Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

JOURNEE MONDIALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE> Déclaration du ministre de la Communication et des médias

Le 3 mai de chaque année, le monde célèbre la journée mondiale de la liberté de la presse. Le ministre de la Communication et des médias, Fréderic Nahimana, a fait à une déclaration à cette occasion. Nous vous prions de lire cette déclaration en intégralité. 

En date du 3 mai, nous célébrons la Journée mondiale de la liberté de la presse, sous le thème, « le rôle des médias dans la prise en compte du genre dans les élections et la démocratie »C’est une occasion de rendre hommage à tous ces hommes et femmes pour leur dévouement et combats quotidiens pour l’accès à l’information et le droit d’informer la population. En outre, c’est une opportunité de réfléchir et de faire un bilan sur le droit à la liberté d’expression, tel que garanti en outre par l’article 9 de la Charte africaine des droits de l’Homme et des peuples qui dispose que toute personne a droit à l’information et a le droit d’exprimer et de diffuser ses opinions dans le cadre des lois et règlements.Au Burundi, cette journée est célébrée après des efforts remarquables de la part du gouvernement du Burundi dans la promotion de la liberté  de la presse. Qu’il nous suffise de citer : 

- La promulgation de la nouvelle Constitution- La mise en place de la loi sur la presse  

- Le Code d’éthique et déontologie du journalisme.Ces derniers documents mettent un accent particulier sur la liberté de la presse. Le résultat de ce cadre juridique favorable est la multiplication des radios locales, communautaires, associatives, des chaînes de télévisions ainsi que des journaux écrits.Pour une grande illustration, le Burundi compte : 20 radios locales, 9 radios  communautaires et associatives, 7 chaînes de Télévisions et 2 distributeurs TV, 17 agences de presse, 62 journaux à savoir : journaux périodiques, en ligne, web TV et magazines.En plus du cadre juridique, d’autres événements témoignent sans équivoque la liberté de la presse :

-  Les émissions publiques animées par les porte-parole des différentes institutions de la République. - L’émission publique de son Excellence le président de la République, l’unique au monde transmise en direct dans laquelle le président de la République répond aux questions et préoccupations de toute personne.Le thème choisi pour cette journée « Le rôle des médias dans la prise en compte du genre dans les élections et la démocratie » cadre bien avec la situation qui prévaut au Burundi.D’abord, la Politique nationale de la communication vise la parité hommes-femmes dans les médias. En outre, la Constitution donne aux femmes une place non négligeable dans les instances politiques.Ensuite, le Burundi reconnaît le rôle des médias dans les élections. La presse libre est l’un des piliers et un signe éloquent de la démocratie.Enfin, cette journée est célébrée juste une année avant la tenue des élections de 2020 au Burundi. Compte tenu de l’expérience déjà acquise dans la couverture médiatique des élections antérieures, nous interpellons la presse burundaise d’user de son expérience déjà prouvée pour garantir des élections libres, transparentes et apaisées.

Les armes de ce combat sont déjà disponibles : la loi sur la presse, la Constitution, le Code électoral, la Déontologie journalistique ainsi que d’autres lois et règlements. Au nom du ministère de la Communication et des médias, nous remercions vivement les journalistes qui se donnent corps et âme à la recherche de la vérité, l’équilibre de l’information, l’impartialité et l’équité en conformité avec la loi.Néanmoins, nous profitons de cette opportunité qui nous est offerte pour rappeler à l’ordre au nom de la loi et des règlements, les journalistes étrangers ou burundais qui ne cessent de ternir l’image de notre pays.
« Quoique le mensonge est rapide, il ne remportera jamais sur la vérité »   Pour conclure, nous réitérons l’engagement  du ministère de la Communication et des médias de garantir la liberté de la presse conformément à la loi en vigueur.

Vive la liberte de la presse,Vive le Burundi,

Je vous remercie   

Ouvrir