Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Commentaire> Monde rural : Médias, soyez à son écoute !

La célébration, le vendredi 3 mai 2019, de la Journée mondiale de la liberté de la presse a donné lieu, dans notre pays, à une activité médiatique dont les cérémonies se sont déroulées dans les enceintes de la Maison de la presse. Il s’agissait de la clôture du concours  Prix médias, édition 2018, organisé par le Conseil national de la communication (CNC) qui, pour la circonstance, a procédé à la remise des prix aux heureux gagnants. Parmi ces derniers figurait Rose Mpekerimana, journaliste au quotidien  « Le Renouveau  du  Burundi ». Issus de la presse écrite comme de la presse audiovisuelle, les compétiteurs étaient appelés à concourir sur le thème : « Le rôle des médias face au développement du monde rural », un thème choisi parce que rarement abordé par les médias, selon les propos du président du CNC Nestor Bankumukunzi, se référant aux multiples rapports de monitoring réalisés régulièrement par cette institution. C’est, essentiellement pour cette raison, que le président du CNC a appelé les médias à être «  de bons témoins de la marche du Burundi  pour aider les décideurs à prendre des décisions répondant aux préoccupations de nos populations ». C’est dire combien les médias sont appelés à être l’œil et l’oreille du monde rural. C’est dire combien le développement du Burundi profond doit figurer parmi les préoccupations majeures des médias, le développement à la base conduisant tout droit vers le développement national profitable à tout le peuple burundais où qu’il se trouve, dans n’importe quelle région du pays.Avoir porté le choix sur le thème « Le rôle des médias face au développement du monde  rural », n’a donc pas été le fait d’un hasard, les explications étant si bien indiquées dans les propos du président du CNC tels que lus ci-dessus.

Aux médias de bien accomplir leur mission, en ayant toujours à l’esprit le développement du monde rural à l’écoute duquel ils sont appelés à demeurer attentifs pour l’intérêt général du pays. Les propos en question sont à garder à l’esprit par les médias au moment où le peuple burundais s’avance, perceptiblement et sûrement, vers les élections de 2020 qui ont été évoquées lors des cérémonies de clôture du concours Prix médias, édition 2018, dont les journalistes retiendront qu’ils sont appelés à être à l’écoute du monde rural, la communication devant être résolument mise au service du développement. Les questions à se poser peuvent être notamment celles-ci : comment concevoir le facteur communication pour en faire un réel outil de développement du monde rural et du pays tout entier ? Par quelle approche intégrer efficacement la communication aux différents programmes et projets de développement ? Il s’agit des questions qui méritent bien d’être posées au moment où notre pays est doté d’un Plan national de développement pour les dix ans à venir.A l’exemple du ministre de la Communication et des médias, Frédéric Nahimana, nous souhaitons aux femmes et hommes des médias d’aller toujours de l’avant, de remporter d’autres concours organisés au Burundi et au-delà de ses frontières. L’esprit compétitif les y aidera.                                                                                       

 Pascaline Biduda

Ouvrir