Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

Mairie de Bujumbura> Célébration de la fête dédiée au travail et aux travailleurs

« Tout Burundais devrait penser à la contribution dans la mise exécution de différents programmes de l’Etat »

0000aaaa0zeLe Burundi s’est joint au monde entier dans la célébration de  la Journée internationale du Travail et des Travailleurs, le 1er mai 2019. En mairie de Bujumbura, les cérémonies ont été rehaussées par la présence du Premier vice-président de la république du Burundi, Gaston Sindimwo.  Tous les intervenants se sont réjouis de cette journée et ont remercié les travailleurs pour s’être attelés avec dévouement à leurs travaux quotidiens au cours de l’année écoulée.

 Le Burundi s’est joint au monde entier dans la célébration de  la Journée internationale du Travail et des Travailleurs, le 1er mai 2019. En mairie de Bujumbura, les cérémonies ont été rehaussées par la présence du Premier vice-président de la république du Burundi, Gaston Sindimwo.

Tous les intervenants se sont réjouis de cette journée et ont remercié les travailleurs pour s’être attelés avec dévouement à leurs travaux quotidiens au cours de l’année écoulée. Dan son discours, le Premier vice-président de la République est revenu sur le message à la Nation prononcé par le chef de l’Etat à la veille de cette journée. Il a demandé aux travailleurs que cette journée ne soit pas uniquement une occasion de joie mais, que ce soit également un moment de s’auto-évaluer et de prendre de mesures pour corriger toutes les erreurs afin d’augmenter la production car,  a-t-il souligné, « on ne reconnaît pas l’arbre par son nom mais par les fruits qu’il porte ». Avant le discours du Premier vice-président de la République, le vice-président de la Confédération des syndicats des travailleurs du Burundi (Cosybu), Célestin Nsavyimana, ainsi que le représentant de l’Association des employeurs du Burundi (AEB), Salvator Nizigiyimana, se sont eux aussi réjouis de cette journée tout en félicitant les travailleurs qui se sont donnés corps et âmes dans la réalisation de leur travail quotidien.

Il faut respecter la loi

Parlant des conditions de travail, le vice-président du Cosybu a demandé que les lois régissant les travailleurs, que ce soit celles qui se trouvent au niveau du ministère de tutelle, que ce soit celles qui se trouvent au niveau du Bureau international du travail (BIT), soient respectées pour la bonne marche du travail et pour assurer les bonnes conditions de vie des travailleurs. Parlant de la gèle des anales, M. Nsavyimana a réitéré que les quatre ans donnés vont bientôt terminer tout en demandant que cette mesure soit levée comme convenu afin que les travailleurs puissent pousser un ouf de soulagement en ce qui concerne leurs salaires. Le vice-président de la Cosybu a aussi déploré le fait que quand le gouvernement a donné certains avantages aux travailleurs régis par les statuts des fonctionnaires, comme les 34% et les 15% qui ont été ajoutés à leurs salaires, les travailleurs des institutions personnalisées ont été écartés mais que quand est venu la mesure de gèle des anales ils ont été associés. Il a demandé que cette erreur soit corrigée.  Parlant du manque de médicaments au niveau de la Mutuelle de la fonction publique (MFP), il a demandé que cette institution puisse avoir la liberté d’aller acheter les médicaments à l’étranger au lieu de s’approvisionner chez les grossistes locaux, comme cela se remarque aujourd’hui. 

La politique salariale sera très bénéfique pour les travailleurs

De son côté, le représentant de l’AEB s’est réjoui de la place que le gouvernement  a reservé aux doléances formulées par la Cosybu à l’occasion de la fête des travailleur l’année passée. Il a  aussi salué la mise en place de la Politique nationale salariale, en indiquant qu’elle sera très bénéfique pour les employés une fois mise en application. M. Nizigiyimana a lui aussi demandé au gouvernement de statuer sur la question liée au manque de médicaments à la Mutuelle de la fonction publique car, a-t-il indiqué, les employeurs rencontrent   beaucoup de problèmes à cause de cette question. 

Kazadi Mwilambwe

Astère Nduwamungu
 

Ouvrir