Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

PROVINCE DE GITEGA> Réunion ordinaire d’évaluation de la sécurité

Une note de 97,5% a été attribuée par le chef de l’Etat

00000000aaaaaaaLe président de la République Pierre Nkurunziza a tenu une réunion d’évaluation à l’intention des responsables des corps de sécurité et de défense, des responsables de la justice et des gouverneurs de provinces, au chef-lieu de la commune Mutaho en province de Gitega, le mardi 07 mai 2019.
Après la réunion, le porte-parole du président de la République Jean Claude Karerwa Ndenzako a indiqué à la presse qu’il s’agissait d’une réunion ordinaire qui se tient régulièrement conformément aux exigences administratives. Cette réunion fait suite à celle qui s’est tenue en province de Kayanza en date du     22 février 2019. M. Karerwa a fait savoir que le chef de l’Etat est satisfait de l’état sécuritaire sur toute l’étendue du territoire. Comme il le fait à l’issue de telles réunions, il sanctionne les réalisations de la quadrilogie raison pour laquelle le chef de l’Etat lui a attribué une note relativement élevée qui est de 97,5%, a dit M. Karerwa.Néanmoins, il s’observe des défis sécuritaires comme la délinquance, la consommation des stupéfiants et des boissons prohibées. Il y a également les violences basées sur le genre, les viols mais aussi des vols à main armée. Mais ce qui rassure est que, si de tels phénomènes se manifestent, il y a une volonté manifeste de la quadrilogie d’endiguer ces fléaux en temps utile, a signifié M. Karerwa. 
Après avoir remercié la quadrilogie, le chef de l’Etat a donné une série de conseils. Il a indiqué qu’il ne faut pas baisser les bras du moment qu’un pays comme le Burundi a vécu une fièvre électorale à la veille des élections. Le phénomène de la fièvre électorale s’observe même aujourd’hui à travers certains comportements marginaux comme la présence de faux prophètes et les escrocs de tout genre. Le chef de l’Etat a demandé à la quadrilogie d’être vigilante en veillant à la sécurité sur les frontières.

S’approprier la politique de l’environnement.

Le chef de l’Etat a signalé qu’il y a dans les prisons des prisonniers  qui possèdent des téléphones et qu’il faut que ces derniers soient retirés des établissements pénitentiaires. Il a été constaté que ces téléphones pérennisent un climat d’insécurité à travers le pays, a indiqué M. Karerwa.Parmi les phénomènes nouveaux qui s’observent aujourd’hui, le chef de l’Etat a signalé les groupuscules de populations surtout dans les provinces de Ngozi, Bujumbura et Bubanza. L’on observe des gens qui quittent leurs provinces pour aller dans d’autres provinces. Pour ce, le président de la République a demandé aux responsables de l’administration et de la sécurité de suivre de près les mouvements de la population et de s’assurer que ces mouvements ne sont pas de nature à perturber la paix et la sécurité.Le chef de l’Etat a également demandé à la quadrilogie de s’approprier la politique de l’environnement surtout le jeudi dédié à ce dernier où il est demandé à tout le monde de contribuer au reboisement mais aussi de tracer les courbes de niveau pour protéger les sources d’eau. Il faut garder à l’esprit que si nous avons aujourd’hui de l’eau, ce ne sera pas le cas pour demain. Pour ce, il faut s’assurer que la progéniture de demain aura de l’eau potable et en quantité suffisante, a dit M. Karerwa. Le chef de l’Etat a interpellé la quadrilogie à collaborer étroitement pour se préparer aux élections de 2020. Le chef de l’Etat a regretté les comportements marginaux de certaines personnes de la magistrature même s’il s’agit des cas isolés. Les gouverneurs ont été interpellés à veiller aux intérêts supérieurs de la nation et à la sauvegarde des intérêts des populations de leur ressort. Pour clôturer, le chef de l’Etat a demandé que les irréguliers qui résident sur le territoire burundais soient refoulés dans leurs pays d’origine, a indiqué M. Karerwa.

MARTIN  KARABAGEGA

Ouvrir