Publications de Presse Burundaise, Rohero I Avenue de la JRR N°17 Immeuble le SAVONNIER, Téléphone standard : (257) 22 22 62 32, Fax :(257) 22 22 58 94, email: pressequotidienne@yahoo.fr

FONDS MONDIAL> Réunion d’information sur les enjeux de la sixième conférence de reconstitution des ressources

Pour sensibiliser les gouvernements et les partenaires

 

DSC01140Le Fonds mondial en mission au Burundi, en collaboration avec l’ambassade de France au Burundi, a organisé une réunion d’information sur les enjeux de la sixième conférence de reconstitution des ressources de cette institution, le mardi 09 avril 2019 à Bujumbura. Cette 6e conférence est  prévue en octobre à Lyon en France. 

 

Selon un communiqué de presse du Fonds mondial, cette réunion a été conçue en lien étroit avec le ministère ayant la santé publique dans ses attributions au Burundi. Les ressources constituées seront utilisées pour lutter contre le VIH-Sida, la tuberculose et le paludisme. Le Fonds mondial s’est fixé de mobiliser au moins 14 millions de dollars américains dans le cadre de la reconstitution  des ressources, qui vise aussi à encourager 46 milliards  d’investissements nationaux  pour contribuer à remettre le monde sur la voie de l’élimination des trois épidémies.Dans son discours de circonstance, l’assistante du ministre en charge de la santé publique, Joselyne Nsanzerugeze qui avait représenté le gouvernement, a fait savoir que les ressources constituées seront utilisées sur une période de 2021-2023. L’objet de cette réunion est de sensibiliser les gouvernements, les partenaires au développement et autres pour des actions de reconstitution des ressources du Fonds mondial pour accélérer la lutte contre les trois maladies, a dit Mme Nsanzerugeze.

Le Burundi engagé dans la lutte contre les trois maladies

Le gouvernement du Burundi, a indiqué Mme Nsanzerugeze, salue les efforts du Fonds mondial dans la réduction du fardeau et de l’impact des trois maladies pour les individus, les familles et la communauté burundaise. C’est pour cette raison que le Burundi s’est engagé au côté  d’autres pays du monde entier à augmenter les ressources bénéfiques. Pour concrétiser son engagement, le gouvernement du Burundi a réitéré son engagement à accroître constamment le budget de cofinancement de tous les programmes de santé.Prenant la parole, le représentant résident du système des Nations unies au Burundi, Garry Conille, a fait savoir que depuis 2002, cent quarante millions de dollars ont été décaissés. Le VIH-Sida, la tuberculose et le paludisme sont des problèmes contre lesquels le Fonds mondial a lutté avec une inégale détermination. Vingt-sept millions de vies ont été sauvées et, aujourd’hui,  dix-sept millions  de personnes séropositives sont sous le traitement antirétroviral, a dit M. Conille. Les Nations unies soutiennent le Burundi dans ses objectifs à travers son plan de développement. Le système des Nations unies s’est mobilisé  pour préserver l’opportunité offerte pour le Fonds mondial pour lutter contre les trois maladies, a-t-il ajouté.Dans son discours d’accueil, l’ambassadeur de France au Burundi, Laurent Delahousse, a fait savoir qu’à travers un projet d’appui aux planifications stratégiques et à la coordination sectorielle santé, la France accompagne le ministère en charge de la santé publique dans la finalisation de son plan sectoriel PNDS III. En plus, la France appuie ce ministère dans la structuration des diverses instances de dialogue et de coordination avec les partenaires, tant au sein du dispositif local de pilotage du Fonds mondial que dans le périmètre plus large du ministère, a-t-il dit.

Martin Karabagega

Ouvrir