveau national, provincial et au niveau de chaque commune. Pour Pierre Claver Ndayicariye, président de la CVR, l’implication de tous les partenaires est le meilleur canal pour connaître la liste des personnes assassinées ou disparues sur les collines et les quartiers. En ce qui concerne les monuments, il a précisé que les critères devront être discutés avec les pouvoirs publics, l’administration pour que là où sont érigés ces monuments il y est toujours une signification et une connexion historique entre les morts et les familles qui encore en vie. Il a déploré qu’il ait soit des restes humains gardés indignement.Le président de la CVR a, par ailleurs, mentionné que l’atelier a été un succès vu la participation et la qualité des recommandations et des suggestions. Il a salué les interventions sur ce sujet complexe et transversal. « L’approche participative doit être mise en avant pour des solutions consensuelles et durables », a-t-il souligné.Il sied de faire savoir que la CVR compte déjà 4 131 fosses communes réparties dans tout le pays. La province de Gitega vient en tête avec 640 fosses communes.

Eric Mbazumutima

Ouvrir